Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 11 août 2017

Histoires terrifiantes

Racontez votre souvenir le plus terrifiant

----------------------------------

Mh eisenbahnweiche mit handhebel

wikimédia

 

Algérie. Oranie.Sidi-Bel-Abbès. Années 50.

    Il fait très chaud. C’est l’été et tout semble surexposé, phénomène coutumier dans le Sud.

 Ce matin, nous sommes partis de bonne heure, à la fraiche, mon père sur la mobylette, mon frère assis derrière et moi pédalant à côté sur ma bicyclette…rouge.

Il est comme ça mon père. Contre l’avis de tous et malgré les « évènements », ainsi nommés pudiquement par la presse et la population, il ne résiste pas au plaisir de nous emmener en ballade, mon frère et moi, chaque fois qu’il est en congé. Il adore, et nous aussi, découvrir des petits coins insolites, loin de la civilisation…quant au danger…quel danger ?

   Ce matin, après avoir quitté la ville, nous avons roulé longtemps sur un petit chemin de terre longeant une voie ferrée, celle qui relie Alger à Tlemcen, en fait. Il fait de plus en plus chaud, on a faim, on a soif ! Fort heureusement, un bosquet de pins maritimes apparait juste sur notre droite et nous invite à prendre un peu de repos à l’ombre de ses branches…ce que l’on accepte avec joie. Une fois sortis gourde, tartines, barres de chocolat, y avoir fait honneur et Papa bien installé pour une micro sieste réparatrice, nous décidons, enfin JE décide d’aller explorer un peu les alentours. A vrai dire il n’y a pas grand-chose à découvrir : des champs déjà moissonnés à perte de vue et la voie ferrée comme deux coups de ciseaux parallèles tranchant le paysage uniforme. On s’en approche et soudain, Dieu sait pourquoi, il me vient une envie irrésistible de passer d l’autre côté. Pourquoi ? Puisqu’à l’évidence rien de bien intéressant ne nous y attend mais… l’enfance a ses raisons que la raison ne connait pas. Il est vrai qu’à cet endroit précis une sorte de petit passage à niveau en bois a été aménagé pour protéger un jeu d’aiguillages.

Est-ce l’évocation d’un gué, surplombant une profonde rivière foisonnant de piranhas ? Sans doute. Toujours est-il qu’après avoir fait signe à mon frère de me suivre, et essuyé de sa part un refus à la fois poli et prudent, je m’élance en courant sur le dit-gué et…CRAC ! Mon pied gauche vient se coincer entre les deux morceaux de rails du premier aiguillage. Et impossible de l’en retirer. Moi, étrangement, je me mets à rire (j’avais alors dix ans) tandis que mon frère, affolé (mais il dramatise toujours, ce gosse) va prévenir mon père. Celui-ci arrive, pressé, pâle et effaré, visiblement tiré de son sommeil pour se retrouver en plein cauchemar. Il va essayer durant un temps qui doit certainement lui sembler très long, de sortir mon pied de ce maudit piège. En vain. La sueur ruisselle sur son visage pendant que je continue à rire comme une andouille. Finalement, en me triturant la cheville dans tous les sens, il y parvient. Et constate avec soulagement qu’il ne l’a même pas cassée.

    Après m’avoir fait jurer dune part de ne plus jamais recommencer, et d’autre part de ne rien dire à Maman, nous prenons le chemin du retour.

    Moins de cinq minutes plus tard, nous croisons l’express Alger-Tlemcen lancé à pleine vitesse et le mécanicien, sympa, (et qui d’habitude ne rencontre que des chèvres dans la région), nous envoie un coup de sifflet amical.

         C’est alors que je me suis mise à trembler, trembler, trembler, sans pouvoir m’arrêter…

       … Mais cela ne nous a pas empêché de poursuivre nos ballades jusqu’au mois de Juillet 1962…bien sûr.

 

El Pé

_______________________________

 

chien 2.jpg

pixabay

 

C’était le soir vers 18 heures. Ce n’était plus le jour, ce n’était pas encore la nuit. J’avançais sur le trottoir, au ras des villas neuves avec jardins si bien entretenus qu’on les aurait dit créés par un grand paysagiste. C’est le moment où l’on hâte le pas en pensant au calme de sa maison. La plupart des grilles étaient déjà fermées. Sauf une, celle devant laquelle je passais tranquillement.

