Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 11 décembre 2014

Conte de Noël pour petits et grands

Imaginer un conte qui comprendra 4 parties à écrire en 20minutes chacune.

 

1ère partie 

Camper les personnages (humains, animaux, objets, ou fictifs)  et leur environnement (lieu, temps, etc.). Penser aux éléments (eau, feu, etc.). Mettre en éveil nos cinq sens (vue, ouïe, toucher, goût, odorat)  L’histoire peut être contemporaine  ou passée, elle peut se dérouler à notre époque ou au temps jadis, il y a peut-être des siècles. Ce peut être un rêve ou la réalité.

Inclure dans le texte les cinq mots suivants :

fanfreluche / tonnerre / plumier / sang / hexagone. 

 

2ème partie

Un évènement insolite et inattendu se produit.

Introduire dans ce paragraphe les vers suivants extraits du poème de Guillaume Apollinaire, Le pont Mirabeau :

                Vienne la nuit sonne l’heure

Les jours s’en vont je demeure

 

3ème partie

Journée de blues ou journée de liesse.

Arrive un voyageur mystérieux qui va changer le cours des choses.

 

4ème partie

Fin de l’histoire.

Insérer dans ce paragraphe  les cinq mots suivants :

Noël / lumière(s) /  soir /disparaitre (conjugué) / douceur

Terminer éventuellement par une morale.

-------------------------------------

Le conte de LINE

 

 

un-chien-----et-un-homme 2.jpg

freepik

 

A Noël, c’est traditionnel, il faut écrire un conte pour le journal télévisé. Il ne doit ni faire peur (donc pas Dracula) ni faire pleurer (donc pas Blanche-neige ou Peau d’Ane). Allons-y. Il était une fois ….il ou elle ? Va pour il, cela nous changera. Il était une fois un vilain monsieur qui ressemblerait à mon voisin qui excite son chien contre tous les locataires. Va-t-il habiter en forêt, au bord de la mer ? Non, le héros du conte pourrait habiter dans mon immeuble. Et d’abord comment s’appelle-t-il ? C’est écrit sur sa boîte aux lettres : Justin. Mais pas le Justin Bridoux du saucisson, mon Justin à moi est végétarien. Donc mon conte va se dérouler dans notre hexagone, la rue où il promène son chien, zigzagant sur le trottoir entre les poubelles qui ne sont pas décorées et les meubles de rebut. Quand je le regarde, il parait bien propre sur lui, mais son chien Médor aurait besoin d’un lavage parfumé. Justin suce toujours des bonbons, jamais il ne gronde son chien qui aboie et qu’on n’a pas envie de caresser. Personne ne sait s’il avait une femme que l’on ne peut imaginer portant des fanfreluches. Justin a le teint un peu foncé. Ou il ne se lave pas ou c’est un sang mêlé. Parfois, de son cabas émergent du papier, une règle, un plumier. Il m’intrigue. Mais tonnerre de Brest, comment entamer le dialogue avec un être pareil ?

Le téléphone sonne, c’est le rédacteur « ça avance ? Fais-moi de l’original, du jamais vu, du jamais entendu, un conte qui convienne aux grands et aux petits, et surtout au directeur de la chaîne ». Je soupire et râle « et puis encore ? Un peu de poésie, peut-être, pour ne pas oublier la magie de Noël ? » « Bonne idée répond-t-il  case moi dans ton texte vienne la nuit, sonne l’heure,les jours s’en vont, je demeure, nuit de Noël, sonne minuit, le jour est fini, le spectateur demeure devant son poste ». C’était, je devais en convenir, une demande insolite, un évènement inattendu. Cela ne m’aidait pas dans mon écriture, au contraire, cela compliquait ma tâche. Collée à la vitre je regardais Justin. Il n’avait pas le profil d’un humain heureux à qui papa Noël aurait apporté, non des joujoux mais plein de gâteries, et surtout, les sourires chaleureux d’enfants et l’aide d’une main bienveillante. Pour une télé où forcément tout le monde devait apparaître joyeux, il ne pouvait convenir pour un conte enchanteur. Planté sur le trottoir, immobile, il attendait que Médor termine des besoins qu’il ne ramassait jamais. Je m’apprêtais  en soupirant  à revenir à mon bureau, quand je vis Justin se figer plus encore, lâcher la laisse de Médor qui en profita pour courir après un chat, ouvrir les bras, murmurer un  ah émerveillé ; une dame aussi âgée que lui marchait à petits pas menus dans sa direction. Ils se regardaient, muets. Justin avait l’air extasié de qui aurait vu le Père Noël en personne.

