Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 29 mars 2013

Ecrivez la suite

 

    en 20-25 minutes écrire un texte à la suite d’un des incipit suivants :

« Dans la chambre, le piano était collé au pied du lit et constamment encombré » (les champs d’honneur. Jean Rouaud)

« Il marchait en batteur de brousse un peu incliné vers l’avant, à foulées nonchalantes et rapides » (le lion. Joseph Kessel)

                  ----------------------------------------------

Renoir, Pierre-Auguste - Two Girls at the Piano 1892wikimédia

 

 

Le piano de Lise

« Dans la chambre, le piano était collé au pied du lit et constamment encombré ». Le piano, vestige d’une splendeur passée, qui avait séjourné dans un environnement beaucoup plus digne de lui ; heureusement que c’était un quart de queue, parce que plus grand, il n’aurait pas pu être sauvé et serait exilé on ne sait où. Maintenant, on ne l’entendait plus beaucoup, car pour y accéder, c’était tout un problème ; Lise devait attendre que sa mère ait quitté sa chambre pour se frayer un chemin et atteindre le tabouret.

Autrefois, quand son père était encore là, le piano trônait dans le grand salon et Lise en jouait tous les jours ; elle était très douée disait son professeur particulier et les mélodies qui naissaient sous ses doigts étaient si harmonieuses que les invités l’écoutaient pendant des heures sans ennui. C’était l’époque des riches soirées et le piano était entouré et frôlé par des robes vaporeuses aux tissus soyeux. Du champagne pétillait dans des coupes en cristal de Bohème et les conversations discrètes et élégantes commentaient les dernières poésies à la mode.

Puis un jour, de mauvais placements, la perte de sommes fabuleuses, la ruine, le discrédit, puis le suicide ; terminées les coûteuse leçons de piano et les belles soirées. Sa mère et elle, seules, sans revenus, le déménagement, l’abandon de tous les meubles précieux, tous, sauf le piano. Lise n’avait pas pu se résoudre à se séparer de ce compagnon de tants d’heureux moments. Mais dans ce tout petit logement, où l’installer ? Salon trop petit pour y loger plus que le nécessaire ; restait la chambre où il sert maintenant d’étagère plus que de piano. Mais cela ne fait rien, il est là, et Lise espère en des jours meilleurs où il retrouvera sa splendeur d’antan.

Gill

 _________________________________________________________________________________

 

DSC00111q1.jpg

 

 

i l marchait en batteur de brousse ,un peu incliné vers l'avant, à foulées nonchalantes et rapides, avec ses muscles jouant sous sa peau huileuse , ses pieds semblaient danser , si légers, effleurant le sol couvert de hautes herbes coupantes de la savane, donnant l'impression de les frôler sans aucune gène , la machette levée tranchant tout ce qui pouvait entraver son chemin , le nez dans le vent , reniflant la moindre petite odeur, les oreilles en alerte, tête haute , son arc à l'épaule , ce chasseur de fauves , de singes , aussi d'antilopes, le premier qui se trouvera sur son chemin , car s'il chasse, c'est uniquement pour se nourrir, lui et  toute sa tribu qui compte sur la viande dépecée qu'il ramènera , pour partager un repas dans une fête , où chants et danses accompagneront joyeusement  la cuisson de l'animal embroché sur une longue barre, chair grillant et  crépitant dans d'agréables parfums , ce festin tant espéré , il doit le trouver . Pour l'instant en alerte , il s'immobilise, repérant des traces sur le sol moussu , le reste du groupe suit, un peu en retrait, espérant un signal pour s'avancer à ses côtés ; quel animal sera pris au piège aujourd'hui ? Comment se passera la traque? Les fléchettes empoisonnées ne laissent aucune chance mais  certains courent et tombent loin , devenant invisibles  sous toute cette forêt si dense , et ils doivent courir et chercher longtemps ; ça y est , il l'a aperçu , ajustant son arc , il se positionne , et lentement se met à ramper le plus près possible de la cible. Elle est aux aguets , mais ne peut l'apercevoir , malgré son flair , elle sait qu'elle est en danger et semble paralysée de terreur , alors d'un seul geste très précis il lance sa flèche qui atteint l'antilope au cou. Affolée elle se met à courir mais le poison agit si vite ; elle s'écroule lentement s'affaissant sur ses pattes fines , et là, tout le groupe retient sa respiration ; comptant les minutes , le chasseur lance le signal , le groupe entre en mouvement ; se mettant en marche, accélérant le pas , ils savent qu'ils doivent être rapides, chacun sait ce qu'il doit faire , trouver l'animal, étendre la bâche, le dépecer , le couper  en gros morceaux , tout se passera en quelques minutes , rien ne restera pour les charognards . Epuisés , ils se passent la gourde à tour de rôle , se désaltérant avec délice , puis reprennent la marche du retour, joyeux  malgré la chaleur moite et insupportable qui les ralentit , avec le lourd fardeau qui  changera d'épaule au fur et à mesure  de leur avancée , rejoignant le village où déjà  montent les clameurs de joie et le grand feu de flammes rouges s'élançant vers le ciel , qui sera prêt pour leur arrivée . Une folle impatience les fait accélérer le pas ,à l'idée de la nuit à venir qui sera écourtée par la fête en grande pompe qui les attend.


