Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 08 décembre 2017

Les mots en couple

Un jeu nous a permis de trouver les couples de mots suivants

Boire / foire          mur / sur

Fol / bol          visage / virage

Pale / pile          matin / catin

Roche / riche          reine / peine

Ecrire un petit texte

chaque phrase doit contenir un couple de mots.

Le thème : le vent d’hiver

---------------------------------

boire,foire,mur,sur,fol,bol,visage,virage,pale,pile,matin,catin,roche,riche,reine,peine

Zygmunt Andrychiewicz

 

Vive le vent d’hiver !

Vive le vent d’hiver ? Pas pour tout le monde.

Dans le petit matin blême, son labeur nocturne terminé, la catin se hâte, dérapant sur la neige. Au détour du virage de la rue Mansart, son visage est cinglé par une rafale du vent d’hiver. La reine de la nuit, titubant de fatigue et de dégoût, peine. Elle ne devrait pas tant boire ni faire la foire, mais alors comment supporter cette vie qu’elle n’a pas choisie. Pour se reposer, elle s’appuie un instant sur le mur. Dans un fol espoir, elle rêve qu’un passant désintéressé lui offre un bol de chocolat bien chaud pour la consoler de tous ses maux. Mais seules des silhouettes emmitouflées passent rapidement, sans la voir, aussi reprend-elle sa route, luttant contre le vent, le dos courbé, avant de s’arrêter pile et de pencher son pâle visage vers le sol. Qu’est-ce donc, cette petite roche brillante par terre ? Mais ma parole……c’est un diamant… me voilà riche !

Alléluia ! Finis les petits matins frileux où, harassée, elle rentrera chez elle aussi pauvre et malheureuse qu’elle en était partie.

 

Gill

_________________________________________

 

boire,foire,mur,sur,fol,bol,visage,virage,pale,pile,matin,catin,roche,riche,reine,peine

pixabay

 

Vive le vent d'hiver

 

   Vive le vent d’hiver : son visage semble pâle, le givre peine à disparaître. Elle erre dans les rues, ce matin, encore ivre de la veille, sur cette foire où tout le monde exultait, criait, jouait, buvait. Sa mémoire s’effrite, elle revoit par intermittence le jeune homme, un riche aristocrate, beau comme un dieu, prévenant, généreux, drôle, inventif ; qui l'avait à moitié couchée sur la roche du jardin des poètes, pour l'embrasser et l'embrasser encore, pour lui dire et redire qu’elle était si belle, qu'elle était sa reine, que pour elle il allait prendre le virage de sa vie, tout quitter pour la rejoindre. Elle fouille fébrilement dans son sac : pile de quoi prendre un bol de café bien chaud. Le patron la toise d'un air méprisant : comment a-t-elle pu l'oublier le temps d'une soirée, d'une nuit peut être ? Elle, la catin, la folle du boulevard Jean Jaurès ! il reviendra, il lui redira qu'il l'aime, pour toujours. Quelque part sur le trottoir, un jeune homme égrène des notes sur un orgue de barbarie :

« C’est fou c'que j'peux t'aimer, t'aimer des fois, des fois j'voudrais crier

 car j'nai jamais aimé, jamais aimé comme ça, ça je peux tel'jurer.

La la la la , la la la la la la …..»

Vive le vent d'hiver, encore un café brûlant : oui oui, elle paiera plus tard ! C'est promis juré ! Le patron la sert à contre-cœur : le café est brulant, mais elle a froid, très froid.

 

Louis

______________________________________

 

boire,foire,mur,sur,fol,bol,visage,virage,pale,pile,matin,catin,roche,riche,reine,peine

pixabay

Vive le vent d’hiver

 

Le visage emmitouflé dans une grosse écharpe, le voilà parti sur son traineau, il fait bien attention car avant le mur, il y a un grand virage. La neige est tombée toute la nuit, sur la plaine, sur la forêt, sur la roche sombre des montagnes environnantes, teintant tout le paysage d’une riche blancheur éclatante.

 

Ce matin, avant de sortir, il a décidé de boire un grand bol decafé et dans le fol espoir de voir sa bien-aimée à la foire du village, la Catin comme la surnomme tous les villageois !!! Allez savoir pourquoi ???

 

Il a sauté dans son traîneau. Le vent d’hiver lui fouette le visage,le traîneau glisse silencieusement sur la neige épaisse, les chiens halètent, heureux de courir et de goûter au vent.Au loin on entend déjà les flonflons de la foire, les éclats de rire,les éclats de voix.

 

Le traîneau s’arrête pile à l’entrée du village dans la pâle lumière d’hiver. Il en descend, s’étire un peu et part à la recherche de sa reine. Elle est là  … rayonnante, entourée de jeunes gens et elle …rit en le voyant !!! Quelle peine !!

 

Il repart, le cœur lourd, sa bien-aimée ne l’aimera jamais, mais il essaiera toujours … on ne sait jamais !!!

 

Christine

 

_______________________________