Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 31 décembre 2017

C'était la FATALITE

Après avoir cherché des mots commençant par « FA »

nous obtenons une liste commune

 

Fada / Fastidieux / Faille / Falbala

Falot / Fastueux / Fâché

 

En 20 minutes écrire un texte contenant ces mots, dont le thème sera

LA FATALITE

---------------------------------------

fatalité,fada,fastidieux,faille,falbala,falot,fastueux,fâché

pixabay

 

Fatalité

 

Prométhée enchaîné par les dieux très fâchés

Le fada voleur de feu sur le trône usurpé

Une vie volée en fastidieuses chimères

Falbalas éclairés de rockeuses prières

Les falots possédants, vaniteuses présences

De faille en faille il descend dans l’innocence

Pour remonter vers soi, fastueuses réminiscences.

 

Louis

_________________________

 

fatalité,fada,fastidieux,faille,falbala,falot,fastueux,fâché

pixabay

FATALITÉ

 

Elle était fastidieuse, il était fada

Pourtant ils étaient ensemble ! Eh oui ! Allez chercher à comprendre …

Il faut dire qu’il était beau, viril, grand et surtout très riche. Il vivait dans un splendide manoir, il y donnait des fêtes fastueuses. Les femmes pleines de falbalas s’y pressaient comme des abeilles autour d’un pot de miel. Les hommes moins beaux, moins virils que lui, un peu falots, il faut bien le reconnaître , n’auraient manqué pour rien au monde ces soirées mondaines.

Elle, elle était belle, belle comme un astre resplendissant !

Ah ! Ils faisaient la paire tous les deux, vous n’avez  jamais rien vu de semblable ! Un couple lumineux sans  faille ou presque …

Mais ne soyez pas jaloux, ne vous fâchez pas….Elle était sotte, son cerveau avait la taille d’un petit pois comme celui de sa grand-mère. Elle était vraiment fastidieuse ! Il était colérique, un peu fou, complètement fada comme son grand-père !

Quelle fatalité !!!

 

Christine

 

_________________

 

fatalité,fada,fastidieux,faille,falbala,falot,fastueux,fâché

pixabay

 

C’était la fatalité

Le pauvre Romain avait toujours rêvé de posséder une BMW, allez savoir pourquoi ! Pour lui, c’était le signe d’une réussite fastueuse. Mais quand on est payé au smic et qu’on se demande s’il ne va pas baisser, on ne peut que se dire qu’il faut se serrer la ceinture.

Il ne pouvait pas prendre de crédit, en remboursant déjà un pour ses meubles, alors il avait économisé pendant des années, se privant de tout, menant une vie fastidieuse qui ressemblait à une robe austère et grise, sans aucun falbala. Et puis un jour, après un petit gain inespéré au loto, il eut suffisamment d’argent pour acquérir la voiture de ses rêves. Il l’entretenait comme un bijou précieux.

Un jour, c’était un petit matin falot, il y eut une faille dans le déroulement de sa journée, dès le matin, quand son réveil ne sonna pas, ce qui lui fit perdre quelques minutes. Ensuite, tous les évènements s’enchaînèrent les uns après les autres avec une logique implacable, recherche des clés, oubli de porte-documents, pour le conduire à un retard conséquent et à la catastrophe. Pour pouvoir traverser le passage à niveau avant le TGV de 8 heures 12, il démarra comme un fada, sans se souvenir qu’il n’avait presque plus d’essence, voulu passer alors que les barrières commençaient à descendre et que la voiture hoquetait déjà depuis quelques instants, et finit par s’immobiliser, en panne sèche, sur les rails, le TGV en vue. Il n’eut que le temps de sortir et de se sauver avant de voir son cher bijou broyé, dans un crissement de freins et un infernal bruit de tôles écrasées.

Assis dans l’herbe, sans une égratignure, pleurant son beau bolide, il ne fut même pas fâché. Dans un soupir de désespoir il se dit que c’était la fatalité. Il n’était pas fait pour avoir le moindre signe extérieur de richesse et allait retourner à sa terne existence.

