Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 05 octobre 2014

A qui appartient ce sac ?

A QUI APPARTIENT CE SAC ?

 

Dorothée trouve un sac de femme qui trainait sur la plage après la désertification de celle-ci. Elle le porte au Commissariat, où, en sa présence, le policier de service sort un à un les objets de son contenu : 15 en tout.

 

Chacun énumère 1 des 15 objets 

 

Portefeuille / Poudrier / Rouge à lèvres / Paquet de Kleenex / Stylo / Calepin / Petit bouquet de lavande / Couteau / Loup (masque) / Montre / Trognon de pomme / briquet / Trousseau de clefs / Paquet de cigarettes / Peigne 

 

En 25 minutes, imaginez l’histoire qui trotte dans la tête de Dorothée sur la propriétaire du sac, en insérant les 15 objets dans son texte et en terminant par la phrase :

 

« Elle devait (ou doit) repartir à zéro »

-----------------------------------------------------------

 

sac.jpg

freepik

 

LE SAC PERDU

 

Dorothée regardait avec intérêt chaque objet sorti du sac en imaginant le profil de sa propriétaire, une tranche de sa vie.

Le portefeuille fatigué avait bourlingué semble-t-il pendant bien des années. Peut-être au bout du monde.

Le poudrier et le rouge à lèvres étaient indispensables à l’entrée et à la sortie de son bureau ou de sa boutique de fringues. Le peigne et les Kleenex également.

Un calepin et un stylo. Ces deux s’entendent comme larrons en foire. L’un n’existe pas sans l’autre. Ils sont sur les mêmes coups, encrés dans ce petit carnet. Passé et futur y voisinent.

Tiens, un petit bouquet de lavande : un amoureux aurait pu le cueillir dans la garrigue pour marquer un évènement mémorable.

Un trognon de pomme et un couteau enveloppés dans un papier. Un instant de fraîcheur sur la plage surchauffée.

Une montre : pas besoin d’heure pour se baigner et se prélasser en laissant courir ses rêves.

Un loup ! Devait-elle se rendre à une soirée masquée ?

Un paquet de cigarettes et un briquet. Dommage, elle doit puer le tabac.

Un trousseau de clefs. Les siennes ? Celles de son Jules ? Allez savoir !

En tous cas, la perte de son sac lui supprimait une tranche de vie : souvenirs et repères s’étaient volatilisés. Elle devait repartir à zéro.

 

Mouty

___________________________________________

 

sac,perdu,tranche,vie,visage,étrange,tignasse

freepik

 

Espionnage

Le commissariat est désert ce dimanche midi et Dorothée est seule devant le comptoir d’accueil où elle vient de déposer le sac qu’elle a trouvé sur la plage. Le policier de permanence, après avoir sorti un à un les objets qu’il contient, est parti chercher un imprimé dans les bureaux : le système informatique est en panne ! Évidemment…

Tout est là, pêle-mêle devant Dorothée, qui entreprend d’en faire l’inventaire visuel pour passer le temps.

« Tiens, je connais cette marque de poudrier. Elle offre plusieurs couleurs de poudre compacte dans le même boitier, de quoi changer radicalement de teint. Et le rouge à lèvres, à côté, est plutôt un crayon à lèvres à deux couleurs très différentes pour pouvoir transformer sa bouche. Le peigne aussi est double, un côté à dents ordinaires pour cheveux lisses et l’autre à grandes dents pour les coiffures frisées ou même crépues. Cette fille doit aimer se transformer ou se dissimuler si j’en crois ce loup noir, ou alors se déguiser, mais c’est certain, changer de tête.

Que fait là un trognon de pomme à moitié enveloppé dans un mouchoir sans doute sorti du paquet de kleenex presque vide. Elle a dû attendre en ayant une petite faim. En tout cas elle ne laisse rien derrière elle, peut-être pour ne pas se faire remarquer. Oh là là : La montre, ultra perfectionnée ; j’ai l’impression qu’elle fait chronomètre, boussole et altimètre……….et GPS aussi. Montre de pro., mais quelle pro. ?

Les clés du trousseau sont bizarres, longues avec des extrémités étoilées ou courtes ressemblant à des tournevis. Elles doivent ouvrir des portes blindées au moins, des portes de coffres ? Quant au couteau, vraiment pas sympathique avec son grand manche et son cran d’arrêt. Je n’aimerais pas l’avoir sur la gorge, j’en frissonne ! Je commence à me demander qui peut bien être cette nana. »

De plus en plus intriguée et prenant de l’assurance en attendant le fonctionnaire qui tarde, fabricant sûrement son imprimé, Dorothée prend le briquet qui ressemble à un de ces vieux briquets rectangulaires d’autrefois en acier et elle entreprend de le faire fonctionner. Une énorme flamme jaillit, la faisant sursauter de frayeur et reposer l’objet à toute vitesse. « Ah mais qu’est-ce que c’est ? C’est un lance-flamme, pas un briquet ! »

