Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 24 mai 2012

Fête des Mères (4) Acrostiche

                     Pour terminer cet atelier sur la Fête des Mères

 

       faire l’acrostiche de l’expression « AMOUR MATERNEL » (10mn)


 

manant,iris,couches,bouillies

freepik


    -------------------------------------------------------------------------------

 

 

Amour maternel

 

Amour

 

Mère chérie

 

Oh combien respectable

 

Union de sentiments

 

Rares et affables

 

 

Maman

 

Avec ton sourire radieux

 

Tu me baignes dans tes yeux

 

Et moi, manant vénérable,

 

Renaissant dans l’iris inoubliable

 

N’en peux plus d’attendre si tard

 

En collant des mots au regard.

 

Lumière de ma vie, je t’aime tant.

 

  Ton fils

 

                 Mouty

_____________________


 

Ah ! Être maman quelle vie !

 

Mais c’est ton sort que tu accomplis

 

Ouvre-toi comme un fruit

 

Un enfant en jaillit

 

Rien ne sera plus pareil dans ta vie

 

 

 Maman tu es devenue ainsi

 

Allaitement, couches, bouillies

 

Tu fais tout pour l’enfant chéri

 

Etudes ensuite et tutti quanti

 

Rien n’est trop beau pour le petit

 

N’écoute que ton cœur pour lui

 

Et même après l’âge adulte tu le suis

 

Liant ton sort à ses soucis.

 

                     Mimi

 ______________________________________________________________

 

 

Aime-moi

Maman,

Oublie mes sottises.

Un doigt sous mon menton

Regarde dans mes yeux 

 

Mille regrets.

Apprends-moi à être sage,

Tends-moi ta main

Et

Ris avec moi ;

Ne me gronde pas

Et embrasse

Le petit diable que je suis.

     Gill

__________________________________

à suivre..............................

 

 

 


 

Fête des Mères (3) La mère parfaite

 

 

            Imaginer les 10 commandements de la mère parfaite (20mn)

                                                    

relâche,pleurnichards,hurlements

toutimages

                      ---------------------------------------------


 1- Pour ton enfant, le père parfait tu choisiras

 2- Chaque jour de ta vie tu t’en occuperas

 3- Sans relâche et sans fin tu le soutiendras

 4- Tous ses besoins tu satisferas

 5- Mais un cadre solide tu lui donneras

 6- En accord avec le père tu l’éduqueras

 7- L’enfant unique tu éviteras

 8- Et de frères et sœurs tu l’entoureras

 9- Avec le même amour tu les câlineras

 10-Toute la vie pour eux aux quatre veines tu te saigneras

 

                   Mimi

_____________________

 

 Les dix commandements

 

Mère parfaite, te voilà à la tête de douze enfants. Alors, écoute bien leurs dix commandements :

 

1) Dans la douleur silencieuse tu accoucheras.

 2) Tes enfants pleurnichards, les prendras dans tes bras.

 3) Dès six heures du mat, très gaie te lèveras.

 4) Avant leur saut du lit, des croissants tu feras.

 5) Tu feras leurs caprices, ainsi tu aimeras.

 6) Tu feras leur lessive, leur lit, et ceci dans la joie.

 7) Tu feras le marché, la cuisine, bonheur tu apprendras.

 8) Avenante, apprêtée, fort belle tu seras.

 9) En face leurs colères, pas un mot ne diras.

 10) Et en fin de journée, la télé brancheras.

 

                     Mouty

________________________________


 

S’il y en avait dix !!!!!!! Je choisirais 

 

 1- Tous premiers pleurs te prendre contre mon cœur 

 2- Plus une nuit ne dormirai sans accourir à tes cris 

 3- Heure de tétée  ou biberon ne jamais oublier 

 4- Tes hurlements sauront me les rappeler 

 5- Toujours tes couches changer pour un sourire enchanté 

 6 - Choisir une nourriture adaptée à tes envies ou tes goûts 

 7- Faire le maximum pour ton bien être et ton confort 

 8- Rien ne sera trop beau pour toi  mon  enfant 

 9-Maman patiente, maman dévouée, maman gâteau répéter encore et     encore pour ton éveil                

 10- Donnera force énergie amour vie totale 

 

   Et seras-tu pour autant une maman parfaite ????   

 

               Rina  

 _______________________________________________________

 

 

1-  Pour avoir un bel enfant, père idéal tu trouveras

 

2-  Pendant ta grossesse sérénité afficheras

 

3-  Dans la joie et le calme tu accoucheras

 

4-   A ses premiers pas tu présideras

 

5-   De ses premiers émois témoin attentif tu seras 

 

6-   A ses études tu veilleras

 

7-   Lui faire confiance tu devras   

 

8-  Ses secrets  respecteras

 

9-  Dans la bonne voie tu le dirigeras

 

10-  Dans les moments difficiles, toujours tu seras là

 

            Gill

_________________________________________________

à suivre..............................


 

Fête des Mères (2) Maman, c'est ta fête!

 

En 25 mn, écrivons  un texte poétique célébrant la fête des Mères, contenant les quatre  mots suivants :

 

                        Joie    fête    inquiétude    amour

--------------------------------------------------------------------------------------------

fleurs.gif

de l’autre côté du miroir


 

Maman inquiète, maman amour 

 

Tu apportes la joie la vie 

 

Je veux te fêter tous les jours 

 

Te donner l'allant être ton troubadour 

 

Celui qui chante plein d’ardeur, pour 

 

Que tes forces se déploient comme de grandes ailes  

 

Enchanteresses qui m'amèneront les belles 

 

Vers mon destin d'homme ravi 

 

Jamais je ne te montrerai trop 

 

Ce que tu représentes de vrai de beau 

 

Avec tes yeux rieurs plein de gaieté 

 

Ton cœur débordant de générosité 

 

Toi qui donnes tant sans compter 

 

Aujourd'hui maman laisse moi te gâter. 