          Soudain, un chien- loup au poil foncé surgit devant moi, gueule ouverte, dents apparentes, grondant férocement , le poil hérissé. Je n’eus pas le temps de penser au loup du Chaperon Rouge car mon esprit se vida.

           Je me figeai, paralysée par la peur, l’horrible peur qui me poussa à hurler : « Au secours ! Au secours !! ».

            Une voiture s’arrêta, le chauffeur descendit, brandissant je ne sais trop quoi. Le chien rentra dans le jardin que le propriétaire traversa en courant pour fermer la grille. Je lui criai des injures, les plus grossières que je connaissais. Merci mon frère de me les avoir apprises.

            La voiture repartit ; moi aussi, les jambes tremblantes, couverte de sueur.

            Je ne suis jamais repassée dans la rue. J’ai peur des chiens, depuis le petit chi-hua-hua enrubanné jusqu’au mastodonte, peut-être inoffensif…

             … Mais ça, comment le savoir ?

 

 Line

samedi, 21 novembre 2015

La porte

En 20 minutes écrivez un texte ayant pour thème

 Quelqu’un derrière la porte

 ---------------------------------

chiens mouillés.jpg

pixabay

 

Quelqu’un derrière la porte

Le vent n’a pas cessé depuis ce matin et la nuit tombe déjà. La tuile à loup hurle désespérément de façon lugubre. Les gros nuages noirs stockent encore la pluie qui ne devrait pas tarder. Temps de saison dit-on en cette fin d’Octobre. La grisaille rend dépressif. On attend que ça éclate. Voici les premières gouttes qui accélèrent leur cadence pour continuer au pas de charge, précédant des trombes d’eau qui s’abattent avec rage, tabassant impitoyablement tôles, toitures et végétaux, torturant tout sur leur passage.

Toc-toc. Tiens, on toque à ma porte. Faiblement. Puis, plus fort. Ensuite, on cogne carrément. Mon sang se glace. J’ouvre ou non ? Pas de judas pour me rassurer…

TOC-TOC ! Encore plus fort. Un cri désespéré. Quelqu’un derrière la porte par un temps pareil ! Ce serait inhumain de le laisser dehors. Je m’arme de courage, tourne la clef, entrebâille. Valérie, trempée comme une soupe, rentre de balade avec ses chiens. Tout ce monde crotté dégouline de toutes parts. Mais quel bonheur de faire entrer quelqu’un de connu : compagnie bienvenue, alors que j’étais paralysée de trouille.

Mouty

______________________________

derrière,porte,chiens

freepik   par sxc

 

Quelqu’un derrière la porte

Laura aimait jouer à cache-cache. Aujourd’hui, pour son anniversaire, elle avait tous ses amis avec elle ; c’était l’occasion d’une méga partie. Elle connaissait toutes les bonnes cachettes de la maison et n’avait pas encore était le loup.

Pourtant au dernier jeu, Théo, son meilleur ami, lui qu’elle admirait tant, l’avait trouvée la première. Elle enrageait. C’était son tour de compter, les yeux fermés, la tête dans les bras, debout derrière la porte.

Claudie

__________________________________



Lochneska poboba museumofnessie

wikimédia

 

Quelqu’un derrière la porte

 

La région des lacs, en Ecosse, est vraiment superbe. George et moi y avions loué un cottage afin d’y passer tout le mois d’Octobre, tant la poésie de l’automne, célébrée par les couleurs des Highlands nous enchantait. Positivement.

   Un soir, alors que le vent se déchainait au dehors, nous étions tous deux assis devant un bon feu de bois, notre chien Mortimer couché à nos pieds, et savourions, en connaisseurs, la lecture-à voix haute- d’un roman de Walter Scott….

…Lorsque soudain nous fûmes interrompus par un grattement furtif à la porte d’entrée. D’un bond, Mortimer se rétablit sur ses pattes et se mit à gronder. Ce qui m’alerta aussitôt car notre doberman, bien que catalogué « chien de garde » n’aurait jamais fait de mal à une mouche. George s’empressa de me rassurer en souriant : « Ce doit être une pauvre petite chose perdue dans la tempête. Je vais voir. Nous reste-t-il un peu de lait ? »

Il ouvrit la porte : personne. Fit quelques pas à l’extérieur, examinant les alentours tout en vocalisant un appel irrésistible pour tout félin normalement constitué : 

« Minouminouminouminou… ». En vain

     Le fait, par deux fois, se reproduisit à l’identique. Mortimer, quant à lui, donnait des signes d’agitation de plus en plus appuyés, lorsque George inspectait-toujours en vain-les abords de notre maison.