Méfiante mais intrépide, elle avise le bouquet de lavande qui ne colle pas du tout avec le reste pense-t-elle et l’approche de son nez : « Mais ça ne sent pas la lavande, ça pique le nez et fait pleurer ! Mais qu’est-ce que cette fille fabrique ? »

Alors, curiosité à son comble, elle entrouvre fébrilement le calepin qui dévoile des pages de chiffres et de lettres, étudie le stylo qui semble avoir un minuscule orifice pas catholique sur son capuchon et le paquet de cigarettes qui, lui, semble désespérément  ordinaire, ce qui le rend suspect ! Enfin, elle ouvre carrément le portefeuille et découvre trois passeports avec trois photos différentes où l’on reconnait pourtant la même femme, mais dont le teint, les cheveux et même les yeux sont savamment modifiés et qui affichent trois nationalités différentes, italienne, américaine et russe.

« Ca y est, j’ai trouvé, cette femme est un agent secret ; soit elle a été éliminée, soit elle a décidé de disparaître sans rien emporter de son passé car elle doit repartir à zéro. »

     Gill

______________________________________

 

 

sac,perdu,tranche,vie

freepik

 


Le sac à main

      Dorothée commençait à regretter son civisme. L’affaire allait s’éterniser, elle le sentait. Assise sur le banc, elle attendait qu’un agent daignât s’occuper d’elle. Ce qui n’était pas près d’arriver, à en juger par le joyeux raffut provenant de la salle d’à côté, manifestement provoqué par un départ en retraite dignement arrosé ! Bon. Pour passer le temps, Dorothée décida de faire l’inventaire du sac. Vous auriez fait la même chose.

      Voyons donc : Poudrier, rouge à lèvres, peigne. Hum, coquette, la fille…Ensuite : un trognon de pomme. Oh la la ! Coquette certes mais pas très soigneuse, négligente, à la limite, enfin, passons. Quoi d’autre ? Stylo, calepin ; intéressant, ça ! Banal carnet d’adresses ou précieux réceptacle de réflexions poétiques ? On verrait plus tard. Peut-être. Un  paquet de kleenex, une montre. Tiens, pourquoi  la fille ne la portait-elle pas au poignet ? Elle était pourtant en état de marche, cette pauvre montre, et fort jolie ma foi. Ou bien…sa propriétaire ne revenait-elle pas de quelque rendez-vous galant, interrompu précipitamment ? Oh la coquine !

 La suite : paquet de cigarettes et briquet. Des mentholées, à bouts dorés qu’allumait un briquet rose bonbon. So cute ! Une petite nana, commençant à fumer ! Adorable ! Mauvais pour la santé mais adorable, si candide ! Et le bouquet de lavande ! Adorable, décidemment ! Petite touche de fraicheur si délicate, si féminine ! Tiens, ça rachète le trognon de pomme. Un  trousseau de clefs, drôlement lourd qui plus est. Combien de portes ouvraient-elles donc ? Sept ! Mystérieux tout-de-même. En tout cas la petite bichette devait être bien enquiquinée à l’heure présente. Et…qu’est-ce-que cela ? Oh un loup ! Noir, de carnaval, sexy en diable évidemment. Ah Ah Fifille ! Tu ne dois pas t’ennuyer, toi, dans la vie. Et derrière ça, un  couteau. Suisse, à quatre lames avec ouvre-boîte et tire-bouchon. A coup sûr pleine de contrastes, cette nana. Je me demande si je n’aimerais pas faire sa connaissance. Justement, voici le portefeuille. L’ouvrirai, l’ouvrirai pas ?

    Dorothée, hésite, partagée entre moralité et curiosité. Naturellement, cette dernière l’emporte, d’autant que notre Dorothée désire de plus en plus remettre ce sac  en mains propres, une amitié s’esquissant déjà, et forcement, n’est-ce-pas, dans ce cas, pour savoir l’adresse…

      Le portefeuille s’ouvre sur une carte d’identité. Examen de la photo tout d’abord. Quel visage étrange ! Mince, pâle, encadré d’une tignasse brune et bouclée. Un visage qui doit plaire, sans nul doute.  Un visage qui a nom : Duchamp ? OK. Et prénoms ?

     Jérôme, Alain, Gérard.

Elle devait repartir de zéro.

       El Pé

________________________________

 

dimanche, 12 février 2012

Histoire d'eau (3)

                   En 15 mn, écrire un ou plusieurs textes poétiques  courts  sur le thème

                                          la fontaine, la source, la carafe ou le verre

---------------------------------------------------------------------------------------

Image gratuite Luxe Campagne

fontaine 1.jpg

 

 

la fontaine 

 Un village haut perché dans la montagne, au centre sa fontaine ou coule un petit filet d'eau si fraîche,  autour d'elle, de grands arbres feuillus où il fait bon l’été, trois bancs verts vous invitent à papoter, vous reposer, je me penche et je bois à cette eau qui me revivifie, fontaine de village  on t’aime, vers toi tu nous amène ; tu es l'aimant qui attire les promeneurs, les anciens, les enfants 

Les longs soirs de juin  qui s'étirent sans fin, discussions passionnées, rires qui fusent, tu apportes la vie, le bonheur. 

