Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 06 février 2016

Dieu ou Diable

Après un jeu qui nous a permis de trouver les expressions et mots suivants

sang - mauve - ami - nu comme un ver - main

En 20 minutes, écrire un texte les comportant et

Commençant par :

« Oui, bien sûr, Dieu existe, je l’ai rencontré »

ou

se terminant par :

« J’avais rencontré le diable en personne »

----------------------------------

dieu,diable,ami,sang,nu,ver,main

 

dieu,diable,ami,sang,nu,ver,main

 

 

 

 

pixabay

-----------------------------------------------------------------------

Le berger

Elle se faisait du mauvais sang. Beaucoup de mauvais sang. Adèle se complaisait depuis son enfance dans cet état second. Cela faisait partie de sa personnalité tapissée de viscosité mauve qui lui donnait l’impression d’être dans un bain d’argile.

Son ami, las de cette compagne grisâtre, avait fini par la lâcher pour reprendre sa vie de berger dans les Alpages. Là-haut il respirait à pleins poumons. Dans une nature luxuriante au mois d’avril. Les fleurs inondaient les prairies que Dieu avait magnifiées de sa palette chatoyante. Dieu ? Ou peut-être bien le diable… C’était trop beau, trop surnaturel : tout pour attirer le plus fieffé des mécréants.

Et puis ce berger, proche de l’innocence, portait maintenant dans son cœur la belle petite Héloïse, cuisinière et serveuse au refuge voisin accroché derrière le mamelon qui égayait l’horizon avec ses levers de soleil magiques. Elle lui était pratiquement tombée dans les bras un jour où, se croyant seul au monde, il se promenait nu comme un ver. On devine la suite.

Il lui avait alors demandé sa main.

Quand elle rentra au chalet, à la nuit tombante, en matière d’excuse elle bredouilla à son patron : « j’avais rencontré le diable en personne ! »

 

Mouty

__________________________________________

 

Dans le matin mauve, la charrette avançait lentement. La famille d’Oscar avait décidé de quitter les terres hostiles où rien ne poussent. Il avait pris sa femme, ses enfants et mis sur sa vieille charrette le peu d’objets qui lui restait encore. La main de l’homme n’avait pas réussi à domestiquer cette terre ingrate ; Il y avait pourtant sué sang et eau. Malgré son travail acharné et méticuleux, aucune récolte n’était venue.

En montant ici, sur les hauts comme on disait, il avait espéré gagner de nouvelles terres, offrir à sa famille un peu de confort et un air plus pur. Après trois ans d’efforts, sa femme avait perdu sa joie de vivre, ses enfants étaient plus chétifs qu’avant, lui était devenu rugueux et sec.

Ses parents et même son ami Pierre avaient essayé de le dissuader. Ils lui avaient : là-haut, ce n’est que cailloux et herbe sèche. Aujourd’hui, il se voyait arrivé à la ferme, plus pauvre qu’avant, nu comme un ver. Il avouerait à tous, que dans ces solitudes, il avait rencontré le diable en personne.

Claudie

________________________________

 

Marc, un ami d'enfance m'avait donné rendez-vous à vingt-deux heures. La nuit noire et glacée ne me donnait pas envie de sortir mais j'avais promis de le retrouver pour l'écouter, il avait besoin de présence. Je me suis donc décidée à revêtir ma cape mauve et à me lancer dans le froid. Je serais vite arrivée, il n'habitait pas loin.

         L'avenue longue et déserte était bien éclairée, j'avançais vite . Alors que je ralentissais en tournant dans sa petite rue , vers la caserne des pompiers, une main m'a happée au passage. J'ai tourné la tête et écarquillé les yeux en découvrant un homme nu comme un ver dont la bouche laissait goutter du sang telle celle d'un vampire. Elle s'agrippait à mon bras pour me tirer dans la caserne. Je me suis dégagée en hurlant, suis partie en courant avec l'impression que j'avais rencontré le diable en personne.

 

Marie

_______________________________________

 

Oui bien sûr, dieu existe, je l’ai rencontré et je le rencontre plusieurs fois par semaine. Monsieur Dieu, c’est le père de mon meilleur ami.

Il est concepteur de jeux vidéo. En plus, Comme il est très adroit de ses mains, pour se détendre, il fabrique des maquettes et quand je vais chez lui, je pourrais rester des heures à les regarder. Il a un grand garage et toute une partie est réservée à ses constructions ; Il y a quelques temps, mon copain m’a montré sa dernière création : un jardin extraordinaire, luxuriant, avec des végétaux si variés qu’on y trouve même un pommier dont on voit distinctement les petites pommes rouge sang. Tous les animaux de la création y figurent, jusqu’au serpent, et il y a même deux petites statuettes, un homme et une femme, nus comme un ver, comme s’ils venaient de naître, dont le visage reflète nettement le bonheur. Au dessus du jardin, il a construit une grande voûte, d’un beau bleu comme le ciel, avec quelques touches de mauve. C’est magnifique et quand on regarde ce jardin, on est envahi par une sensation de calme. Monsieur Dieu est vraiment doué car il n’a mis que sept jours pour faire cette maquette.