La troisième fois, Mortimer poussa un hurlement terrifiant et courut se cacher dans le placard de la cuisine. Une fois de plus, George se voulut rassurant : « Décidemment Darling, je me demande si l’acquisition de ce chien a réellement été une bonne affaire ! Mais trêve de plaisanterie, je vais en avoir le cœur net à présent. » et, tout en continuant à sourire, il se munit d’une puissante lampe-torche. Puis il ouvrit la porte.

   Sur le seuil se tenait Le Monstre. Immense, hideux, la gueule grand-ouverte !

Je n’ai plus jamais revu George.

 

            El Pé

____________________

derrière,porte,chiens,anniversaire,cache-cache,ecosse,monstre,mortimer

freepik      par sxc

 

Quand vient la nuit….

La porte est bien fermée ? Oui.

Tous les soirs, je vérifie cent fois la clé, les verrous. Je suis peureuse, TRES peureuse. C’est seulement après être restée un quart d’heure à tout regarder que je peux me coucher.

On pourrait alors penser que je vais lire, puis m’endormir tranquillement d’un sommeil calme et réparateur. Pas du tout ! J’écoute tous les bruits et je finis par me persuader que quelqu’un essaie d’entrer, qu’on force la serrure, qu’on secoue la porte. Je me lève, vérifie, me recouche, me relève. Bref, ma nuit ressemble à une saga infernale et au matin, fatiguée, j’ouvre une porte derrière laquelle il n’y a évidemment rien.

C’est pourquoi cette nuit, j’ai décidé de ne pas écouter le démon de la peur. Et j’ai beau entendre taper, sonner, secouer, je me dis que tout ceci se passe dans mon imagination et je ne cède pas. Alors, au matin, après avoir passé pour une fois une nuit sereine, j’ouvre ma porte par acquis de conscience, et surprise ! Mon mari est couché sur le paillasson.

« - Mais que fais-tu là ? Tu ne devais rentrer que demain.

Il me répond alors d’un ton grognon :

   - Mais enfin, tu ne m’as pas entendu ? J’ai sonné, tapé, appelé pendant des heures. Toi qui te lèves toujours dix fois avant de t’endormir, qu’est-ce que tu faisais ? J’ai passé une nuit épouvantable.

   - Et bien, pour une fois, la mienne fut divine »

Gill

___________________________

 

lundi, 21 septembre 2015

La marine à l'honneur

Après un jeu qui, à l’aide de photos, nous a permis de trouver les mots suivants :

Opportunisme/peur/indifférence/incertitude/douceur/ironie

Voici la consigne proposée pour ce jour de rentrée :

Vous êtes marin, marin d’eau douce ou navigateur chevronné, marin d’un jour ou capitaine au long cours.  En 25 minutes, écrivez un texte racontant votre première traversée en y incluant les six mots trouvés.

Si vous n’avez vraiment pas le pied marin et que vous préférez la navigation aérienne, racontez votre premier vol. 

------------------------------------

Santa-Maria

wikimédia

 

Récit de marin

         Je regarde devant moi respirer l’océan et une grande douceur m’envahit. Teintée de fierté : n’ai-je pas su convaincre, grâce à mon éloquence et ma ténacité, d’entreprendre enfin ce voyage ? Mais…ce ne fut pas une mince affaire !  Les autorités balançaient entre indifférence et incertitude, comme toujours. On sait ce que c’est. Je rongeais mon frein en silence, m’exhortant à la patience, alors que je bouillais intérieurement. Je crois que je n’ai jamais mangé autant d’œufs de ma vie, pour me calmer les nerfs. J’aurais tellement voulu pouvoir financer mon magnifique projet moi-même ! Hélas ! Pour le réaliser, il me fallait absolument un sponsor. C’est injuste mais  e cosi.

       J’ai finalement remporté le morceau grâce à l’opportunisme des puissants. En leur faisant miroiter les retombées fantastiques qu’offrirait cette traversée. En fait, il n’y a que ça qui marche. J’aurais dû commencer par là.

