Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 18 juillet 2016

le "I" à l'honneur

En 20 minutes, sur un sujet libre, écrire un texte comportant un maximum de mots commençant par la lettre i

-----------------------------------

Imperia-Parasio-DSCF1129

wikimédia

 

Ils me bottent

   S’Il y a un pays qui pourrait être imaginaire, autant qu’Il demeure idéal, c’est bien l’Italie. L’accent y est irrésistible, les garçons aussi. Quant à leurs intentions

     Il y a de cela très, très longtemps, dans une lointaine galaxie appelée insouciance, deux jeunes blondes, à savoir une amie et moi, entreprirent un itinéraire ferroviaire à travers l’Italie. Assez court cependant puisqu’il devait (pour des raisons qu’il serait inopportun de relater ici) impérativement s’arrêter à Imperia, petite ville proche de San Remo.

   A peine introduites dans le hall de la gare, nous nous sommes retrouvées immergées sous un flot musical de « Ola, belle ragazze !! » qui nous installa illico dans l’ambiance. Divine, je vous promets.

   Que vous dire de plus, si ce n’est que nous vécûmes dès lors des heures impériales durant lesquelles le rêve se mêla intimement à la réalité. En effet, nos chevaliers servants (toujours au moins deux chacune), s’illustrèrent par leur irrépressible désir…à nous faire découvrir les merveilles de leur cité, dont peu, grâce à eux, nous sont désormais inconnues.

   Néanmoins, dûment instruites avant le départ par nos prévoyantes grands-mères, nous avons fait mine d’ignorer tout sous-entendu et, n’ayant accordé nulle faveur à quiconque,  sommes restées sages comme des images.

     Mais j’avoue que ce souvenir m’inspire aujourd’hui quelque regret.

 

   El Pé

____________________________________

 

Character of the Venice carnival J2

wikimédia

 

Il irait en Italie au carnaval de Venise. Il imaginait les italiens insouciants sur leur îlot.

Dès son arrivée, il s’installa dans un hôtel au bord du Grand Canal. Il admira les vieux immeubles illuminés par le soleil couchant. Que d’illustres personnages l’avaient précédé en ces lieux.

Immédiatement, la fête s’initia sous ses yeux. Des jeunes gens impétueux portaient des tenues insolites, ils s’ingéniaient à montrer leur tenue où se mélangeaient les couleurs de lindigo à l’incarnat.

Quel spectacle irréel ! Des lumières insolentes irisaient l’eau de la lagune.

Les ingénieux Vénitiens en isolant leur cité avaient eu une idée incomparable.

Claudie

_________________________________________

Sergey Solomko 010

wikimédia

 

Icare avait imaginé l’inimaginable, ignorant et inconscient d’incidents inouïs. Inuits et autres indigènes trouvaient çà incroyable. Initialement insoupçonnable, cette idée de traverser l’immensité du ciel irritait les incroyants mais titillait le cerveau des autres, avides d’expériences impossibles.

L’itinéraire incommensurable choisi par Icare invitait au rêve.

Hi hi hi, les détracteurs se pliaient de rire.

En ce temps-là, l’Isère irriguait l’intégralité des Alpilles. Des intrépides escaladaient des à-pics impossibles pour observer l’impensable exploit d’Icare. Peine perdue, ils finirent gros-jean comme devant. Comme cet innocent d’Icare.

 

Mouty

______________________

italie,impéria,venise,incarnat,icare,carnaval

pixabay

 

- « Idiot, ignare, imbécile, illettré, incapable ! » 

Irène n’arrêtait pas d’apostropher Isidore qui, présentant un caractère instable, n’allait pas tarder à s’irriter si elle ne cessait pas immédiatement de vociférer. Impulsivement, prêt à s’indigner, il avait envie de laisser éclater l’ire qui commençait à lui gonfler la poitrine, mais il n’en fit rien. Intelligemment, il prit les choses avec gaité, et avec un brio inouï, déclama :