Gill

__________________________

samedi, 30 décembre 2017

Actualité de la semaine

faire un acrostiche avec le groupe nominal

« LA CELEBRITE »

 dont le sujet sera en rapport avec

l’actualité de la semaine dernière, du 4 au 10 décembre.

---------------------------

 

Actualité de la semaine passée

 

La mort, la provoc’, les conflits

A l’aube de cette nouvelle année

 

C’est triste ! La semaine fut particulièrement chargée.

En laissant la France en deuil

L’écrivain et le rockeur s ‘en sont allés.

En catimini, ou presque, Netanyahu a serré la main de Macron.

Bien lui en prend, l’actualité est chaude.

Remarquez que dans cette partie du monde

Il n’y a jamais de temps mort.

Trump en profite, en rajoute

Et c’est partout l’escalade !!!

 

Christine

_______________________

 

Mort de rockeur

 

La vedette est partie sous les projecteurs

Anonymat interdit pour lui

 

Car sa vie appartient au public comme sa mort

Etoile filante il devait être

L’idole sur sa route pas à pas a grandi

Et son nom en lettres d’or

Brille sur la Tour au milieu de la nuit

Roi de la scène, homme de la démesure

Il enchanta les uns et agaça les autres

Toute la musique qu’il aima

En fera une célébrité à jamais

Gill

____________________________

 

La célébrité

 

La recherche des correspondances cachées

Aux souterraines vérités fredonnées en rimes

 

Comme Baudelaire par le gouffre attiré

Et Rimbaud dans les sens, déréglés jusqu’au crime

L’homme aux semelles de vent pleure les absentes

En Prométhée enchaîné saignant sur les cimes

Brûlé par le feu, guitares incandescentes

Révélé par la scène que les spots illuminent

Inondé de sang pour sang en sueur il enchante

Tant que va la vie jusqu’à la fin il culmine

Et Johnny sanctifié à nous autres indignes.

Louis

________________________

 

 

trois objets pour une histoire

Divers objets sont déposés sur la table

En choisir trois, et en 20 minutes écrire un texte inspiré par ceux-ci

Vous pouvez citer dans votre texte un ou plusieurs autres objets présents en dehors de ceux que vous avez choisis.

------------------------------------------

montre,gousset,porte-plume,bracelet,perles,sceau,bonnet,marin,bateau,coupe-papier

 

Une image de bateau, un béret marin, un coupe-papier Oh !  C’est une bien triste histoire que nous  racontent ces trois objets ! Inoffensifs, innocents pris séparément, rassemblés, ils évoquent aussitôt une musique fantastique, une musique d’opéra.

    (Italien, n’en déplaise au masque vénitien qui me fixe, goguenard, mais n’a pas de place chez Puccini. Chez Mozart, peut-être…)

    Parce que bien sûr, ce bateau, c’est une corvette. Elle vient d’accoster au tout début du XXème siècle dans le  port de Nagasaki, toute blanche au soleil.

    Et c’est un marin qui en descend. Non ! Personne ne songerait à toucher le pompon de son béret car c’est une casquette qu’il porte, une belle casquette d’officier de marine, assortie à l’uniforme blanc (lui aussi). Il faut reconnaitre que les militaires américains ont drôlement de la chance ! Leurs uniformes sont superbes ! Jusqu’aux treillis ! Admirablement bien coupés…mais revenons à l’histoire, ou plus exactement au livret.

    Et justement, on aimerait bien que le coupe-papier le fasse mentir, ce fameux livret !

On aimerait que la jolie et sympathique geisha l’utilise pour ouvrir une lettre qui vient de loin ; celle que le bel officier lui a envoyé, sitôt rentré dans son pays, pour lui dire, lui dire…     Quoi au fait ? Et bien que lors de son prochain voyage vers l’Amérique, elle, sa femme devant Dieu et les hommes, se tiendra près de lui, en route pour une vie pleine de bonheur, d’enfants et de ces nouvelles inventions qu’on appelle automobiles…

     … On aimerait .Mais non.

