Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 20 juin 2012

dernier texte de la saison 2011-2012

         Nous allons terminer cette saison par une dernière consigne

                             Notre blog sera en sommeil pour l'été

                       puis nous vous retrouverons en septembre

       bonnes vacances à tous nos visiteurs

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

      Un mot est tiré au sort dans les pages d’un dictionnaire

 

                        AERO-CLUB

 

          En 10 mn, composez le plus de mots possibles

                      avec les lettres de ce mot

 

 En 25 mn, faire un texte libre en utilisant tous les mots trouvés

________________________________________________

hélico.jpg

 

photo libre

 

 

 

Le départ pour un baptême de l'air en hélicoptère 

 

 

 

Hameau  reculéperdu en pleine campagne sous le soleil qui  brûletoute végétation qui aura l'audace de lui résister nous roulons sur un petit chemin caillouteux, bordé  de murailles oppressantes roc  millénaire, nos pneus accrochant le sol pierreux font entendre un bruit de raclage passage difficile entre les pierres déboulant, lors de pluies  d'orage subites, se détachant, faisant croulerdes morceaux de ces blocs obstruant le chemin déjà étroit, malgré les cahots incessants, avec nos ceintures bien boucléesnous sommes protégés et continuons notre avancée, quand nous sommes surpris par un dangereux virage me faisant penser au bec recourbé du  broc, ce récipient haut,  à col resserré,  servant autrefois pour verser l'eau qu'utilisait nos ancêtres dans leur cabinet de toilette ; déjà contractée  par la montée en virages du chemin, je sens  la peur me prendre aux tripes, surtout quand apparaît, tout à coup le hangar et les fameux hélicoptères alignés, ventrus et ronds, scintillants sous les rayons du soleil, je vais monter dans un de ces engins me dis-je ?  me sentant  terriblement mal à l'aise,  un homme, tout à fait décontracté, souriant, s'avance vers nous, nous saluant cordialement déjà je me sens rassurée et, quand  il nous explique patiemment,  jouant son rôle de pilote, tout le déroulement de ce premier vol, je suis conquise, ne voyant plus que la joie de me retrouver, volant dans le ventre ce gros oiseau,  au-dessus du magnifique paysage défilant sous mes yeux  ma peur s'est envolée,  je sais que ça va être fantastique et  me réjouis pleinement d'avoir osé ; j'en avais rêvé de ce baptême , je suis en train de le réaliser, je me promet de le vivre intensément, ce moment de bonheur.  

 

   Rina 

________________________________________

avion.jpg

Trouve Photo


 

L’aéro-club

 

-       Où vas-tu Basile, d’un air aussi guilleret ?


-       Je vais à l’aéro-club me payer quelques roulés-boulés au milieu des martinets !

 Kléber, attablé à la terrasse du bar, s’envoie un petit jaune qu’il savoure à minces gorgées.

 Deux vieux copains qui auraient pu faire la guerre ensemble, scotchés depuis la Communale, potes de collège, puis de lycée. Après le Bac, leurs chemins s’étaient écartés, chacun visant un horizon professionnel différent. Mais, depuis ce moment-là, l’aéro-club les avait réunis toutes les semaines pour de joyeuses parties de galipettes dans l’espace quand la météo donnait le feu vert.

 Un jour, Kléber y laissa une hanche et le bassin, son petit zinc n’ayant pas résisté au placage d’un coup de vent malencontreux. Depuis, ses cannes anglaises lui témoignaient un ardent soutien pour l’amener jusqu’au petit aéroport qui le faisait rêver.

 Kléber sirote et Basile sifflote.


-       N’oublies pas de t’abouler pour l’apéro Basile ! Et tâche de ne pas rater la piste ! Rappelle-toi qu’un pastis réchauffé n’est plus que de la mélasse !

Kléber essayait de mettre un peu d’humour là où le cœur n’était plus tout à fait. Mais dans sa tête, il volait.

 Les martinets, tout là-haut, ont ouvert le bal. Sur le bar, un poisson rouge parvient à tourner en rond dans un bocal en forme de cube. Il fixe Kléber d’un œil indifférent, résigné lui aussi à son absence d’ailes. Il ne va pas non plus voltiger avec les martinets.

 

             Mouty

____________________________________________________

 

bulle savon.jpg

4freephotos.com

 

 

 Dans une bulle de savon


La fillette bouclée

Souffle légèrement

Sur une bulle de savon

Qui monte, diaphane,

Dans l’air odorant

Du jardin.

La fillette au souffle léger

Se voit dans la bulle.

Elle joue un rôle ;

Elle va au bal.

Son carrosse a l’air d’un cube,

D’un cube avec des roues carrées.

Arrivée au palais,

Elle pénètre dans une salle aérée

Ornées de boules argentées

Où une multitude de danseurs

Tourbillonnent avec élégance.