       Et nous sommes enfin partis. Cap plein Ouest ; ce qui somme toute peut sembler assez ironique (quoique loufoque soit plus approprié) lorsqu’on connait le but du voyage…et que l’on est un bleu de la marine (tiens, elle n’est pas mal celle-là, il faudra que je la replace)…ce qui, bien évidemment, n’est pas du tout mon cas. Ah, Dieu sait s’ils ont ri, ces ignorants, se sont fichus de moi ! Pendant que seul leur répondait mon regard méprisant. Je n’avais pas du tout envie de rigoler à l’époque. De moins en moins d’ailleurs car les jours passent et toujours rien à l’horizon. Les réserves en vivres et en eau douce baissent dangereusement et je lis dans les yeux de mes compagnons, ces hommes qui m’ont pourtant fait confiance, la peur à présent. Cependant, je n’éprouve aucun doute. Sauf un tout petit, de temps en temps. Mais il suffit que je m’encourage, comme le faisait autrefois ma mère en me laissant à la porte de l’école : « Avanti, Cristoforo, filio mio! » pour que je retrouve tout mon allant.

   Quoiqu’il en soit, une chose est sûre, à l’Ouest, il n’y aura rien de nouveau aujourd’hui. C’est pourquoi j’ai envoyé cette andouille d’Amerigo Vespucci prendre son quart au poste de vigie tout à l’heure. Il est gentil mais… En vérité, c’est bien parce que nous avons été à l’école ensemble que j’ai accepté de l’embarquer avec moi.

   Tiens, quand on parle du loup. Il est en train de crier quelque chose. « Plus fort, Rigo ! Quoi ! Que dis-tu ? Terre ? !! » Tous les hommes accourent maintenant  sur le pont et me regardent. Etonnés. Admiratifs. Mais moi je le savais depuis le début, que nous atteindrions les Indes par l’Ouest. Pardi.

                      El Pé

______________________

 

Barrou Neighbourhood, Étang de Thau, Sète 01

wikimédia

 

Cher papé, chère mamé,

Vous m’accusez d’indifférence parce que vous n’avez pas de mes nouvelles depuis une semaine. Franchement vous exagérez mais je vous pardonne étant donné votre douceur coutumière à mon égard. Je vous raconte ma première traversée maritime, celle de l’étang de Thau, remise de jour en jour depuis 6 mois, étant donné ma peur de l’eau profonde et les incertitudes du temps : un jour le vent, un jour la grève des marins, un autre le trop grand soleil ou le manque de diesel pour faire l’aller-retour. Comprenez mes hésitations, mes réticences devant autant de dangers potentiels. Par opportunisme et prudence, j’ai choisi un bateau peu chargé en enfants, car je le savais, ayant lu tous les livre d’Olivier de Kersauson, les enfants courent de la proue à la poupe, de bâbord à tribord, et plouf, on chavire. Je portais la bouée, les papillons, le gilet de sauvetage quand j’ai embarqué. Les passagers me regardaient avec ironie, cela m’était égal, un noyé n’est pas beau et je suis trop jeune pour mourir. Je regardais le capitaine qui, abandonnant son cabestan et son sextant, répondait au téléphone. Il paraissait perplexe, regardait sa montre, se tournait, l’air pas content, vers son équipage qui buvait je ne sais quoi, peut-être du rhum comme les flibustiers et les pirates. Mon cœur battait comme quand j’étais petit et que je partais à l’école. C’était la même angoisse. Enfin, le captain leva sa casquette et cria dans le mégaphone « le mécanicien n’a plus d’huile pour dégripper les bielles coincées dans les cardans, gardez vos billets et revenez demain. »

Mémé, pépé, je crois que demain sera l’an prochain, j’ai eu trop d’émotions. Je vous embrasse, votre petit fils courageux mais néanmoins bien sage.

Line

_________________________________

 

opportunisme,peur,indifférence,incertitude,douceur,ironie

BB Maurienne

 

De Bretagne en Polynésie

Jeune engagé dans la Marine, j’avais été affecté  au CEP Papeete. Par opportunisme, J’étais bien décidé à profiter pleinement de cette chance de faire un merveilleux voyage et je n’avais aucune incertitude à ce sujet : je savais qu’il serait inoubliable.

Nous étions partis de Brest, dans la froidure d’un matin pluvieux de février pour arriver mi-avril en vue de l’atoll de Mururoa, ayant passé 2 mois sur le bâtiment base Maurienne et vécu des escales plus enchanteresses et plus colorées les unes que les autres. Ce que j’en retiens, je crois qu’il me faudrait tout un livre pour le faire partager. Alors, comment condenser cette magnifique aventure en quelques lignes !

Parlerais-je de notre sortie du port, quand, l’hélice ayant heurté une balise, nous avions dû, avant même de passer le goulet, revenir pour réparer l’avarie. Mauvaise augure vous dîtes-vous, mais il en fallait plus pour entamer notre soif de découverte.

