Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 04 juin 2013

Scènes de crime

 

Un crime a été commis ; la police arrive sur place et procède aux premières constatations. En 25-30 minutes, écrire un texte dans lequel c’est la victime qui parle. Utilisez les éléments (tirés au sort) que vous possédez : le lieu du crime, l’arme du crime et le nombre de suspects potentiels ainsi que les mots à inclure dans le texte :

                       Dissuasif    diminutif   diable   dilettante

 Vous pouvez traiter le sujet à la manière sérieuse des « experts » (série télé) ou de manière humoristique ou farfelue.

       ------------------------------------------------------------------------

Théâtre municipal de Béziers wikimédia

 

 

LE CRIME DU THEATRE


Les loges du théâtresont si exigües et su peu équipées en étagères et placards que le diable n’y retrouverait pas son trident. Au milieu d’un amoncellement de fripes, git Victor, le vieil acteur cabotin, yeux grands ouverts et langue pendante. Arrivent le brigadier de gendarmerie et son équipe, le commissaire flanqué des agents de la police scientifique. La vue du cadavre et l’étroitesse des lieux eurent un effet dissuasifsur ceux qui n’avaient pas un premier rôle dans l’intervention à effectuer. Un scientifique, affublé d’un survêtement blanc - qui n’était pas un costume de théâtre mais l’uniforme de sa profession - scella un sachet en plastique après y avoir introduit un pistolet ramassé à un mètre du corps.

Victor, dit Vic - c’était son diminutif- regardait la scène de là-haut, imperturbable. Le passage vers l’au-delà l’avait planté dans la zénitude.

Quelle bande de cons dit-il, ils ne sont même pas foutus de mettre les pieds aux endroits où il y a de la place ! Ils piétinent mes rhingraves bordés de dentelle que j’arborai pour le derniers Molière ! Ont-ils seulement pris les photos d’usage avant de bouger mes membres pour passer ? Je savais bien qu’ils étaient nuls, mais là, ils dépassent les bornes ! Ils n’ont même pas pris la peine d’arranger un peu mon visage. Pourtant, j’aurais aimé ne pas être trop moche pour ma dernière sortie.

J’espère qu’ils vont interroger mes quatre collègues de scène avec lesquels j’ai joué maintes fois. On a bien rigolé ensemble, l’issue des spectacles n’était pas triste ! Mais on ne sait jamais ce que chacun a derrière la tronche, d’autant plus qu’ils venaient souvent en dilettantes

Eh, les amis, c’est peut-être bientôt fini les planches pour vous aussi ! Je vous attends dans mon coin de paradis. On reprendra la conversation et les rigolades après.

 

Mouty

_______________________________________________

 

Real fingerprints on fake crime scene

wikimédia

 

 

« ALLO ! Commissariat, BONJOUR , je signale un crime au 5  Rue du Château,  Appartement Rez de Chaussée  gauche.

- oui Monsieur, ne raccrochez pas S V P , votre nom ? Tu , tu , tu… Zut, il a raccroché l'imbécile » , fulmine l'agent qui a noté l'appel , un coup de fil anonyme ; les gars , une équipe pour le 5 rue du Château , c'est à deux pas d'ici , on nous signale par un coup de fil anonyme un crime , sans aucune précision , il faut aller voir ce qui se passe.

Alors ils arrivent ou quoi, ces flics , ce n'est pas que j'ai besoin d'eux maintenant , mais ce couteau  entre mes omoplates commence à me gêner sérieusement  et je sens un grand froid m'envahir, engourdissant tous mes membres ; pourtant je n'ai pas mal et vu d'en haut je sens que je vais me régaler de voir les tronches de la flicaille chercher des indices, une dernière fois, c'est moi qui domine la scène de ce crime qui est le mien . Ah les voilà , toute cette clique pour moi , Mo Mo , c'est mon diminutif je m'appelle Maurice et je suis un grand Caïd dans le milieu de la cambriole ; je n'en ai jamais tant vu , il doit y avoir de la nouvelle recrue en formation là ; alors qui commence c'est le légiste , au rapport , et enlève moi ce foutu couteau avant de me retourner vieux , c'est vrai que je suis mort  et que je ne dissuaderai plus personne à présent avec ma grande gueule et ma carrure , moi le Grand Maurice ; c'est que ça n'a pas été un voyage en dilettante , sur cette planète terre , alors je crois que je vais avoir droit directement à l'enfer avec le diable qui va pouvoir montrer tous ses satanés tour de cruauté à commencer par son rire sarcastique , j'en tremble ; mais je suis tout  ouïe. «  Commissaire, regardez,  le crime vient d'avoir lieu environ 20 à 30 mn au plus le corps est tiède et souple et l'arme est fiché entre ses omoplates , la victime était sûrement en train de vider ce coffre dos tourné ,il n'a pas entendu  les autres s'approcher , ils étaient au moins deux , c'est sûrement un règlement de compte. »