Il me sembla que les lumières des lampadaires brillaient d’un plus grand éclat, semblables à celles de Justin et de la dame. Quand ils se rejoignirent, je compris que c’était sa femme (Justin avait une alliance) qui, en ce soir de Noël plein de douceur venait le chercher. Les cloches carillonnaient, les étoiles palpitaient, l’atmosphère sentait l’encens et la myrrhe. Se prenant par la main, ils s’envolèrent et disparurent.

Un nouveau locataire remplaça Justin, il adopta Médor. Il s’appelait Loué (pas celui des poulets élevés en plein air) il était gentil et serviable.

Il ne faut jamais désespérer: le rêve peut devenir réalité, mon conte est achevé.

Line

                                                                  

 

Le conte de Gill

 

justin,médor,pichet,bouteille

freepik

 

Grève chez le Père Noël

Le père Noël est assis dans son atelier, la tête dans les mains, l’air hébété. Son bonnet de travers penche tristement, son costume rouge, fripé, a perdu de son éclat et paraît aussi désespéré que celui qui le porte. Nous sommes au matin du 24 décembre et rien n’est près! Les chaînes de fabrication de jouets sont à l’arrêt, les ouvriers sont en grève, bloquant l’accès aux machines, brandissant des pancartes et scandant des slogans revendicatifs : de la main d’œuvre supplémentaire, augmentation de la ration de bonbons, du chocolat pour le goûter, des pauses supplémentaires pendant les fêtes ! Et tout cela parce qu’il paraît que la grève, c’est à la mode dans l’hexagone. Impensable.

Par contre, le Père Fouettard, avec sa longue barbe sombre et ses cheveux hirsutes, va et vient d’un air satisfait dans sa superbe usine, où ses ouvriers super-disciplinés et encore plus féroces que lui fabriquent avec un sourire démoniaque des milliers de martinets au manche rouge sang, des monceaux de tonnerre, et de puissants éclairs pour transformer la nuit de Noël en un gigantesque orage.

Le Père Noël, devant son plumier inutile dont aucun crayon ne sort pour noter les commandes honorées se demande bien comment il va sortir de cette triste situation. A quoi vont servir toutes les fanfreluches destinées à orner les paquets cadeaux.

 

Le Père Fouettard, qui se frotte les mains, se souvient alors, avec une pointe d’agacement, d’un Noël où des parents avaient jeté au feu un de ses martinets qu’il avait subrepticement déposé au pied du sapin familial. « Bah,  se dit-il, cela fait partie des échecs. Ce sont des choses qui arrivent. Il faut dire que cet enfant, qui s’appelait Guillaume, était particulièrement sage ; il disait sans cesse ces mots : vienne la nuit, sonne l’heure, les jours s’en vont, je demeure ». A peine a-t-il prononcé le mot « nuit » que toutes les lumières s’éteignent et que toutes les chaînes de fabrication s’arrêtent. Courant partout, tapant du pied, criant comme un beau diable, il s’aperçoit avec horreur qu’il va perdre son avance sur le Père Noël.

 

Les deux usines à l’arrêt, c’est un moindre mal, mais la situation est complètement bloquée. Que faire ? C’est alors que, jugeant la situation très préoccupante pour tous les enfants de la planète, arrive un personnage aux cheveux longs aussi blancs que sa robe ; sans hésiter, sachant qu’ils sont amoureux l’un de l’autre, il va chercher la fille du Père Noël et le fils du Père Fouettard, prénommés respectivement Marie-Noëlle et Jean-Balthazar (si l’on en croit Jacques Dutronc) et se présente : je suis Mac Gyverix, expert en potion magique et résolution rapide de tout problème. J’ai un plan pour que tous les enfants du monde puissent avoir leur commande le jour J. Et Mac Gyverix se met à s’affairer, faire bouillir liquides, herbes, aromates, filtrer, assaisonner, enfin, bref, à concocter deux chaudrons de potion : l’une, stimulante et euphorisante pour les ouvriers du Père Noël et l’autre, également euphorisante mais contenant un puissant tranquillisant. Marie-Noëlle et Jean-Balthazar sont chargés de distribuer ces potions aux ouvriers de leurs pères respectifs.

 

En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, les potions ont fait effet. Côté père Noël, les ouvriers, euphoriques, ne songent plus à revendiquer quoi que ce soit, et leur énergie stimulée est à son comble. Les chaînes se remettent à fonctionner à toute vitesse. La mauvaise humeur a disparu pour laisser place à une agitation joyeuse et efficace. Côté Père Fouettard, la lumière est revenue comme par miracle mais les ouvriers, gavés de potion calmante, s’assoient ou s’allongent les uns après les autres avec des sourires de satisfaction béate. Leur patron a beau tempêter, pas question pour eux de faire le moindre effort.