Parlerais-je de nos premières escales: les Canaries, Las Palmas. Nous y avions troqué la tenue d’hiver dans laquelle nous étions engoncés contre la tenue d’été plus appropriée à la douceur de la température et à la luminosité du ciel. Puis Les Antilles qui nous avaient carrément vus enfiler le short tant la chaleur était intense. Les Saintes, quelle merveille ! Je n’avais rien vu de pareil, moi le jeune terrien qui n’avait pas beaucoup quitté son Morvan natal.

Parlerais-je de notre passage du canal de Panama. Après une journée d’attente sur un lac d’où dépassaient des arbres, nous l’avions traversé de nuit, tous feux allumés et tous sur le pont, à l’écoute du moindre bruit, à l’affût de la moindre image ; mais tandis que le bâtiment glissait doucement dans l’ombre, la forêt qui nous entourait ne nous renvoyait que des sifflements, des feulements, des bruissements, des grognements, des piaillements, des gazouillis, nous laissant simplement deviner, à travers tous ces sons, la vie intense qui s’y cachait. Ce qui nous saisissait n’était pas de la peur, mais un sentiment d’inquiétude face à ce monde mystérieux qui nous entourait. Seul le clapotis familier de l’eau sur la coque nous ramenait à la réalité. Puis, débarquant à Panama, nous avions vraiment eu l’impression d’être dans une ville sortie tout droit d’un western. Il n’y manquait rien : ni les chapeaux de cow-boy, ni les éperons sur les bottes, ni les portes de saloon ; et le gros taxi jaune que nous avions emprunté était conduit par un noir qui fumait un énorme cigare et se retournait souvent vers nous pour discuter de manière joviale, sans s’inquiéter de la route ! Très couleur locale !

Parlerais-je de notre détour par l’île de Pâques où, après les avoir embarqués au Chili, nous avions déposé le gouverneur et sa femme. Ce jour-là, un brouillard épais s’était abattu sur l’île, la mer était grosse et le bâtiment dérapait sur son ancre ;  impossible pour la délégation dont je faisais partie d’embarquer sur la chaloupe pour rejoindre le bord. Quelle aubaine : nous avions dormi chez l’habitant, visité l’île à cheval, et contemplé les fameuses statues. Impérissable souvenir, partagé par peu de gens à cette époque.

Parlerais-je ? Ah mais j’oubliais le plus important, le passage de la ligne, après Panama. Comment ne pas le relater, c’est un moment incontournable pour le néophyte qui traverse l’équateur pour la première fois. Impossible de montrer de l’indifférence pour ce rituel assez éprouvant même s’il se déroule dans la bonne humeur. Cinglé de haricots secs ou de riz, enduit de farine et d’huile, arrosé à la lance à incendie, plongé dans la piscine du bord à presque en suffoquer, puis  félicité par un beau certificat le mettant  sous la protection de Nérée et lui permettant de voguer en paix sur toutes les mers du monde. Heureusement, il ne se vit qu’une fois, mais je le dis sans ironie, il faut l’avoir vécu.

De quoi parlerais-je encore ? De l’arrivée à Mururoa, et de bien d’autres choses qui mériteraient d’être racontées. Mais ça, ce sera pour une autre fois.

Gill

* à ceux de la classe 65

__________________________________

 

opportunisme,peur,indifférence,incertitude,douceur,ironie

pixabay

 

Marin d’eau douce

Vingt-cinq minutes pour me noyer,

Dans l’ironie, l’indifférence,

Morte de peur, vous le voyez,

Dans mon bateau sans consistance.

J’y montais pourtant en douceur

Faisant preuve d’opportunisme,

Arborant un air de bonheur

Tout en redoutant un séisme.

Je me disais « Faut y aller »

Bien que ce fut l’incertitude.

Des vagues, affronter le ballet

Ne fut pas un simple interlude.

Ma coque de noix ne tint pas,

Mon poids dépassant le tonnage.

Ce ne fut vraiment pas sympa

Cette expérience de voyage.

J’écopais l’eau, mine de rien,

Tout en restant près de la côte,

Je ramais comme un galérien

Bravant la pluie qui ravigote.

Mon cauchemar prit bientôt fin,

Arrêtant ma triste aventure,

Me réveillant d’un bond, enfin,

Dans notre atelier d’écriture.

 

Mouty

_____________________________