Inexorable comme le destin, le coupe-papier va se transformer sous nos yeux en sabre de samouraï.

 El Pé

 

Tornai Geisha 1904

wikimédia

___________________________________________________

montre,gousset,porte-plume,bracelet,perles,sceau,bonnet,marin,bateau,coupe-papier,masque,vénitien

 

Fangataufa, mars 1970, Bâtiment Base Médoc.

Tout l’équipage est sur le pont. Nous sommes alignés les uns à côté des autres, l’air grave, emplis de tristesse, écoutant le prêtre célébrant la messe en leur honneur. Comme nous tous, j’ai les larmes aux yeux, et je pense à lui.

Je ne me souviens pas de son nom, à peine de son visage, mais je sais qu’il n’avait même pas 20 ans, qu’Il était rieur et ravi de son affectation sur un sous-marin. Je l’ai connu à l’école des commis aux vivres où il était avec nous pour apprendre à faire le pain, car sur les sous-marins, c’est le commis qui fait office de boulanger. Je ne sais plus s’il avait choisi cette affectation ou s’il n’y avait plus d’autre choix, mais sa bonne humeur et son excitation à l’idée d’embarquer faisait plaisir à voir.

Quand il est parti, je ne l’ai jamais revu et je n’en ai plus entendu parler jusqu’à ce jour. Il a dû monter à bord, le sourire aux lèvres, dans un port du Midi, pour une simple patrouille. Il n’est jamais revenu.

C’était il y a quelques jours, le sous-marin, c’était l’Eurydice, et aujourd’hui, cette messe à laquelle nous, marins du Médoc, dans la lointaine Polynésie, assistons, c’est pour rendre hommage à tout son équipage, 57 hommes portés disparus.

Gill

montre,gousset,porte-plume,bracelet,perles,sceau,bonnet,marin,bateau,coupe-papier,masque,vénitien

___________________________________

 

montre,gousset,porte-plume,bracelet,perles,sceau,bonnet,marin,bateau,coupe-papier,masque,vénitien

 

Le président de la république a déposé un crayon sur le cercueil, bien en évidence. Jean d’o s’est retourné doucement, sans faire de bruit, étouffant tant bien que mal les grincements des planches :

« Voyons, le public est massé vers la gauche, Si je soulève doucement le couvercle à droite, juste de quoi passer la main pour attraper le crayon, personne ne verra rien » :

 

 Jean d’o jette un coup d’œil à sa montre gousset : c’est long, c’est interminable, ennuyeux comme une séance à l’académie française ! Le couvercle s’entrouvre, deux yeux bleus immaculés d’azur, malicieux, observent la foule : tout ce noir ! Ça reste là, ça bouge pas, rien pour attirer le regard ! Ah si, peut être le bracelet en perles de la dame, juste devant ! Jean d’o glisse sa main en dehors de la boite, tâtonne, c’est doux une perle, ça y est, je l’ai ! Hé hé ! »

 

Le bracelet rejoint la poche de l’académicien !

 

Louis

montre,gousset,porte-plume,bracelet,perles,sceau,bonnet,marin,bateau,coupe-papier,masque,vénitien

__________________________________

montre,gousset,porte-plume,bracelet,perles,sceau,bonnet,marin,bateau,coupe-papier,masque,vénitien

 

              BONNE-MAMAN

 

 

Bonne-Maman ! Que de souvenirs !

 

Le Crotoy, la baie de Somme, le lilas de mer, les baignades, les

Goûters  sur  le  sable  chaud , le  réveil avec la  bonne  odeur          de chicorée et de tartines grillées qui vous chatouillait le nez.

 

Bonne-Maman, toujours de bonne humeur, la maison pleine de petits-enfants pendant les vacances.

Elle était institutrice, tout comme sa sœur l’était, tout comme je le suis devenue !

