Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 15 janvier 2014

Noël est passé. Bienvenue à 2014

En 20-25 minutes, écrire un conte de Noël pour enfant ou adulte avec les éléments suivants :

3 adultes dont 2 enfants

4 animaux dont un chat et un chien

3 objets dont une ou des oranges

2 ambiances intérieure ou extérieure

Une saison

---------------------------------------------------------------

blizzard_296692.jpg

freepik

 

LE MAGICIEN DE LA NUIT DE NOEL

 

Le grand Magicien de la terre fit irruption dans le ciel bleu nuit constellé d’étoiles. Il chevauchait une comète qui allait à la vitesse de la lumière. Il écarquilla les yeux sur la planète endormie - ou qui, du moins - le paraissait. Il avisa une petite maison, blottie dans une clairière enneigée. Des volutes de fumée s’échappaient de la cheminée. Vu de loin, cela faisait penser à un fumeur de pipe. Tiens, se dit le magicien, un petit coin sympathique où je pourrai peut-être me reposer. Il tournoya un peu au dessus de la clairière avant d’atterrir sur un terrain cotonneux.

Il frappa discrètement à la porte. Sans réponse, il frappa plus fort. La porte s’entrebâilla sur un visage buriné de vieil homme qui, fort surpris, l’invita néanmoins à entrer.

-   Venez vous réchauffer : le chocolat est encore brûlant, il vous fera du bien.

Près de la cheminée, pelotonnée sur un fauteuil dans une couverture râpée,  une vieille, l’air hagard, bredouillait des inepties.

Sur un édredon fané, à même le sol, deux enfants, un garçon et une fille, des jumeaux apparemment, étaient assis à côté du livre de contes laissé ouvert par le grand-père.

L’endroit semblait le témoin d’années de misère et de souffrance. Cependant il était rassurant malgré l’éclairage parcimonieux de quelques chandelles. L’âtre crépitait.

Sur le buffet, un bocal où tournaient lentement deux poissons rouges, mettait un brin d’animation dans ce coin un peu sombre. Sur la table, des oranges dans un compotier. C’était rare, mais c’était Noël. Des fruits secs et un pichet de vin complétaient le tableau.

Un chat et un chien, lovés sur un coin de l’édredon, dormaient d’un œil. L’arrivée de l’étranger ne les dérangeait pas. Etranger ? Pas tant que cela car ils savaient, eux…

Dehors, le ciel s’était couvert et la neige tombait à gros flocons. Le vent fouettait les arbres. Sans nul doute, nous étions en hiver.

Tout à coup, la pièce s’illumina. Un sapin étincelant jaillit de l’ombre, comme par enchantement. Des cadeaux enrubannés étaient disposés à ses pieds. Une bonne odeur de soupe chaude et de dinde rôtie envahit les lieux. Miracle d’une belle nuit de Noël !

Le Magicien repartit au petit matin, enfourcha sa comète et disparut à l’horizon.

Mouty

________________________________________

Vacances de neige

J’y vais, ou je n’y vais pas… J’aime, je n’aime pas… Je peux ou ne peux pas… Réalité ou fiction.

 

En 20-25 minutes, écrire un texte sur ce thème, commençant par

« grâce à toi je suis… »

et finissant par

« …a changé ma vie »

En y introduisant les mots suivants :

Attention / bicarbonate / cartomancienne / déluge / ennui / folie / garrigue / haricots / idéaliste / jeunesse

-------------------------------------------

Garrigue - Cap Canaille
[Pinède, garrigue et calanques]

                                 Photo : cc by-nc-nd www.Photo-Paysage.com

 

VACANCES DE NEIGE

 

Grâce à toi je suis partie en vacances de neige, ce que j’enviais depuis longtemps. A l’arrivée à la station, j’y trouvai le déluge. Pluie et froid de Sibérie, mais pas de neige. Je crus mourir dans le blizzard. Je m’engouffrai vivement dans le chalet. Une bonne soupe à l’oignon embaumait les lieux et réchauffait le moral. Elle fut suivie de pâté, de haricots au jambon et de fromage. Je doublai ma dose habituelle de bicarbonate.

 

En allant rejoindre ma piaule, mon attention se porta sur une cartomancienne qui avait établi son quartier d’hiver sur une petite table de l’arrière-salle. Je m’arrêtais quelques minutes, le temps de m’entendre prédire un séjour d’ennui, comportant cependant une nuit de folie. Cette entrée en matière me mit le moral dans les chaussettes et je partis me coucher pour rêver de garrigues ensoleillées. Les idéalistes m’en voudront certainement, mais je ne suis plus de la première jeunesse pour gambader dans les éléments déchaînés.

 

Eberluée, je vis rentrer au bercail un groupe d’ados tonitruant des impressions irréalistes à mes yeux. L’un d’eux m’adressa même une appréciation mémorable : « Cette aventure dans l’inconnu a changéma vie ».

 

Mouty

                                                                  

Photos Îles Marquises
                   Cette photo de Îles Marquises est fournie gracieusement par TripAdvisor

 

Entorse providentielle

Grâce à toi, je suis enfin où je veux être. Ma jeunesse idéaliste avait imaginé vingt fois ce scénario, mais je ne l’avais jamais mis à exécution, le pensant impossible.

Il faut dire que lorsque je t‘ai épousée, je ne te connaissais pas bien mais j’étais fou amoureux de toi. Une cartomancienne m’avait prédit une vie de folie, un déluge de bonheur dans un paysage de garrigue empli  d’odeurs de thym et de lavande et je pensais que c’était avec toi que je trouverais tout cela. Aussi quand je me suis retrouvé à éplucher des haricots dans la cuisine, à prendre du bicarbonate pour mes maux d’estomac, à faire attention à tes sautes d’humeur et à mourir d’ennui pendant tes dîners d’affaires, j’ai commencé à avoir des rêves d’évasion qui se sont répétés de plus en plus au cours des années.

Entre les vacances d’été à Ibiza et les sports d’hiver en Autriche, j’ai fini pas abandonner, contraint et forcé, mes envies d’ailleurs.

Et puis il y a un mois, le 29 novembre exactement, je me suis fait une entorse, bêtement. Et voilà, impossible de t’accompagner aux sports d’hiver ! Bye bye neige, ski, hôtel huppé, soirées mondaines, obligé de rester là.

C’est là que j’ai mis mon projet à exécution ; je me suis dit que jamais plus je n’aurais une si elle occasion ; Il faut dire que je t’avais caché que j’avais gagné une assez belle somme au loto, étant prudent. Presque guéri, j’ai acheté un billet pour les îles Marquises, quitté mon employeur et pris l’avion, destination « Tranquillité ».

Et me voici, enfin seul, au calme, entouré d’une nature idyllique, au bord de l’eau, enfin tranquille. Ma mer a remplacé Ta neige ; je suis bien. Ah oui, on peut dire que cette entorse a changé ma vie.

Gill

____________________________________________

Les commentaires sont fermés.