Au fond, sur le trône, « devinez ! »

Un gros crabe !

La fillette n’en a cure, car il a, ma foi,

L’air racé.

Elle ne doute pas que dans deux minutes

En prince charmant transformé,

Il souhaitera l’épouser.

Elle avance la main,

Malédiction !

L’une de ses pinces se referme sur son petit doigt

Si fort que le sang coule ;

La douleur la ramène à la réalité,

Une épine du rosier grimpant l’a piquée.

Eclatée la bulle de savon,

Evaporée la Princesse au carrosse carré ;

Ne restent qu’un petit filet rouge sur son doigt,

Le soleil et les fleurs du jardin.

    Gill

________________________________________________



 

 

 



 

 

 

 

 


 

jeudi, 23 février 2012

Printemps des Poètes

  nous nous associons au Printemps des poètes qui aura lieu au mois de mars

                                     en proposant cette consigne 

                    écrire un poème en vers ou en prose sur le thème

                                             " ENFANCES "

       

        -----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

enfant cow boy.gif

VracImages

 

 

          Enfant débordant de joie 

          Tu apparais et c'est l'émoi 

          C'est l'instant de bonheur 

          Que tu amènes avec toi, la légèreté, l'envie

          De chasser hors d'ici l'ennui. 

          Ta gaieté me désengourdit

          Le corps, l'esprit, je reprends vie.

          Tu es le rameau nouveau 

          La sève qui s'est nourrie 

          De mon sang ma chair 

          Mon amour pour toi offert 

          Nuits d’insomnies, pleurs, cris, 

          Te voir pousser des ailes 

          Le jour où tu prendras ton envolée

          Sortant du nid, alors aguerri 

          Par une force nouvelle 

          Tu sauras dans la mêlée 

          Te lancer,  pour un beau défi 

          Le défi qu'est la vie.

                  Rina

______________________

 

 

sève,chair,nid

VracImages

 

 

         Enfance, vacances…Défenses !

 

          Non !! Touche pas !! Dis bonjour à la dame !!

 

       Enfance, vacances…Croyances !

 

           Le Père Noël, la douceur des femmes…

 

       Enfance, vacances…Souffrances !

 

            Vilain gamin, Maman t’aime plus !

 

       Enfance, vacances… Méfiances !

 

             Ne rien dire aux parents, motus et bouche cousue…

 

       Enfance, vacances…Errances !

 

              Le monde de la nuit, ses monstres et ses lutins…

 

       Enfance, vacances…Prudence !!

 

                Premiers baisers volés. Osera-t-on demain ?

 

 

 

      Puis s’efface l’enfance

 

      Enfin on devient grand

 

      Mais rien ne change vraiment.

 

                                El Pé

__________________________

 

sève,chair,nid

freepik.com

 

 

                          

          Je suis vraiment surpris

          Devant ce monde étrange

          Qui m’oblige à grandir.

          « Apprends et puis engrange »

          Me dit-on tout le jour !

          A toute observation

          Je préfère l’amour.

          Enfances : j’y nage.

          Je suis fait pour aimer

          Pas pour cet engrenage

          Tissé par des adultes

          Ignorants du jeune âge.

          Le monde des enfants

          N’est pas fait pour les sages,

          N’est pas fait de « jamais »,

          N’est pas fait de « toujours ».

          Les enfants c’est la vie.

          Pas celle des brimades

          Ni celle des faubourgs

          Où parents sans le sous

          Plongent leur désarroi

          Dans l’alcool. Dérobades,

          Tendresse trop cachée

          Pour transmettre une fois

          Une marque d’amour.

                        Mouty

____________________  

toiquiviensdethiopie 

sève,chair,nid,défenses,croyances,souffrances,engrange,engrenage,sages,bulle,cri,mains

crédit photo      Hans Silvester

 

 

          J’ai commencé ma vie

          Là, en toi,

          Protégé d’une bulle

          Autour de moi.

          J’ai ouvert les yeux, puis j’ai dormi

          De plaisir j’ai souri

          Tout doucement j’ai grandi.

          En sursaut réveillé,

          De mon abri expulsé,

          J’ai poussé un cri.

          Je t’ai cherchée, appelée,

          Mais je n’avais pas les mots

          Qu’il fallait.

          Ce monde inconnu m’effrayait et

          Privé de mon nid, je m’affolais.

          Puis j’ai senti  tes mains,

          J’ai reconnu  ta douceur et rassuré,

          Je me suis apaisé.

          Appuyé contre ton sein,

          De nouveau j’ai senti  que nous ne faisions qu’un,

          Souriant alors comme un chérubin,

          J’ai glissé dans un sommeil serein.

                            Gill

 

 

sève,chair,nid,défenses,croyances,souffrances,engrange,engrenage,sages,bulle,cri,mains

 

--------------------------------------------------------------------------------