 

Il y avait toujours un petit coin tranquille où faire les devoirs de

vacances, un porte-plume, de l’encre, des buvards, des cahiers ….. et Bonne-Maman, gentiment penchée sur notre épaule, nous

guidait, nous expliquait. Elle m’a appris à lire lorsque j’avais 4

ans. Elle m’a donné envie d’apprendre, elle a éveillé ma curiosité. Nous l’écoutions, bouche bée, nous lire les aventures de l’âne Cadichon, du Général Dourakine et de Robinson Crusoé. Nous avons ainsi voyagé des après-midi entiers bercés par ses lectures.

 

En été les marées n’avaient plus de secret pour nous, les crevettes ne nous résistaient plus, de retour à la maison on se régalait de bigorneaux que l’on sortait de leurs coquilles avec une épingle et de coques fraîchement trouvées dans la vase. Les meilleures bâches étaient cartographiées dans notre cerveau, ces trous d’eau tiède lors de la marée basse faisaient

notre joie, on s’y jetait, on s’ébrouait…

 

Bonne-Maman !  Que de souvenirs !!!

 

 

Christine

 

PScrotot9203

wikimédia

____________________________

samedi, 09 décembre 2017

Une chanson pour incipit, un roman pour fin

Après avoir fait deux pots dont l’un contient des titres de chanson et l’autres des titres de roman trouvés par chaque participant, nous tirons au sort un de chaque et nous obtenons :

« Des mots d’amour » pour la chanson

« La peau de chagrin » pour le roman

En 20 minutes, écrire un texte

qui commence par le titre de la chanson

et finisse par celui du roman

----------------------------------

chanson,roman,mots,amour,peau,chagrin

pixabay

 

Des mots d'amour: JT. Sophie relit encore sur son smartphone J T. signé Roland.  Ça veut dire quoi J T ? Deux jeunes lycéennes tapotent fébrilement à toute vitesse, leurs doigts virevoltent sur le clavier pendant que leur visage s'éclaire, s’assombrit, exulte, sourit. Sophie ose:

« Pardon mesdemoiselles, ça veut dire quoi J T ? les jeunes filles s'esclaffent.

-Mais madame, ça veut dire je t’aime !

Sophie rougit, se rassoit, regarde bêtement son téléphone « alors c'est ça ? Un SMS, un texto, comme ils disent ? Deux lettres et c'est tout ? Peut-être qu’aujourd’hui il ne faut plus en dire trop ! Mais oui, mais c'est bien sûr ! Raphaël de valentin le savait, lui qui avait acheté une peau de chagrin qui rétrécissait à chaque fois qu'il avait un désir, jusqu’à la mort. Peut-être faut-il économiser sa vie, vivre la mort dans la vie, sans désirs, sans passions, sans amour, pour avoir la satisfaction, en rentrant le soir, de constater que la peau de chagrin n'a pas rétrécie qu’il reste encore quelques dizaines d'années à vivre ! Mais oui : bien sûr, c’est pour ça que son mari est mort. C'est parce qu'il lui écrivait des lettres de plusieurs pages, des « mon amour, des ma chérie ». Des métaphores, des poèmes, des mots enflammés, qu'elle dévorait jusqu’à la dernière goutte. Ça, c’était avant : avant la peau de chagrin. Elle rallume son smartphone : «M S moi aussi ». Mais non, ça doit être « MA ? et puis non. C’est la première fois qu'elle envoie un sms, mais ce sera la dernière. Elle sort une feuille de papier, un stylo à plume, elle compose, elle remplit les pages, sous les yeux éberlués de son fils Damien. Elle ne peut pas s'en empêcher, tant pis pour la peau de chagrin.

 

Louis

 

PS : les morts gouvernent les vivants

 

____________________________________________

 

chanson,roman,mots,amour,peau,chagrin

pixabay

 

La première fois

 

Des mots d’amour, des mots tendres, des mots amers, des mots brusques, des mots méchants, tout y est passé !