En un clin d’œil, toutes les commandes de Noël sont honorées. Ce soir, tout est prêt à partir et les lutins vont charger la hotte. Demain, 25 décembre, les cadeaux seront au pied des sapins et la douceur et la joie seront au rendez-vous. Même quand tout semble perdu, il ne faut jamais désespérer.

Gill

________________________________


Le conte de MOUTY

justin,médor

freepik

 

SOUVENIR DE NOEL D’UN VIEUX PICHET ET D’UNE BOUTEILLE

 

I - Le pichet en céramique campe au bout de la table. Il désaltère la famille depuis plus d’un demi-siècle. Il maintient l’eau du puits au frais. Son bord ébréché témoigne d’une l vie de travail intense. Un clin d’œil à sa voisine, la bouteille de rouge, semble prouver que ces deux abreuvoirs sont de connivence de longue date.

Le pichet : - sais-tu, vieille copine, ce qu’on fera ce soir ? C’est la nuit de Noël. J’ai bien peur qu’on nous relègue au fond d’un placard : nous ne sommes plus très présentables…

La bouteille : - t’as raison, nous sommes des vieilles branches bonnes à cacher. La vue de nos atours risquerait de faire tâche. Ecoute, cachons-nous, le rideau bienvenu du bout de l’étagère saura nous protéger des malintentionnés. Sa jolie fanfreluche sera Noël pour nous. J’entends déjà la fête aux accents de tonnerre. Pousse-toi vieux pichet  à côté du plumier et de la belle rose rouge sang.

Le pichet : - Et bien crois-moi ma bonne, des has-been comme nous, y en a plein l’hexagone !

 

II - Blottis dans la pénombre, le pichet, la bouteille, le plumier, le cendrier et la pipe de bois chuchotent leur passé à la rose attentive : souvenirs et fraicheur meublent une conversation animée, quasi silencieuse.

Soudain, la comtoise au tic-tac monotone s’éveille : il est bientôt minuit !

« Vienne la nuit, sonne l’heure

Les jours s’en vont, je demeure »

clame-t-elle.

Un vent frisquet entre dans la pièce. Une présence impalpable frôle les murs. Une houppelande rouge caresse la bouteille.

« - Non mais ! » dit celle-ci.

Un nuage échevelé, comme dans un ciel d’hiver, la suit.

« - C’est une barbe blanche » dit le pichet.

Du coup, on se remémore les Noëls précédents.

 

III - Les fêtards arrivent en trombe. Ils s’éparpillent dans la pièce, grande cuisine salle à manger où brille un feu de joie dans la cheminée aux abords noircis.

La messe est terminée. Les psaumes ont fait place aux chansons de corps de garde.

Pichet et dive bouteille n’en reviennent pas : il y a toujours du nouveau par rapport aux années précédentes. Les enfants ont grandi. Bien grandi…

La rose fait sa précieuse, elle n’avait jamais entendu des paroles aussi licencieuses.

Et le Père Noël apparait, tout blafard de frimas mais gardant le nez rouge.

« - Ce vieux bougre m’avait oubliée l’an dernier » dit la pipe. « Va-t-il me récupérer ? »

Père Noël - ou Père Bacchus - entonne un cantique égrillard, laissant la maisonnée interloquée.

« - Beau Noël que voilà ! » dit la vieille bouteille, constatant béatement l’oubli des cadeaux sur la passerelle du ciel.

« - Et bien, dit le pichet, on remettra la fête. Si ce n’est aujourd’hui, ce sera pour demain ! ou peut-être plus tard ! ou peut-être jamais…

 

IV - ça pourrait être ici la fin de cette histoire, si les petits enfants, réveillés de bonne heure, n’avaient chassé les grands qui ne pensaient qu’à boire. A leur tour ils chantent Noël. Dans la douceur. Les lumières du soir ont disparu. Les jouets, par miracle, dorment sous le sapin.

Ah ! Quelle affreuse peur d’un conte qui s’effondre, alors que la réalité fait battre tous les cœurs !

Et notre beau pichet a retrouvé sa table où l’on rejoint la bouteille vidée, le cendrier, la rose fatiguée.

Tiens, la pipe a réintégré la poche du Père Noël ! Y sera-t-elle encore l’année prochaine ?

« - Encore un an d’attente, se dit le pichet. Une ébréchure de plus ou pire ? »

Mouty

______________________________________

 

 

 à suivre.......

 

 

Les commentaires sont fermés.