Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 18 juillet 2016

le "I" à l'honneur

En 20 minutes, sur un sujet libre, écrire un texte comportant un maximum de mots commençant par la lettre i

-----------------------------------

Imperia-Parasio-DSCF1129

wikimédia

 

Ils me bottent

   S’Il y a un pays qui pourrait être imaginaire, autant qu’Il demeure idéal, c’est bien l’Italie. L’accent y est irrésistible, les garçons aussi. Quant à leurs intentions

     Il y a de cela très, très longtemps, dans une lointaine galaxie appelée insouciance, deux jeunes blondes, à savoir une amie et moi, entreprirent un itinéraire ferroviaire à travers l’Italie. Assez court cependant puisqu’il devait (pour des raisons qu’il serait inopportun de relater ici) impérativement s’arrêter à Imperia, petite ville proche de San Remo.

   A peine introduites dans le hall de la gare, nous nous sommes retrouvées immergées sous un flot musical de « Ola, belle ragazze !! » qui nous installa illico dans l’ambiance. Divine, je vous promets.

   Que vous dire de plus, si ce n’est que nous vécûmes dès lors des heures impériales durant lesquelles le rêve se mêla intimement à la réalité. En effet, nos chevaliers servants (toujours au moins deux chacune), s’illustrèrent par leur irrépressible désir…à nous faire découvrir les merveilles de leur cité, dont peu, grâce à eux, nous sont désormais inconnues.

   Néanmoins, dûment instruites avant le départ par nos prévoyantes grands-mères, nous avons fait mine d’ignorer tout sous-entendu et, n’ayant accordé nulle faveur à quiconque,  sommes restées sages comme des images.

     Mais j’avoue que ce souvenir m’inspire aujourd’hui quelque regret.

 

   El Pé

____________________________________

 

Character of the Venice carnival J2

wikimédia

 

Il irait en Italie au carnaval de Venise. Il imaginait les italiens insouciants sur leur îlot.

Dès son arrivée, il s’installa dans un hôtel au bord du Grand Canal. Il admira les vieux immeubles illuminés par le soleil couchant. Que d’illustres personnages l’avaient précédé en ces lieux.

Immédiatement, la fête s’initia sous ses yeux. Des jeunes gens impétueux portaient des tenues insolites, ils s’ingéniaient à montrer leur tenue où se mélangeaient les couleurs de lindigo à l’incarnat.

Quel spectacle irréel ! Des lumières insolentes irisaient l’eau de la lagune.

Les ingénieux Vénitiens en isolant leur cité avaient eu une idée incomparable.

Claudie

_________________________________________

Sergey Solomko 010

wikimédia

 

Icare avait imaginé l’inimaginable, ignorant et inconscient d’incidents inouïs. Inuits et autres indigènes trouvaient çà incroyable. Initialement insoupçonnable, cette idée de traverser l’immensité du ciel irritait les incroyants mais titillait le cerveau des autres, avides d’expériences impossibles.

L’itinéraire incommensurable choisi par Icare invitait au rêve.

Hi hi hi, les détracteurs se pliaient de rire.

En ce temps-là, l’Isère irriguait l’intégralité des Alpilles. Des intrépides escaladaient des à-pics impossibles pour observer l’impensable exploit d’Icare. Peine perdue, ils finirent gros-jean comme devant. Comme cet innocent d’Icare.

 

Mouty

______________________

italie,impéria,venise,incarnat,icare,carnaval

pixabay

 

- « Idiot, ignare, imbécile, illettré, incapable ! » 

Irène n’arrêtait pas d’apostropher Isidore qui, présentant un caractère instable, n’allait pas tarder à s’irriter si elle ne cessait pas immédiatement de vociférer. Impulsivement, prêt à s’indigner, il avait envie de laisser éclater l’ire qui commençait à lui gonfler la poitrine, mais il n’en fit rien. Intelligemment, il prit les choses avec gaité, et avec un brio inouï, déclama :

- « Ma tendre Irène, tu es mon ibérique au sang chaud, mon impétueuse dulcinée, mon illustre épouse, mon icône, mon idéal féminin. Ton imposante présence s’immisce en moi jusqu’au plus profond de l’âme. Ton caractère imprévisible m’enchante. En fait, tu es mon idole. »

Irène, rendue muette par cette déclaration inattendue, fut alors prise d’une irrépressible envie de rire et l’ivresse du bonheur retrouvé succéda alors à l’incompréhensible querelle ponctuée d’inimaginables injures et autres invectives. Ce fut alors un immense et intense moment d’innocente sérénité à deux.

Gill

_______________________________

 

Les commentaires sont fermés.