Il a dû s’arrêter car il avait épuisé tout son vocabulaire, son énergie aussi.

L’animal ne bougeait pas, ni à droite, ni à gauche, ni en avant, ni en arrière.C’était la première fois que l’homme essayait de lui apprendre un tour.  Il pensait qu’ainsi il pourrait partir sur les chemins, par monts et par vaux, troubadour, musicien et dompteur, libre, libre comme l’air. Mais l’animal ne l’entendait pas de cette oreille, il faisait de la résistance. Il tournait sa grosse tête vers la forêt, il regardait son domaine avec nostalgie !

La route, les villages, la foule ce n’était pas pour lui…. À lui la liberté, les arbres, les grottes, le bon miel, les pousses tendres des arbres.

Chacun avait son rêve ; le cœur de l’homme palpitait, s’entêtait : la route, la liberté. Celui de l’animal s’arrêtait : sa chère forêt.

Les espoirs de l’homme s’éffilochèrent comme peau de chagrin.

PS : … et l’animal repartit vers sa liberté !!!!.....

 

Christine

 

_______________________________________

 

 

vendredi, 08 décembre 2017

Les mots en couple

Un jeu nous a permis de trouver les couples de mots suivants

Boire / foire          mur / sur

Fol / bol          visage / virage

Pale / pile          matin / catin

Roche / riche          reine / peine

Ecrire un petit texte

chaque phrase doit contenir un couple de mots.

Le thème : le vent d’hiver

---------------------------------

boire,foire,mur,sur,fol,bol,visage,virage,pale,pile,matin,catin,roche,riche,reine,peine

Zygmunt Andrychiewicz

 

Vive le vent d’hiver !

Vive le vent d’hiver ? Pas pour tout le monde.

Dans le petit matin blême, son labeur nocturne terminé, la catin se hâte, dérapant sur la neige. Au détour du virage de la rue Mansart, son visage est cinglé par une rafale du vent d’hiver. La reine de la nuit, titubant de fatigue et de dégoût, peine. Elle ne devrait pas tant boire ni faire la foire, mais alors comment supporter cette vie qu’elle n’a pas choisie. Pour se reposer, elle s’appuie un instant sur le mur. Dans un fol espoir, elle rêve qu’un passant désintéressé lui offre un bol de chocolat bien chaud pour la consoler de tous ses maux. Mais seules des silhouettes emmitouflées passent rapidement, sans la voir, aussi reprend-elle sa route, luttant contre le vent, le dos courbé, avant de s’arrêter pile et de pencher son pâle visage vers le sol. Qu’est-ce donc, cette petite roche brillante par terre ? Mais ma parole……c’est un diamant… me voilà riche !

Alléluia ! Finis les petits matins frileux où, harassée, elle rentrera chez elle aussi pauvre et malheureuse qu’elle en était partie.

 

Gill

_________________________________________

 

boire,foire,mur,sur,fol,bol,visage,virage,pale,pile,matin,catin,roche,riche,reine,peine

pixabay

 

Vive le vent d'hiver

 

   Vive le vent d’hiver : son visage semble pâle, le givre peine à disparaître. Elle erre dans les rues, ce matin, encore ivre de la veille, sur cette foire où tout le monde exultait, criait, jouait, buvait. Sa mémoire s’effrite, elle revoit par intermittence le jeune homme, un riche aristocrate, beau comme un dieu, prévenant, généreux, drôle, inventif ; qui l'avait à moitié couchée sur la roche du jardin des poètes, pour l'embrasser et l'embrasser encore, pour lui dire et redire qu’elle était si belle, qu'elle était sa reine, que pour elle il allait prendre le virage de sa vie, tout quitter pour la rejoindre. Elle fouille fébrilement dans son sac : pile de quoi prendre un bol de café bien chaud. Le patron la toise d'un air méprisant : comment a-t-elle pu l'oublier le temps d'une soirée, d'une nuit peut être ? Elle, la catin, la folle du boulevard Jean Jaurès ! il reviendra, il lui redira qu'il l'aime, pour toujours. Quelque part sur le trottoir, un jeune homme égrène des notes sur un orgue de barbarie :

« C’est fou c'que j'peux t'aimer, t'aimer des fois, des fois j'voudrais crier

 car j'nai jamais aimé, jamais aimé comme ça, ça je peux tel'jurer.