Mais évidement que c'est un règlement de compte , de ces salopards de Jojo et René  qui ont eu peur que je me taille avec le fric ,et à présent je n'en profiterai plus de ce fric , voilà, j'ai voulu être trop gourmand , je le paye au prix fort , ils doivent bien rire tous les deux ,mais leur tour viendra , je les attends car on va se retrouver tous ensemble dans cette fournaise enfer ;un rire tonitruant fait trembler toute la pièce ; horreur le diable arrive ,on me tire par les pieds , TERMINUS, Messieurs , je vous tire ma révérence.
Rina

________________________________

 

 La Défense - Les Tours 2wikimédia

 

 

 

Le Crime du 16ème étage

Etalé à plat-ventre, groggy, je suis en très mauvaise position pour voir ce qui se passe dans ce bureau du 16ème étage d’un immeuble de la Défense ; mais j’entends des bruits, en fait tout un brouhaha autour de moi. Et je vois du coin de l’œil des pieds, dont certains sont couverts de chaussons de bloc, s’affairer autour de ma personne.

Que fais-je dans cette posture bizarre ? Et bien je suis mort, ayant été pris en traitre par un familier qui m’a proprement fait passer de vie à trépas, si j’en crois la flaque de sang dans laquelle je baigne et le sacré mal de tête que je me trimbale. J’ai dû être assommé par un objet dur et massif qui m’a fait exploser le crâne, style gros cendrier par exemple. D’ailleurs, si je tourne un peu la tête, je peux m’apercevoir que le dit « gros cendrier », qui est sur mon bureau d’habitude, a disparu !

Mes chers amis de la police scientifique, je ne vais pas vous être d’une grande utilité, car, étant de dos, je n’ai pas vu mon agresseur, mais à mon avis, il n’y a que 3 suspects : ma secrétaire, à laquelle je donne le diminutif de kiki, une grosse idiote qui ne peut pas me voir en peinture, mon adjoint qui ferait n’importe quoi pour prendre ma place et mon collègue du 17ème étage avec qui j’ étais en compétition pour ce poste et qui travaille en dilettante plutôt qu’en professionnel. C’est bien le diable si la police n’arrive pas à coincer le coupable.

Quoi que, en observant ce qui se passe, je commence à douter de l’efficacité de ces scientifiques. Regardez la grande fille, là, elle a des cheveux qui dépassent de sa combinaison et va en semer sur toute la scène de crime, de quoi fausser les données et perturber tous les tests ADN ; et le grand balèze, là-bas, à la stature dissuasive, il ne s’aperçoit même pas qu’il transporte une petite goutte de sang sur son chausson ; il va en laisser partout. Et Dieu sait combien les taches de sang sont importantes pour la compréhension des faits.

Quant aux trois faux-jetons, les suspects, voyez leurs larmes de crocodile ; j’espère bien que la police ne se laissera pas abuser par leurs jérémiades. Hou hou, Monsieur le commissaire, ils me détestent, ils me détestent ; ne les croyez pas. Zut, pas facile de se faire entendre quand on a été assassiné. Je vais être obligé de patienter, d’attendre que l’enquête se déroule. Ce qui m’embête, c’est de me retrouver bientôt en tête à tête avec le médecin légiste. J’espère que ce ne sera pas douloureux, car le temps, à la limite, j’en ai maintenant, et attendre, je n’ai plus que cela à faire, mais avoir mal, ça, jamais. Je suis mort, c’est déjà pas mal, faut pas exagérer quand même !

