Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 17 octobre 2016

La rentrée de .........

Pour ce premier atelier au sein de l’UTT, voici une des consignes données aux participantes

---------------------------- 

En 20 minutes, écrire un texte sur le thème :

LA RENTREE D’UN CARTABLE

-----------------------------

cartable liliane.jpg

pixabay

 

 

La rentrée d’un cartable

           A proprement parler, il n’y a véritablement jamais eu de rentrée, pour moi, vu que je n’ai jamais eu de vacances. Pourquoi ? Je vais vous le dire :

   Elle m’utilise comme sac à main, je vous demande un peu ! Comme si c’était ma vocation ! Pour deux raisons : d’abord parce qu’elle me juge plus pratique, avec mes grandes poches et mes zips so sexies ; et ensuite parce que, croit-elle, ça trompe les voleurs à l’arraché. Tu parles. Moi je n’y crois pas une seule seconde.

      Pas de vacances donc, ou alors si peu. J’appelle vacances ces moments bénis où je repose dans un coin, obscur de préférence car cela me permet de sommeiller en rêvant tranquillement. De mes ancêtres par exemple. Je les imagine, folâtrant gaiement dans un bocage normand ou sur une pente alpestre herbeuse et odorante. Et parmi eux, ma mère, dont j’ai hérité la peau… Ce qui est absolument faux d’ailleurs car étant donné mon label « skie pur jus », ma mère est par conséquent un fossile préhistorique depuis longtemps transformé en hydrocarbure. Bon, passons, ça me file le cafard.

      Il vaut mieux que je n’aie pas trop de temps libre, tout bien considéré.

C’est pourquoi j’envisage cette rentrée avec enthousiasme et optimisme. Je vais être de nouveau très occupé cette année. Elle va me bourrer de ses passions, de ses cahiers et de ses espoirs. Complice des bons et des mauvais jours, je vois me blottir contre elle, mine de rien bien sûr, et lui murmurer, bien qu’elle ne m’entende pas, que dans le fond, je suis heureux de lui appartenir, corps et âme.

     On ne peut pas rêver mieux…

 

 El Pé

____________________________

rentrée,cartable,sac,main,optimisme

pixabay

 

Une rentrée pas comme les autres

Ciré, pimpant sinon frais, j’attends sagement sur la chaise de la chambre, devant le bureau. Cela faisait longtemps que je n’avais pas vécu telle situation et d’ailleurs, je me demande un peu ce que je fais là, ressorti après tant d’années passées au fond du placard, sur la piles des GEO.

Je ne suis pas trop décati pour mes 17 ans. Quand je suis né, j’ai été confectionné dans un cuir de très bonne qualité et ma solidité a été à toute épreuve. J’ai vécu plusieurs rentrées à l’école primaire, puis j’ai été relégué pour des sacs à dos éphémères, plus modernes les uns que les autres, qui rendaient l’âme au bout d’un an ou deux, victimes d’un surpoids permanent qui avait raison de leurs coutures bâclées.

Aujourd’hui, je suis une sorte de gri-gri et je suis là pour donner du courage au jeune enseignant qui va vivre sa première rentrée et affronter sa première classe. Avec moi, qui lui ai tenu compagnie lors de ses premiers pas d’élève, il se sentira plus fort pour faire ses premiers pas de professeur. Et moi, pour la première fois, je serai du côté du savoir, sur l’imposant bureau, face à ces jeunes cerveaux avides de connaissance.

Je ne serai pas fatigué car je ne transporte pas grand-chose, quelques livres, papiers, stylos. En fait, c’est ma seule présence qui est importante. Demain sans doute, après ce premier jour passé continuerai-je ma paisible retraite, fier d’avoir été, encore une fois, indispensable à ce gamin que j’ai vu grandir, s’affirmer et devenir l’homme qu’il est aujourd’hui.

Gill

____________________________

rentrée,cartable,sac,main,optimisme,bureau,professeur,enseignant,gri-gri

pixabay

 

Fini le placard, le silence, l’abandon.

Dépoussiéré, réparé, lavé, décoré de badges, de breloques et insignes en tout genre je piaffe et revis. Puis, on me bourre de choses « sérieuses » : stylos et crayons, cahiers et feuilles quadrillées, cahier de textes, quelques livres de base.

Enfin, c’est le jour J ! On me jette sur les épaules, je retrouve la rue, le bus et la cour de l’école, tout ce brouhaha si joyeux. On me jette par terre sous le bureau, on me vide, on me remplit, on me piétine, on m’oublie…

Peu m’importe, tout vaut mieux que le placard !!!

 

Valérie

______________________________

 

Les commentaires sont fermés.