Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 17 juillet 2018

A Cannes, face aux journalistes

Vous êtes réalisateur, interviewé par un journaliste, au Festival de Cannes

En vingt minutes, écrivez un texte où vous faites

la promotion de votre dernier film

----------------------------

interview-2207741_960_720.jpg

pixabay

 

J'avais envie de réaliser ce film depuis longtemps, il était écrit, prêt pour le tournage, il ne me manquait que le financement, et puis j'ai eu la chance de rencontrer dans un atelier d’écriture, à Béziers, Jean Luc Godard, qui m'a présenté le plus grand producteur de tous les temps. Il a lu mon scénario et a été enthousiasmé. Je ne vais pas vous révéler toute l’histoire, vous verrez le film ce soir au palais du festival, mais je peux simplement vous dire qu'il s'agit d'une histoire d'amour peu commune et qui, j'en suis sûr, va marquer le cinéma contemporain.

 

Les journalistes, les reporters , m'interpellent : "louis , louis , ho hé ! par-là !" je me prête volontiers au mitraillage des appareils photo , je souris, je minaude quelques baisers à Sophie Marceau qui est à ma droite , puis quelques mamours à Penelope Cruz qui s'accroche à mon bras: mais pas trop pour retenir la bretelle de son soutien-gorge qui a une fâcheuse tendance à  déraper ! un hélicoptère survole le tapis rouge, des paparazzis me zooment à qui mieux mieux, on me congratule, on m'admire, les badauds crient "louis louis on t'aime": des jeunes femmes en robe affriolantes se jettent à mes pieds, le tapis rouge s'enfonce sous les semelles de mes chaussures tandis que je monte savamment les marches du palais du festival:  une voix s’élève parmi le tumulte de mes admirateurs

"Et ben Louis ! qu’est ce tu fous ? c'est pour quand la pizza ?"

 

Louis

____________________

 

CRISTINA DE LA BARRERRA

 

Bonjour, je me présente :   Cristina de la BARRERRA. J’habite à Acapulco au Mexique et je réalise des films depuis 20 ans.

Si je suis ici aujourd’hui, à Cannes, c’est pour y présenter mon dernier film :

Le Cartel d’Acapulco.

J’aimerais attirer votre attention et celle du monde entier sur les conditions de vie dans mon pays et plus particulièrement dans l’état de Guerrero depuis que les cartels de la drogue y règnent en maîtres.

La magnifique baie d’Acapulco n’est plus une destination touristique prestigieuse mais un champ de bataille pour les « narcos ».

Les paysans dans les montagnes alentours ont abandonné les cultures traditionnelles comme le maïs, le blé et les haricots noirs pour celle beaucoup plus lucrative des fleurs de pavots.

Mon film raconte l’histoire d’une de ces familles  paysannes et l’emprise que le terrible cartel local, le plus puissant «  los corta orejas » ( « les coupeurs d’oreilles ») a sur tous ces pauvres gens.

Venez nombreux, la séance aura lieu à 19 heures ce soir. Vous ne serez plus les mêmes lorsque vous sortirez de la salle !!!

Christine

_______________________

 

Bonjour,

Nevets Bergspiel, c’est moi ! Vous me connaissez ! bien sûr ! Mon premier film, TEET (Très étrange extra-terrestre), a été très applaudi l’année dernière et a bénéficié d’excellentes critiques. Malgré un petit budget, j’ose dire que nous avons fait ce qu’on peut presque appeler un chef d’œuvre.

Vous n’avez pas fini d’entendre parler de moi, car « TEET et le savant fou », la suite de ce premier volet de la saga que j’ai imaginée, va frapper les esprits, tant il est original, plein de rebondissements, de suspense, voire d’horreur, sans oublier une pointe de romantisme. Tout est réuni pour un succès planétaire : pléiade d’acteurs inconnus  - j’aime les défis - mais très talentueux et très prometteurs, effets spéciaux à couper le souffle, maquillage très élaboré et costumes dessinés par la meilleure styliste du moment. Les quatre robots utilisés pour le personnage de TEET ont été très améliorés et les gros plans du visage montrent, je peux le dire, des émotions presque aussi parfaites que celles d’un visage humain ;

Donc, vous voyez, tout a été mis en œuvre pour que ce film devienne un ‘film culte »

Non, non, ne me le dites pas, je le sais, je suis LE réalisateur du siècle !

Gill

_____________________________

Les commentaires sont fermés.