La la la la , la la la la la la …..»

Vive le vent d'hiver, encore un café brûlant : oui oui, elle paiera plus tard ! C'est promis juré ! Le patron la sert à contre-cœur : le café est brulant, mais elle a froid, très froid.

 

Louis

______________________________________

 

boire,foire,mur,sur,fol,bol,visage,virage,pale,pile,matin,catin,roche,riche,reine,peine

pixabay

Vive le vent d’hiver

 

Le visage emmitouflé dans une grosse écharpe, le voilà parti sur son traineau, il fait bien attention car avant le mur, il y a un grand virage. La neige est tombée toute la nuit, sur la plaine, sur la forêt, sur la roche sombre des montagnes environnantes, teintant tout le paysage d’une riche blancheur éclatante.

 

Ce matin, avant de sortir, il a décidé de boire un grand bol decafé et dans le fol espoir de voir sa bien-aimée à la foire du village, la Catin comme la surnomme tous les villageois !!! Allez savoir pourquoi ???

 

Il a sauté dans son traîneau. Le vent d’hiver lui fouette le visage,le traîneau glisse silencieusement sur la neige épaisse, les chiens halètent, heureux de courir et de goûter au vent.Au loin on entend déjà les flonflons de la foire, les éclats de rire,les éclats de voix.

 

Le traîneau s’arrête pile à l’entrée du village dans la pâle lumière d’hiver. Il en descend, s’étire un peu et part à la recherche de sa reine. Elle est là  … rayonnante, entourée de jeunes gens et elle …rit en le voyant !!! Quelle peine !!

 

Il repart, le cœur lourd, sa bien-aimée ne l’aimera jamais, mais il essaiera toujours … on ne sait jamais !!!

 

Christine

 

_______________________________

 

 

Arrêt sur image

Chacun choisit une image représentant un animal.

En 15 minutes, écrire un texte inspiré par cette image.

----------------------------------

image,animal,sauvage

pixabay

 

C'est beau un requin ! Admirez comme il se déplace avec grâce dans son milieu naturel, mais c'est dangereux aussi, et il vaut mieux ne pas investir son environnement.

Vous comprenez je pense que je parle des requins qui peuplent nos océans car les autres…ceux que nous connaissons, que nous côtoyons dans notre environnement !!! Comment les éviter ? Ils sont également féroces et leur dents même bien blanches soignées et bien alignées sont de redoutables armes lorsqu'elles rayent le parquet.

 

Dedou 

_________________________________

 

image,animal,requi,crocodile,chat,lion

pixabay

 

LE CHAT

 

Georges a bien dormi, il en avait besoin : il a fallu transporter le corps jusqu'à la voiture, le fourrer dans le coffre, l'enterrer tant bien que mal dans la forêt en pleine nuit avec cette terre qui refusait de s'ouvrir. Mais ça va, c’est fait, on ne reparlera plus de Fredo, terminé ! Georges se sert un café, bien serré. Le commissaire Bettina semble désorienté : l'interrogatoire n'a rien donné, c’est pas lui, c'est pas Georges, c'est sûr maintenant. Le commissaire prend congé avec la formule consacrée : «si vous avez quoique ce soit de nouveau vous m’appelez ». Il se prépare à quitter les lieux. Soudain, un miaulement. Il se retourne. Un chat, blanc, immaculé, le fixe du regard : immobile, les yeux exorbités, avec une certitude dans le regard : il sait, il ne sait pas ce qu’il sait mais il sait ! Georges sent la sueur couler dans son cou, il titube et s’effondre, dynamité par l’évidence: «saloperie de chat !»