- « Ma tendre Irène, tu es mon ibérique au sang chaud, mon impétueuse dulcinée, mon illustre épouse, mon icône, mon idéal féminin. Ton imposante présence s’immisce en moi jusqu’au plus profond de l’âme. Ton caractère imprévisible m’enchante. En fait, tu es mon idole. »

Irène, rendue muette par cette déclaration inattendue, fut alors prise d’une irrépressible envie de rire et l’ivresse du bonheur retrouvé succéda alors à l’incompréhensible querelle ponctuée d’inimaginables injures et autres invectives. Ce fut alors un immense et intense moment d’innocente sérénité à deux.

Gill

_______________________________

 

Anaphore avec...... TOUJOURS ou JAMAIS

En 20 minutes, écrire un texte en prose ou en vers dont chaque phrase ne dépasse pas une ligne.

Chaque ligne doit commencer par le même mot

soit TOUJOURS  soit  JAMAIS  (anaphore)

----------------------------------

Paris rue des haudriettes fontaine

wikimédia

 

JAMAIS…

Jamais, triste fontaine, ne boirai ton eau,

Jamais n’irai, pieds-nus, dans la vieille fontaine,

Jamais ne pleurerai comme une Madeleine,

Jamais je n’oublierai le berger au chapeau.

 

Jamais ne chanterai, je suis trop malheureuse,

Jamais je n’offrirai un œillet à l’acteur,

Jamais je ne pourrai clamer tout mon bonheur,

Jamais ne rêverai d’une vie trop heureuse.

 

Jamais ne raillerai charpentiers et maçons,

Jamais me lasserai de toutes leurs merveilles

Jamais je ne serai une artiste pareille

Jamais n’effacerai mes souvenirs profonds.

 

Jamais ne compterai le bon nombre d’étoiles,

Jamais ne viderai ce que j’ai dans le cœur,

Jamais mes souvenirs détruiront mes malheurs,

Jamais petits bonheurs s’enfuiront de mes toiles.

 

Mouty

________________________________

anaphore,toujours,jamais

pixabay

Toujours

Toujours me lever aux aurores me ravira

Toujours le sourire à 6 heures du matin aurai

Toujours en préparant le café chanterai

Toujours avec gaité le petit déjeuner ferai

Toujours mon époux avec grâce servirai

Toujours à l’écoute des enfants serai

Toujours la vaisselle en fredonnant laverai

Toujours, avant de partir, la maison rangerai

Toujours, en dernier, me préparerai

Toujours impeccable, au bureau arriverai

Toujours le temps du célibat regretterai.

Gill

__________________________

 

Au printemps à Béziers

En 25 minutes, écrire un texte selon les consignes suivantes :

Lieu : Béziers

Endroit : indifférent

Saison : Printemps

Personnages : un marchand de bonbons, une fleuriste, un passant

Sujet : un sport

Un objet : une crotte de chien

Un animal : un kangourou

Et qui se termine par « Ce que femme veut, Dieu le veut ! »

 

---------------------------------------

 

Les allées Paul Riquet

wikimédia

 

Les Allées de Béziers

Les Allées de Béziers, au printemps, comme à leur habitude, fourmillent de passants. C’est jour de marché. Les produits alimentaires y côtoient les fleurs aux teintes vives, tandis que le confiseur fait tinter les clochettes de son crochet de pâte à berlingots. Un kangourou en peluche trône sur une étagère derrière lui : c’est sa mascotte. Des éclats de voix fusent d’un peu partout. Rien d’étonnant avec les surexcités du foot en cette période « d’Euro 2016 ».

« France-Roumanie c’était extra » clame un passant, s’adressant au confiseur. Celui-ci, Portugais exilé, croit bon d’ajouter son grain de sel, si ce n’est de sucre, même si son match s’est soldé par un résultat nul. Mais avec un zéro partout, le Portugal est bien le meilleur du monde !

