Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 19 février 2014

Images de calendrier

Choisir une image de calendrier 

En 20 minutes écrire un texte inspiré par cette image

---------------------------------------------------------------------------

chatons-2_2670948.jpg

freepik

 

Ils sont trop beaux ces deux petits chats tigrés qui s’élancent, bondissant,  souples et élastiques, pour atterrir sur ce gros tronc scié, beau perchoir inattendu ou ils peuvent planter  leurs  griffes.  Celui qui y arrive ne restera pas longtemps dessus ,car  l’autre compère , dans un incroyable envol vertigineux aérien  lui tombe dessus ,l’obligeant à céder sa place au plus vite, patte en avant lui griffant le museau , lui faisant comprendre  par  ce saut prestigieux   que lui aussi peut avoir la place du vainqueur , queue gonflée , poils hérissés , moustaches conquérantes ;  ils sont pleins de fougue joyeuse ;  ça miaule  ça couine,  tout  heureux de cette première sortie dans le jardin, se laissant caresser par l’air léger  annonciateur d’un printemps proche ; ils vont pouvoir recommencer encore souvent, si maîtresse leur permet bien sûr , sinon ils iront explorer d’autres coins aussi beaux plus loin , goûtant à leur liberté nouvelle ,avec tant d’agréables surprises qui les attendent.  Attention !!!!, il y aura de vilains pièges  qui peuvent blesser .Apprendre à les éviter absolument !  Mais aujourd’hui on ne pense qu’à ce délicieux  instant de joie et de liberté totale.

Rina          

_________________________________________________________________

 

aiguille-du-midi_21154066.jpg

freepik

 

Regarde cette photo dans ce magazine. Sais-tu ce qu’elle me rappelle ? Elle me rappelle, si je l’avais oublié, que je te dois la vie, je dirais même que je te dois ma deuxième naissance.

Il faisait beau quand j’avais décidé de partir en promenade, ce matin-là ; j’avais l’habitude de ma montagne et j’étais sûre de pouvoir randonner en toute sécurité. La neige recouvrait encore les pentes du massif où quelques bouquets d’arbres émergeaient. Les sommets montraient des plaques de rochers dégarnis et sombres qui se découpaient sur le ciel.

J’avais marché pendant plusieurs heures avant que le ciel ne commence à s’assombrir, que la neige ne se mette à tomber, imprévisible,  et que le vent ne se lève. Quelques instants plus tard, c’était une vraie tempête, je ne voyais plus rien, j’étais gelée, aveuglée et ne savais plus où me diriger. J’avais oublié ma boussole et ne savais plus où j’étais.

Combien de temps s’est-il passé avant que je ne commence à m’inquiéter de la nuit qui tombait ? Je ne sais plus mais je me souviens que j’étais perdue, sans repères et que j’avais peur. Rien pour m’abriter et ces bourrasques de vent neigeux qui me cinglaient et m’étourdissaient. Et puis cette marche sans but, cette errance dans tout ce blanc ; et puis ce tout petit point brillant qui se déplace derrière le versant montagneux, qui disparaît, revient, semblant danser comme un farfadet. Et puis ces poils rugueux sous ma main, ce museau humide, cette masse chaude qui me réchauffe et me rassure, et puis toi, forme incertaine encapuchonnée, terme de ma randonnée, mon sauveur.

Bien sûr il y a eu la cabane, le bon feu, le café chaud, les couvertures, mais cette image me fait surtout penser à ce jour où je t’ai trouvé, toi, ta force, ta chaleur et où tu ne m’as plus quittée.

Gill

__________________________________________

 

 

Les commentaires sont fermés.