     Gill

_______________________________________________

mercredi, 19 octobre 2011

imagine une prison...2ème consigne

 

Vous avez été condamné. Une piqûre vous endort. Vous vous réveillez  dans le désert, à perte de vue. Que faîtes-vous ?  20 mn

                  ________________________________

 

dive,piqûre,chocolat,oasis,mygales,scorpions,sentence,édgénérative,délire,danakil,koweït,enfer

 

Dive piqure

 

j’ouvre un œil. Et puis deux.

Du sable à perte de vue,

Je n’en crois pas mes yeux.

Incommensurable cette étendue.

 

Un grain de sable. Deux grains.

Non, ce n’est pas un jeu.

C’est un monde sans fin.

Je suis perdue. Je fais un vœu.

 

Vœu d’évasion : je suis servie !

L’imagination se détend,

Et je suis encore en vie !

Droguée ? Non, je m’en défends…

 

Le LSD, quel bonheur !

Je vois des fleurs à l’infini

Au milieu du sable farceur.

Mirage. « Mirage » avez-vous dit ?

 

Miracle répond mon intérieur.

La cocaïne me connait par chœur.

Divine piqûre dont je me méfie…

A vrai dire Non ! Hypocrisie.

 

Mouty

 

_______________________________________________

 

chocolat.jpg

 http://www.fond-ecran-image.com/galerie-membre/photo-p60-photo-paques.html

 

Condamnée ! Condamnée pour la vie entière à manger une plaquette de chocolat tous les matins du monde !...Quelle histoire !...On a beau varier la composition du chocolat et la proportion d’amandes, de noisettes et de raisins secs qui l’accompagnent, une plaquette quotidienne ça fait vraiment beaucoup…

Et puis voilà que ce matin, allez savoir pourquoi, je devais être en overdose, il paraît que le chocolat a des vertus hallucinatoires), je me réveille seule en plein désert !

Pour une surprise, c’en est une vraie et une bonne !

Pas une plaquette de chocolat à perte de vue… le rêve ! Fini le bruit du papier que je déchire et de la feuille d’alu que j’écarte, terminé les doigts collants et gras de chocolat qui fond avant d’être dans la bouche, oublié le goût du cacao légèrement écœurant et qui imprègne le palais pour longtemps…

Le désert est à moi et un nouveau dessert aussi : la petite oasis là-bas me promet ses dattes, une eau pure et courante et le lait de la chevrette qui court sous les palmiers. Quel bonheur !...

A moins qu’il ne s’agisse d’un mirage, ce serait terrible !

Mais non, tout cela est aussi vrai que dans un joli rêve, la preuve est que celui-ci est déjà effacé.

Marie-hélène

                   _________________________________



dive,piqûre,chocolat,oasis,mygales,scorpions,sentence,édgénérative,délire

 

                                                                              http://www.maxi-gif.com/


La sentence était tombée. Le diagnostic était formel. J’étais condamnée par une maladie dégénérative qui ne pourrait être soulagée que par des piqûres biquotidiennes et je les attendais impatiemment car elles apportaient un soulagement, hélas temporaire.

Malheureusement le traitement avait pour effet secondaire des cauchemars et des hallucinations assez traumatisants.

Ainsi, un jour, je me trouvai dans le désert à perte de vue, avec une soif inextinguible  et la brûlure du soleil sur ma peau à vif, éblouie par une lumière implacable. C’était une sensation très pénible, angoissante, insupportable. Que faire pour se sentir mieux ?marcher ?se coucher ? s’ensabler ?se retourner de temps en temps pour ne pas griller ?Je n’avais jamais été confrontée ni même pu imaginer une telle situation !Quelle était la bonne solution à adopter ?et j’étais seule, si seule !Inutile d’appeler, personne ne viendrait à mon secours !

Dans mon délire angoissant, je poussai un gémissement, un hurlement involontaire qui fit accourir l’infirmière à mon chevet. Elle me réveilla. Ouf ! Merci ! Un grand verre d’eau s’il vous plaît !