La fleuriste qui ne veut pas être en reste vante la Russie. Elle n’a d’yeux que pour Vladimir, « le plus beau et le plus brillant des joueurs ! »

« Merde ! Encore une crotte de chien ! » hurle le passant en raclant sa semelle sur le basalte. « Toujours aussi dégueulasse cette ville d’enfoirés ! On devrait passer tous les clébards à la casserole ! »

« On devrait mettre un flic derrière chaque chien » susurre la fleuriste.

« Et pourquoi pas ? » tonitrue le passant, « Après tout, ce que femme veut, Dieu le veut ! »

 

Mouty

____________________________________

 

 

 

dimanche, 17 juillet 2016

Le rire ou la mort au choix

            Choisir un thème           

Le RIRE                           La MORT

Ceux qui ont choisi le rire cherchent des expressions ou proverbes avec le mot « mort » ou s’y rapportant. Ceux qui ont choisi la mort font de même avec le mot « rire »

En 20 minutes, écrire un texte sur le thème choisi en premier comportant les mots trouvés correspondant à ce thème

---------------------------------------------

clown.jpg

pixabay

 

Hugo est éclatant au milieu de la piste, il a réussi à mettre les rieurs de son côté. Etre clown : ça fait rire les oiseaux.

Pendant son tour, il a vu les enfants rire à gorge déployée, rire aux éclats, se tordre de rire. L’Auguste riait en coin, lui riait sous cape. Ici, on sortait les mouchoirs pour pleurer de rire et rire aux larmes. Il a même donné une claque dans le dos de celui qui s’étouffait de rire, il ne voulait pas un mort de rire sur la conscience.

Maintenant sous la lumière, il salue le public. Il pense à ses détracteurs qui disaient « rira bien qui rira le dernier ». Il les voit rire jaune. Il fait un dernier tour de piste pour se gorger de rire et de bonne humeur partagée.

Claudie

___________________________________

rire,éclats,gorge,déployée,jaune,mort,trépassé,bucher

pixabay

Valentin de Colombières de l'Orb était un pisse-froid que rien ne pouvait dérider. La marquise, son épouse, avait convié ce soir là son petit noyau d'intimes à une représentation théâtrale dans le parc du château.

        Les pantalonnades et autres bastonnades faisaient rire à gorge déployée les messieurs,tandis que les dames pleuraient de rire. Les servantes, dissimulées derrière une petite haie de lauriers, riaient sous cape. Le personnage Arlepin savait mettre les rieurs de son côté, même si son maître le menaçait d'un mordant « Rira bien qui rira le dernier ! » , il s'étouffait de rire en continuant à montrer ses ridicules.

        Le marquis esquissa un sourire jaune quand le rideau tomba.

Marie

_________________________________

rire,éclats,gorge,déployée,jaune,mort,trépassé,bucher

pixabay

 

A chacun son heure

La première fois que j’ai entendu parler de la mort, j’étais un très jeune enfant. Ma mère, en parlant d’un de nos voisins qui était très malade avait dit : « la mort l’a emporté dans son sommeil, c’est un soulagement pour lui, il est heureux maintenant ». Pourtant, je n’avais vu entrer personne d’inconnu chez lui, je me demandais donc par où avait pu passer cette mort, et loin d’en être effrayé, je me disais qu’elle devait être bien aimable pour que sa présence rende si heureux.

A mesure que je grandissais, je devenais très turbulent et j’entendais les gens dire de moi : « cet enfant cherche la mort » ou « cet enfant va finir par trouver la mort ». Alors, ayant atteint l’âge adulte, je me suis mis à la chercher, curieux de voir sa tête. Je savais qu’on pouvait trouver la mort au champ d’honneur ou dans la baie des trépassés ou mourir sur le bûcher, comme Jeanne. Ce ne fut pas mon cas. J’espérais pouvoir mourir d’amour, mourir de rire, ou même mourir de peur ou mourir de chagrin mais jamais je n’y parvins. Pourtant certains avaient eu la mort aux trousses ou avaient frôlé la mort et d’autres avaient vu la mort arriver, pas moi. J’ai finis par me dire que j’étais peut-être un trompe la mort. Alors j’ai cessé de la chercher et j’ai tout simplement attendu la mort.