Malheureusement, il y a eu récemment une inondation dans le garage et le jardin a été détruit. Par précaution, il avait gardé des modèles de ses statuettes, -un couple de chaque espèce- qu’il avait rangés dans un petit bateau construit précédemment. C’est une chance, ce sera plus facile pour réaliser un autre jardin.

Quant à mon copain, c’est un vrai leader. Tout le monde l’écoute ; Dans notre groupe c’est lui le chef. Il n’a même pas besoin de commander, nous le suivons sans nous poser de question. Quelquefois, il a quand même de drôles d’idées ! Il dit : « si l’on te frappe sur une joue, tends l’autre » ou « pardonne à ceux qui t’ont fait du mal ». Les copains et moi avons du mal à faire ça. On n’est pas des saints ! En plus, il a une sorte de don. Quand l’un de nous se fait mal, il suffit qu’il nous touche pour que la douleur s’atténue. Il a un fluide magique, c’est sûr.

Nous sommes treize copains dans la bande et Luc et Matthieu sont très doués en français. Alors ils écrivent ce que nous pouvons appeler nos aventures. Ils disent que comme cela, nous n’oublierons rien, même quand nous serons grands.

En tout cas, c’est vraiment mon meilleur copain et l’autre jour je lui ai dit : « tu sais, moi je ne trahirai jamais ». Il m’a répondu : « en es-tu sûr, Pierre ? Tout peut arriver »….. N’importe quoi !

En y réfléchissant bien, je me dis que monsieur Dieu et son fils sont vraiment des gens pas comme les autres.

Gill

________________________

 

jeudi, 08 octobre 2015

La minute d'avant..................

La minute d’avant

20 minutes pour écrire un texte sur ce thème.

-------------------------------------------------------------

National Park Service 9-11 Statue of Liberty and WTC fire

wikimédia

La minute d’avant

8H45

    Le gobelet en carton se remplit lentement de café noir. Je l’ai choisi sans sucre. Je suppose qu’Abigaïl ne rajoute jamais de sucre. Où que ce soit.

Le café-ou ce qui est censé en tenir lieu- coule au ralenti, ce qui me laisse le temps d’établir une stratégie. Comment lui présenter ma demande ? Cela fait des semaines que j’y pense et je ne sais toujours pas. J’ai juste un peu avancé avec le coup du café. Bien sûr, ça me donne une contenance et un prétexte pour l’aborder de bon matin, mais ça ne résout pas tout. Loin de là. Je lui dis quoi, finalement ? « Cela vous dirait d’aller prendre un verre avec moi à la pause de midi ? » Non, archinul. D’abord elle se doutera bien que je ne lui propose pas d’aller prendre un pot avec Robert Redford -et elle se mettra à le regretter aussitôt- et puis à midi, on n’aura jamais le temps de parler, triple buse! Non, plutôt, en prenant un air à la fois jovial et détaché, comme s’il s’agissait d’une chose tout-à-fait naturelle : « Hey, salut ! Je me disais justement que ce serait sympa d’aller discuter autour d’un verre, ce soir, en sortant du bureau. OK ?» Ouais. C’est un peu mieux, mais pas terrible quand même ! Je me ficherais des claques. Il faut pourtant ABSOLUMENT qu’elle accepte. Je n’en peux plus, moi, de rêver d’elle, nuit et jour ! Seulement rêver hélas ! Yeux  ouverts car je ne dors pour ainsi dire plus depuis que je suis amoureux d’elle. Autrement dit depuis le premier moment où je l’ai vue, il y a deux mois.

       Frank n’arrête pas de me dire qu’elle ne casse pas des manivelles. Question de goût. Et Dieu sait que le pauvre Frank, bien qu’il soit mon meilleur copain, n’est pas gâté sur ce plan là. Concernant les nanas spécialement. En réalité, Abigaïl est super sexy dans ses petits tailleurs stricts…et quand elle enlève ses lunettes, Ouah !!!C’est comme si elle se mettait toute nue ! Elle a un regard tellement langoureux et- comment dire ?- tellement désarmé en même temps ! Un regard qui me donne tout-de-suite envie de lui faire plein d’enfants qui lui ressemblent et de les regarder grandir en lui tenant la main. Je voudrais pouvoir lui dire tout ça. Et aussi que le jour où elle va défaire pour moi son chignon si sévère et que je verrai ses cheveux roux crouler en cascades sur ses épaules, et bien ce jour-là sera le plus beau de ma vie !

   Merde ! Le café déborde. Sûr que je vais en renverser la moitié dans le couloir. Et je ne sais toujours pas comment l’abor…

8H46

   L’avion frappe de plein fouet la première Tour Jumelle.

                     El Pé

________________________________________

 

Je suis Charlie, Toulouse 8 January 2015 002

wikimédia

 

La minute d’avant

Charlie termina son édito sur un silence médusé, puis sur une ovation à faire vibrer les murs. Il avait trouvé les mots justes qui avaient fait coller son texte éthéré à la réalité : incertitude du moment mais confiance en l’avenir. L’humour grinçant était habillé de dentelles pour une fois. Pas de phrases abruptes, mais coulantes comme une eau de source. Un régal.

La minute d’avant, Charlie et son équipe prenaient un pot en l’honneur de l’anniversaire du journal.

La minute d’après, Charlie gisait dans une mare de sang.

Mouty

____________________________________________