 MIMI

                          _________________________



 

dive,piqûre,chocolat,oasis,mygales,scorpions,sentence,édgénérative,délire

http://www.maxi-gif.com/


L'Afrique du nord, les serpents, les mygales et scorpions,  l'air chaud et sec, tous ces dangers effrayants me viennent à l'esprit en me réveillant dans une immensité désertique, du sable, des dunes,  le désert à perte de vue,  la tête lourde, les tempes battantes j'essaie de m'assoir rassemblant mes souvenirs ;  voyons est-ce un rêve ?  Que fais-je ici ? Le soleil brûlant fait vibrer l'air devant mes yeux éblouis,  mon esprit engourdi commence à s'éclaircir que s'est-il passé ? À mes côtés apparait l'image encore floue d'un marocain la tête  enturbanné, un chameau en laisse, quelle bestiole venimeuse m'aurait piquée; m'inoculant son venin si fort qu'il m'aurait condamnée  à la paralysie  momentanément ? Et pourquoi sui-je sur le sol enveloppée d'une couverture  bariolée ?  D’un seul coup la réalité me revient, je suis dans le sud du Maroc  en vacances  faisant  une ballade à dos de chameau, la douleur brutale de la piqure  ressentie au pied droit puis le noir complet, la chute sur le sable. Avec ma raison revenue, la douleur du pied se rappelle à moi je vois la rougeur de la peau tendue et gonflée, et ressent  dans la bouche le goût amer du breuvage que le chamelier me forçait à boire.
je m'en remettrai, ça va, mais quelle peur, et quel dommage d'interrompre cette promenade  que j'avais tant attendue, dans quelques jours surement, je sais déjà que je la referai  !!!!!
 
 Rina

                            ____________________________


 

dive,piqûre,chocolat,oasis,mygales,scorpions,sentence,édgénérative,délire

 

 


Merci mon Dieu, je ne suis pas morte puisque je suis dans le désert. Ce n’était donc pas la piqûre fatale ; on pouvait se le demander avec ce simulacre de procès, dans ce pays où règne la corruption.

Etre dans le désert, c’est une chose, en sortir, en est une autre. La condamnation, ce doit être cette épreuve pour sortir de là. Mais de quel désert s’agit-il ? Suis-je au Koweït et dans une dizaine de kilomètres verrai-je les tours de Koweït-City, ou suis-je dans la Danakil et me faudra-t-il des mois pour arriver sur les hauteurs d’Addis Abeba ? Comment vais-je résister à la chaleur du jour et au froid de la nuit et comment vais-je étancher ma soif ?

Je regarde autour de moi : des dunes, des dunes et des dunes, pas la moindre végétation. Du sable, du sable, et en haut, le soleil. A l’optimisme de mon réveil fait place une légitime inquiétude. Il faut bouger, c’est sûr et d’ abord retirer ce pull qui me tient chaud et le transformer en turban protecteur pour ma tête.

Je démarre, pleine de courage et d’entrain et je marche droit devant moi pendant ce qui me paraît des heures. Rien, sinon la soif qui me tenaille et la chaleur qui me brûle. Mais cette soif et cette brûlure, qui devraient m’anéantir, ne m’empêchent pas d’avancer. Je les ressens comme une torture permanente qui n’altère pas mes capacités physiques. La nuit me glace, le jour me cuit et j’avance toujours sans rien trouver.

Je ne sais pas combien de temps dure cette épopée avant que je ne me mette à penser avec terreur que j’ai peut-être été condamnée à errer éternellement dans le désert, avec cette souffrance permanente. Je veux que cela cesse. Je capitule et je m’allonge face au sol. Mon courage a disparu, je refuse d’avancer. J’enfonce mon nez dans les grains, puis mon visage entier, je vais me fondre dans le sable, m’incorporer à cette matière, devenir sable moi-même. Alors, peut-être un jour, un terrible vent me soulèvera, m’emportera loin de ce désert et je pourrai ressortir sous ma forme initiale, débarrassée de cet enfer, ma peine purgée.