Maintenant, j’ai 120 ans et je n’ai toujours pas vu la mort en face. Je n’ai même pas rendez-vous avec la mort. J’ai beau faire, la mort ne veut pas de moi. Je ne lui demande pas grand-chose pourtant, mais je n’arrive même pas à mourir de vieillesse. Enfin, comme on dit que la mort n’attend pas, j’ai bon espoir, elle finira bien par me trouver, la mort, quand elle l’aura décidé, alors je lui dirai : « viens la mort, on va danser » !

Gill

_______________________________

Quelques mots......d'argot

Transformer les mots de la liste suivante en langage familier ou argotique

Yeux / nez / cheveux / dents / oreilles / visage / mains / pieds / jambes / chien / pantalon / poches / chemise / chaussures / casquette / argent

En 20 minutes, écrire un texte en utilisant les mots transformés et commençant par

« C’était une soirée costumée très mondaine »

--------------------------------------------

Pantheon Masquerade edited

wikimédia

 

                       C’était une soirée costumée très mondaine à laquelle participait une bonne centaine d’invités prestigieux, la fine fleur du Gotha, quoi !

       A l’entrée de la reine d’Angleterre, déguisée en Gavroche pour l’occasion, toutes les mirettes se sont fixées sur sa gapette vert fluo. Très convaincante assurément Sa Gracieuse Majesté, avec les paluches dans les fouilles, les pinceaux dans de vieilles godasses éculées et la liquette d’un blanc douteux à moitié sortie du fute. Très applaudie, succès monstre !

     Le « Premier », autrement dit le premier ministre britannique, quant à lui, blair et ratiches en avant comme à l’accoutumée, indeed, allait de groupes en groupes en ouvrant grandes ses esgourdes en quête d’informations insolites, on ne sait jamais. Quoiqu’il en soit, costumé en Pirate des Caraïbes, il surpassait Johnny Depp de plusieurs longueurs.

      Mais lorsque Sharon Stone apparut, un grand silence se fit et toutes les tronches se tournèrent vers elle. Portant la tenue qui lui seyait tant dans Basic Instinct et dégageait ses guibolles jusqu’à la taille, arborant en outre une tignasse décoiffée façon « saut de lit », elle exhalait de la sensualité et du Channel numéro 5 à la tonne. Son clebs- un danois mâtiné de doberman comme chacun le sait- ajoutait un surplus d’érotisme provocant qui enflammait les…esprits de toute la gente masculine, en grand émoi.

      Bref, ce fut une soirée inoubliable, d’autant que le grisbi, ostentatoire et omniprésent, en était l’invité d’honneur. Ce qui, n’est-ce-pas, est toujours bien agréable... Mais je vois que le temps d’antenne qui m’est imparti arrive à son terme.

      A bientôt donc, chers  amis pour un prochain rendez-vous mondain.

C’était Stephen Berg, en léger différé de Buckingham Palace.

                                                                                        El Pé*

*A qui fut malencontreusement confiée la rédaction de ce reportage.

_____________________________

 

La soirée d’Hippolyte

C’était une soirée costumée très mondaine et Hippolyte souhaitait depuis longtemps assister à l’une d’elles.

Hippolyte, je vous en ai déjà parlé, c’est ce sans-abri de Belleville qui avait trouvé un ticket de loto gagnant et pensait, avec tout cet argent, devenir un « champagné ».

Effectivement, étant multimillionnaire, il avait eu accès à toutes les soirées possibles, s’habillant chez les meilleurs tailleurs, emmenant son chien Malko partout. Mais lui, ce dont il rêvait, c’était de côtoyer tout le gratin, revêtu de son ancien costume. Et voilà que l’occasion se présentait. Il allait pouvoir endosser ses fringues de clochard pour aller à cette soirée, accompagné de son chien.