Rina

________________________________________________

 

vestige,splendeur,ruine,suicide,machette,chasse,antilope,charognards

wikimédia

 

 

Masaï story

      IL MARCHAIT EN BATTEUR DE BROUSSE, UN PEU INCLINE VERS L’AVANT, A FOULEES NONCHALANTES ET RAPIDES. « Coupez ! cria le metteur en scène, ce n’est pas mal Koko, mais ça manque un peu de naturel ! Allez, on s’arrête dix minutes et on reprend. »Puis il alla rejoindre le whisky qui l’attendait près de sa chaise-longue à l’ombre d’un palmier touffu.

      Lionel Bongo, alias Koko, considéra le metteur en scène avec un sourire un tantinet narquois. Manquer de naturel, lui !! Alors que toute une généalogie de guerriers masaïs lui avait légué force et majesté ! Alors que cette même brousse avait entendu son cri de nouveau né ! Alors qu’il tenait son prénom du fameux rite ancestral : à savoir qu’un garçon devait tuer un lion avant de devenir un homme.

       Comment le gros type rouge, hirsute et suant l’avait-il appelé ? Koko. Oui, c’est ça, Koko. Lionel regretta un bref instant les caprices de la vie qui l’avaient conduit au cours Simon, puis à une certaine notoriété théâtrale. Avec nostalgie, il se dit combien il aurait été voluptueux d’embrocher avec la sagaie qu’il tenait encore à la main les mots dans la gorge de ce blaireau. Mais enfin, il fallait manger en attendant que les portes de la Comédie Française puissent enfin s’ouvrir devant lui. Il préféra hausser les épaules avec un ostensible mépris. C’est alors qu’un grand cri retentit. Lionel tourna la tête et aperçut un énorme boa qui descendait le long du palmier, lentement mais sûrement, en direction d’un metteur en scène, blême, immobile et fasciné de terreur.

      Le monstre avait la gueule démesurément ouverte ; elle se balançait à quelques centimètres de la tête de l’homme, prête à l’engloutir. Pour commencer.

       L’instant d’après Lionel avait lancé sa sagaie. Elle se ficha dans l’arbre, juste au dessus de la tête du serpent. Ce dernier, effrayé peut-être, prudent à coup sûr, choisit de battre en retraite  et disparut parmi les herbes de la savane. Heureux d’avoir atteint son but, Lionel lui adressa par la pensée un amical salut.

       Quant au metteur en scène, lui, il claquait  des dents d’une façon qui faisait plaisir à voir. Une sagaie vint se ficher à ses pieds, il leva alors les yeux. Lionel se tenait près d’elle, très droit et bien découpé sur le bleu implacable du ciel d’Afrique.

      « Avec les compliments de Koko, Bouana ! Tourner en décor naturel entraine toujours de petits désagréments. On finit par s’y faire, vous verrez. »

       Puis il se dirigea, d’un long pas tranquille, vers sa tente. La script girl lui sourit. Il lui rendit son sourire. Allons, le tournage était terminé pour aujourd’hui et la vie…belle pour longtemps.

                               El Pé

____________________________________________

vestige,splendeur,ruine,suicide,machette,chasse,antilope,charognards,masaï,boa,bouana

freepik

 

 

LE PIANO

 

 

Dans la chambre, le piano était collé au pied du lit et constamment encombré. Ses touches d’ivoire jauni attestaient un vécu long et besogneux. Sans doute avait-il enchanté ce lieu où s’étaient succédées quelques générations. D’héritage en héritage il avait apprécié les caresses ou endossé stoïquement les assauts de doigts effilés, ossus ou trapus. Il gardait en lui, particulièrement bien conservées, les traces des doigts d’enfants qui, par la suite, avaient grandi et s’étaient échappés de la maison ou vers le grand large.

Edouard avait aussi grandi dans la même maison mais ses gammes avaient été de courte durée. Il n’aimait ni le piano, ni les autres instruments de musique. Il ne goûtait que les concerts de haut niveau écoutés sur sa vieille chaine. Il aimait trop la perfection pour s’entendre marteler des discordances insupportables.

Lors du dernier héritage familial, la maison ancestrale vendue, Edouard avait récupéré ce piano qui renfermait des souvenirs inoubliables : des sons, mais aussi une ambiance et des odeurs qui lui rappelaient son enfance et des êtres chers maintenant disparus.

Edouard, à ce jour vieux célibataire, avait fait transporter le piano dans son petit deux-pièces. La modeste salle de séjour étant trop petite pour l’accueillir, il l’avait collé au pied de son lit, dans sa chambre déjà passablement encombrée par des monticules de livres et de revues anciennes. Une fois les étagères remplies, la paperasse avait continué à s’entasser dans un angle entre la fenêtre et le mur du fond, puis sur le piano. Sur l’ébène défraichi du couvercle rabattu sur les touches, puis sur le dessus où l’avaient rejoint le cendrier la plupart du temps débordant de mégots, un compotier vide poches, et une boîte à chaussures dans laquelle s’amassait le courrier depuis de nombreuses années.

Edouard aimait avoir tout sous les yeux, sous la main. Un regard ou un simple geste suffisaient à le maintenir dans une nostalgie qu’il affectionnait. En un instant il retrouvait un espace de vie passée. Il se laissait alors aller à rêver, blotti dans son cocon familier.

Le piano aurait-il une autre vie après celle-ci ?

 

Mouty

____________________________________________________

 

 

 





Les commentaires sont fermés.