Gill

                    _______________________

  

dive,piqûre,chocolat,oasis,mygales,scorpions,sentence,édgénérative,délire,danakil,koweït,enfer

                                                   http://colombo.pagesperso-orange.fr/index.html

 

 

             D’abord, quand ils m’ont arrêtée, je n’ai pas eu peur. Je m’y attendais. Lire un livre interdit est un crime encourant un châtiment sévère, je le savais. J’avais pris le risque, je payais. Normal.  Mais je n’aurais jamais pensé .Quand la condamnation est tombée : « Peine extrême, à exécuter immédiatement », je me suis mise à trembler. Parce qu’on n’a jamais revu un seul condamné à cette peine. Tous disparus, envolés, volatilisés. La mort pour un livre ? Non !!! J’ai hurlé, me suis débattue. En vain. Une aiguille a perforé mon bras, un liquide terriblement brûlant s’est répandu dans mon corps…et puis plus rien. Le noir. Le néant.

             Je me réveille à l’instant. Cela veut dire que je ne suis pas morte. C’est déjà une bonne chose. Je me sens un peu étourdie, mais ça va. Où  suis-je ? Dieu seul le sait, et encore. Dans une sorte d’immense cuvette sableuse on dirait. Complètement plate et désertique. Pas un buisson, pas un caillou n’en vient rompre l’effrayante rectitude, et bordée d’une ceinture de montagnes noires, pas très élevées à première vue. Où suis-je donc ? Sur Terre ? J’en doute, ou alors dans un passé ou un futur très éloignés.

             Près de moi, mon vieux sac à dos de rando. Délicate attention. A  l’intérieur quelques provisions, fort appétissantes ma foi, mais tout juste suffisantes pour une journée. Pourquoi ? Ah, j’y suis ! Le salut évidemment se situe derrière les montagnes et je dois y parvenir en un seul jour. Ou deux, en me rationnant. Oh ! Finalement, la peine n’est pas bien grave, ça ressemble plutôt à un jeu, genre télé- réalité.  Bon. Mais quelle distance vais-je devoir parcourir ? Impossible à dire .Inutile par conséquent de lanterner. En route.

            Je marche depuis des heures, je ne sais pas exactement combien. Dix ? Onze ? Le soleil n’a pas bougé. Toujours aussi haut dans le ciel. Je suis épuisée et mes provisions aussi. J’ai envie de me coucher là sur le sable et de dormir, dormir…

             Mais non !!!Le salut est derrière la montagne, surtout ne pas l’oublier ! Le salut ! Quelle forme prendra-il ?  Celle d’une source, jaillissant au sein de vertes frondaisons, d’un charmant village, où me restaurer, me reposer, d’une ville peut-être où je commencerai une nouvelle vie. Courage !!

             J’avance. J’avance toujours. J’ai presque atteint le sommet de la montagne. Je souffre affreusement. Pieds et mains en sang, peau brûlée par le soleil, gorge sèche. J’ai tellement, tellement soif !! Mais ça y est ! J’atteins enfin le sommet,. Prenant appui sur les bras, utilisant mes dernières forces je me hisse et…

               Horreur ! Exactement le même paysage m’attend de l’autre côté, se répétant certainement ainsi à l’infini : une cuvette sableuse et grise couronnée de montagnes. Quant au soleil, il est toujours aussi haut.

              Alors, de lassitude et de découragement, je me laisse tomber au sol. La pente m’entraine et glissant, roulant, je finis au terme d’une course folle par atteindre le sable de la cuvette. Là je ne bouge plus et attends la mort. Avec un peu de chance, elle ne tardera plus.

              Je ferme les yeux et les rouvre aussitôt. Dans un bruit terrifiant, moitié crissement, moitié grondement, le sable s’effondre devant moi, dégageant un cratère. Une créature monstrueuse en surgit. Monstrueuse par la taille car elle fait bien cinq mètres de haut ….oui même si elle ressemble vaguement à un homme.  Sauf que huit tentacules remplacent bras et jambes. Je veux crier mais aucun son ne sort de ma gorge. A  ce moment précis le monstre ouvre une bouche d’un rouge incandescent pour me dévorer ou me sourire ou les deux à la fois. J’ai très peur. A la vitesse de l’éclair, il fonce sur moi, me saisit…et se met à me bercer en fredonnant douce

                              El Pé

            _______________________________