A l’entrée déjà, avec sa tronche mal rasée, ses tifs en pétard, ses sourcils broussailleux cachant ses mirettes, son pif d’où sortaient quelques poils gris, ses ratiches plus ou moins jaunes, il eut du mal à convaincre l’agent de sécurité de le laisser entrer, même en lui montrant son invitation en bonne et due forme, qu’il sortit de sa fouille droite avec sa grosse pogne.

Une fois dans la place, il ouvrit tout grand ses esgourdes pour écouter en rigolant les commentaires qu’il suscitait de la part de tout le bottin mondain présent à cette sauterie. Même les costumes transpiraient l’oseille et bien sûr, de clodo, il n’y avait que lui. Il croisait des marquis à la tignasse poudrée, aux quilles serrées dans des collants argentés, aux pinceaux coincés dans des pompes vernies, des élégants avec liquettes en dentelle et futals au pli impeccable, des duchesses parées de colliers rutilants ayant coûté un max de flouze. Et Malko, son fidèle clébard, poil hirsute, déambulait près de lui au milieu de tout ce beau monde.

Il jubilait Hippolyte, de pouvoir, avec ses vieilles sapes, obliger tous ces gens pourris de fric à l’accepter comme l’un des leurs.

Alors, il profita bien du buffet, dansa même avec la reine Marie-Antoinette et au petit matin, satisfait, remit sa gapette, et souriant, quitta cette belle assemblée un tantinet coincée, suivi de son inséparable cabot, pour aller prendre un petit noir à Belleville.

Gill

_______________________________________________

 

C’était une soirée costumée très mondaine. Le gratin avait sorti ses plus beaux atours. Tout ça sentait l’oseille à plein tarin : liquettes en soie, falzars dernier cri, pompes Weston. Ils vous en foutaient plein les mirettes. Et vas-y que je te serre des pognes, que j’affiche toutes les ratiches de mon râtelier. Fallait voir leur tronche de mecs pleins aux as, le grisbi leur coulait des paluches.

Tout d’un coup, un clébard a déboulé dans ce cirque. Il a bousculé tout ce beau monde. Les greluches se sont retrouvées les quilles en l’air, la tignasse en bataille. Les plus courageux ont joué des pinceaux pour se mettre à l’abri. Le cabot était bien à son aise pour dévorer les petits-fours.

Puis un grand gars est arrivé, il a filé un coup de tatane au clebs qui est parti sans demander son reste. Après ça, le héros était fier comme un coq, il montrait son panard vengeur. Il a farci les esgourdes de la compagnie de son exploit.

  • Eh bien ! je ne suis pas prêt à lui tirer ma gapette à ce gus.

Claudie

___________________________

 

C'était une soirée costumée très mondaine, le clochard avait quitté son banc pour observer de plus près les invités.  Les mirettes aux aguets, je vais pas perdre une miette du spectacle, se dit-il, mon clebs collé à mes pinceaux.

« Wouah les quilles , cria-t-il en voyant arriver une belle fille à la robe courte. Et le mec avec sa gapette , son falzar déchiré et sa liquette froissée, il veut me faire concurrence ou quoi ? Hé mon clebs t'as vu les grolles du gars au gros tarin, ma parole, il les a achetées aux puces, il a pas dû dépenser beaucoup d'oseille ! Ah ah ! La tronche de celui qui a les pognes dans ses fouilles , avec ses tifs collés au gel, on dirait Ribouldingue ! Ça y est, c'est parti pour la musique, ils vont se crever les esgourdes ! Enfin, quand je pense à c'qui doit y avoir sur le buffet, j'en ai les crocs. »

 

Marie

_____________________________

soirée,costumée,mondaine,godasse,liquette,blair,fute,ratiches,esgourdes,fouilles,pognes,pinceaux,gapette,mirettes,tignasse,clebs,grisbi,guibolles,tronche,panard,tatane,cabot

pixabay