Rina

-----------------------------------

 

Je connais une fontaine à la margelle de pierre moussue qui trône au centre de la place d’un de nos beaux villages méridionaux, sous de grands tilleuls séculaires qui embaument les soirs de Juin.

Elle est une oasis de fraîcheur dans notre midi assoiffé .Et sur les bancs qui l’entourent, elle accueille tous les passants, jeunes et vieux, oisifs ou pressés, pour une pause de quelques minutes ou pour des conversations interminables. On s’y donne rendez-vous entre amis ou bien les amoureux y apprennent à se connaître. Les jours de marché, on s’y retrouve pour arroser le pastis convivial sur le coup de midi et on prend l’excuse de la pureté de son eau pour renouveler l’opération autant de fois que nécessaire sous prétexte de la chaleur environnante. Son glouglou incessant berce les nuits d’été quand tout le monde dort avec les fenêtres grandes ouvertes pour capter la fraîcheur nocturne. De ses quatre tuyaux de cuivre, aux quatre points cardinaux on vient faire le plein de tous les récipients possibles et imaginables. Et comme le trop plein s’écoule dans des rigoles, même les animaux profitent de ses bienfaits pour s’abreuver, s’asperger, se baigner et les martinets plongent en piqué pour attraper les insectes à la surface de l’eau. Cette fontaine est le cœur vivant de la cité.

Mimi

------------------------------------

 


La fontaine


Fontaine, je boirai de ton eau

Elixir de dame nature.

J’en boirai jusqu’à plein vase,

J’en boirai jusqu’à pleins mots.

 

Mouty

___________________________________________________________

toutimages.com   

verre 2.gif

 

 Le verre


Mon verre… Tu jalouses

Le cristal de ton eau,

Son éclat limpide.

 

Tu es un contenant

Contente-t-en,

Heureux tintinnabule

Tu trinques à mon bonheur.

 

Tant va la cruche à l’eau

Qu’à la fin elle se vide !

Mon verre… Je te bois.

Tu m’aides à la traversée

De mon désert.

 Mouty

___________________________________________________________________

toutimages.com

 

carafe.gif

 

 

 la carafe 

 Ma carafe de verre transparent trône au milieu de la table en toute saison, je la bichonne, il faut que je me mire dedans quand elle est  remplie d'eau pure,  j'en verse dans un verre, le filet s'élargit en un éventail glougloutant, je te bois, te savourant, élixir vital  à tout être humain, animal, végétal, à toute vie  sur cette planète terre. 

 Rina

__________________________________________________

 



Photo : cc by-nc-nd - Bruno Monginoux - www.Photo-Paysage.com

la source 

 tu descend de si loin,  de la haut,  cachée sous les épais taillis de haies , de roseaux, tu avances,  peinarde jouant à cache-cache,  te découvrant soudain , sous le soleil tu sembles lézarder,  tu miroites de mille feux,  transportant débris de branches et multitude de petites choses mortes sèches   mais aussi  la vie ,, petits têtards frétillants , libellules bondissant  effleurant ta surface , grenouilles sautillantes.  Zigzaguant à l'aise  à travers champs  les irriguant quand un gros orage s'abat soudain, les noyant pour un court instant, tu retournes très vite dans ton lit, continuant ton voyage,  tu deviendras une grosse rivière qui finira beau fleuve et, partira voir là-bas l’océan.

Rina

_________________________________________________________________

 



Photo : cc by-nc-nd - Bruno Monginoux - www.Photo-Paysage.com

La source

Quand l’eau de la source

Sera au bord de tes lèvres

Dis-toi que tu bois de l’or

Bien des efforts auront été nécessaires

Pour acheminer ce trésor

Une longue marche sous le soleil brûlant

Un retour au jour déclinant

Les épaules meurtries

Par les seaux remplis

Oui quand l’eau glissera dans ta gorge

Reçois-là comme un cadeau de roi

Gill


La source est là, cachée entre deux rochers

La source, c’est la vie

Son eau pure te désaltère, te rafraîchit

Te débarrasse de toute trace

La source te purifie.

Sans la source tu ne peux vivre

Tu t’assèches, tu t’étioles

Tu te rabougris, tu meurs

Une simple goutte d’elle

Et tu renais, tu te redresse, tu revis.                               

 Gill

__________________________________________________

 

fontaine,filet,margelle,cuivre,plein,vase,cristal,carafe,élixir,taillis,haies,trèsor,roi,vie,purifie

gifsmaniac

 

 

COMME ARTHUR ET PARCIFAL

Tu mènes ta Quête du Graal.

Ne cherche plus.

Il est la coupe

Où nos, lèvres se rencontrent

Toi, moi, les autres,

Tous assoiffés de beauté, d’amour

Ou simplement d’eau pure.

                                      El PE

_____________________________________________________