 

Louis

_______________________________

 

image,animal,requi,crocodile,chat,lion

 

L’incroyable histoire de Coco, le crocodile

 

            A voir comme ça, il a l’air paisible, affalé comme il l’est sur une berge du Nil. Et les passagers qui descendent le fleuve bleu lui jettent à peine un coup d’œil, blasés à présent. C’est qu’ils en ont vu des crocos tout au long de cette croisière. A en avoir une indigestion !  A croire que les agences de voyages les disposent du Caire à la frontière, exprès. Ils passent donc, et pas un ne prend une photo de Coco.

            Et pourtant, s’ils savaient !

    S’ils savaient qu’il y a un peu plus de 3000 ans, un jour, à cet endroit précis d’ailleurs, il découvrit là, au milieu des roseaux, un panier. Avec, à l’intérieur, un nouveau-né rose et potelé, appétissant  à souhait.

Sa première idée fut de gober-youp- cette petite friandise… et puis finalement non. Bien au contraire, Dieu seul sait pourquoi*. Il monta donc la garde près de l’enfant toute la soirée et toute la nuit, ne dormant que d’un œil, comme seuls les crocodiles-et encore pas tous- savent faire, afin de le protéger de la convoitise  de ses parents et amis, attirés par des pleurs très affriolants.

Immobile, vigilant, il demeura fidèle à son poste jusqu’à ce qu’un groupe de jeunes filles matinales finisse par découvrir à leur tour le panier, s’attendrir devant son contenu et emporter le tout vers le palais du pharaon.

Les regards des touristes indifférents glissent sur le vieux crocodile. Ignorants que sans ce vieux, très vieux crocodile, le monde, à coup sûr, aurait été bien différent. C’est pourquoi Yahvé, de bonne humeur ce jour-là, offrit à Coco, en récompense… l’immortalité.

 

El  Pé

*Bien sûr.

______________________________________

 

image,animal,requi,crocodile,chat,lion

pixabay

 

L’avertissement

Tous sont réunis autour du Roi Lion.

Ils sont tous là ! Tous ont répondu à l’appel pour examiner et résoudre leur problème commun, sous peine d’extinction de leur race : le Prédateur, l’Homme, celui qui, si on le laisse faire, si on ne l’arrête pas à temps, va faire de cette terre, par sa méchanceté, sa vénalité, sa bêtise, un désert d’où seront absents tous les animaux de la création, sauvages comme domestiques. Pas un n’est épargné, ni les éléphants pour leur ivoire, ni les rhinocéros pour leur corne, ni les lions pour le plaisir de la chasse programmée. Les uns sont tués pour leur fourrure, les autres pour leur viande, d’autres encore pour leurs prétendues vertus sur la vigueur de l’homme. Tous suscitent sa convoitise.

« Mes amis, dit le lion, cessons de nous comporter en victimes, faisons face, défendons-nous ! Au lieu d‘attendre la mort, attaquons ! Chacun d’entre nous ira répandre cette parole au fin fond de la savane, les oiseaux s’envoleront pour la porter dans les villes et les campagnes du monde entier afin d’exhorter touts les espèces à nous rejoindre. Le nombre vaincra.

Dans les semaines qui vont suivre va se produire une vague d’attaques inexpliquées contre les hommes, partout dans le monde. On verra même certains animaux domestiques se rebeller contre leurs maîtres. Puis aussi soudainement qu’elle avait débuté, elle cessera. Tout rentrera dans l’ordre. Pensez-vous que ces phénomènes inciteront les humains à réfléchir à leur conduite ? Il vaudrait mieux pour eux…………car dans la savane, nous veillerons et attendrons, prêts à bondir de nouveau.

Dès maintenant, faites attention à ce qui se passe autour de vous. Regardez votre chien, votre chat, votre hamster, regardez bien ses yeux. N’avez-vous pas l’impression qu’il vous observe d’une manière inhabituelle............? »

Gill

___________________________________________