 

                  

 

                            Rina

_____________________

bonne fête maman mouty.gif

de l’autre côté du miroir


 

Bonne Fête Maman


Petite mère aimée, c’est aujourd’hui ta fête

J’aime à te répéter tout ce que je ressens.

A cueillir mes mots doux, je sais, te voilà prête.

 

Je les offre en bouquets, par dizaines, par cent.

Je voudrais bien calmer toutes tes inquiétudes

En disant mon amour pour le lien de nos sangs.

 

J’écris ces quelques vers pour toi, pendant l’étude.

Les maths et la physique me remplissent d’effroi

Alors que des sonnets, rondeaux, autres similitudes

 

Te souhaitent du bonheur en m’emplissant de joie.

 

Ton fils qui t’adore.

 

                      Mouty

___________________________________


troubadour,ailes,sangs,effroi

de l'autre côté du miroir

 

La fête des mères, ce n’est pas ma fête

Et pourtant, moi aussi je suis mère.

Ce jour-là, pour moi, c’est ta fête, à toi,

A toi qui nous as donné tout ton amour,

A toi qui communiquais ta joie

A tous ceux qui t’entouraient,

A toi qui savais si bien cacher ton inquiétude

Quand tu nous voyais délaisser notre étude,

A toi qui accueillais nos chagrins

Et recueillais nos secrets,

Qui comprenais nos révoltes

Et partageais nos fous-rires.

Tous les ans, ce jour-là,

C’est à toi que je pense.

Maintenant devenue mère, comme toi,

Je me demande parfois

Si mes enfants plus tard

Auront toutes ces pensées pour moi.

Aussi bien que toi ai-je su les aimer

Les écouter

Les diriger

Les préparer  à la vie ?

 

Peut-être un jour, eux-mêmes,

A leur tour devenus parents

Se poseront les mêmes questions en entendant clamer

                       « Bonne fête maman »

                                         Gill

______________________________

                         

troubadour,ailes,sangs,effroi,chagrins,fous-rires

de l'autre côté du miroir

 

 

Maman ! Tu n’es plus là, enfin on le dit

Moi bien sûr je sais

Que ce n’est pas vrai

Ton amour vit en moi, tu me l’avais promis.

 

Maman ! Maman-poule et ses folles inquiétudes :

« Surtout ne prends pas froid,

En rentrant, appelle-moi »,

Qui me gardaient enfant, à l’abri des combats et de la solitude                                                                                                                   

Maman ! Je veux que tu sois en ce grand jour de fête

Non plus adulte mais juste  enfant,

Celle de tes photos d’antan

Où la joie, le rire, dans tes yeux se reflètent.

 

Il était une fois une petite fille-poème

Jolie comme une chanson

Gaie comme un pinson

Elle s’appelait Gladys, et pour toujours  je l’aime.

 

             El Pé

__________________________________________________________


 

 

 

 

 

 

 


 

mardi, 22 mai 2012

Fête des Mères (1) Mère et ado

 C'est bientôt la fête des Mères, aussi notre atelier de ce lundi lui  sera  consacré à travers quatre consignes

-------------------------------------------

Après avoir cherché dix mots en rapport avec « maman » et rayé les mots communs,  chacun en garde un pour faire la liste commune suivante:

                          Tout-petit   

                         accouchement  

                            famille   

                             bras

      En 25 mn, écrire un texte contenant les mots retenus  sur le thème :

            la révolte d'un adolescent vis à vis de sa mère

                   -------------------------

 

ado noir.gif

toutimages

 

 

Quel adolescent n'a pas vécu de révolte contre sa mère en traversant ce passage «  l'adolescence » si compliqué sans se heurter à sa mère, période ou il se trouve entre l'enfance encore tout petit  et l'approche de l'âge adulte  arrivant à grands pas, nantis de ses grands membres poussés  d'un seul coup dont il ne sait que faire, ce corps gênant, les rougeurs subites envahissant ses joues sa langueur se sentant sans arrêt  fatigué , traînant les pieds mal à l'aise devant les adultes , les remarques incessantes  de sa mère qu'il a du mal à entendre et surtout à accepter, lui  ne veut qu'une chose c'est qu'on l'oublie, qu'on le laisse organiser ses soirées comme il veut avec ses jeux et ses copains, sous les avalanches de réprimandes journalières il n'a qu'une envie retourner dans le ventre de sa mère s'y enrouler et y disparaître comme avant sa venue au monde, mais il sait que cela est impossible car sa mère devrait alors  revivre une deuxième fois cet  accouchement , si long et difficile qui a assombri ces moments de bonheur et de joie partagés avec toute la  famille déjà ouvrant grands les bras pour l'accueillir, vie qui jaillit dans ce monde de fou , où il doit trouver sa place, s'épanouir, apprendre l'obéissance, la politesse, le civisme,  emmagasiner tous les jours les recommandations,  tous les enseignements de la vie qui feront qu'il puisse trouver sa voie son destin grandir se prendre en charge  devenir un homme , c'est si lourd, ça lui semble impossible, trop difficile  alors il se rebelle , s'énerve dit qu'il est incompris,  mal aimé que les adultes ne sont pas drôles et  demandent trop aux jeunes ,  ne comprennent rien , ne savent pas ce qu'ils vivent  il va enchaîner les bêtises,  tout faire pour contrer sa mère   jusqu'à ce que la punition tombe, quelle injustice, le priver de jeux d'ordi  de sortie , maman tu exagère tu ne trouves pas ? Et il arrive que la main laisse partir une gifle trop vite,  tout de suite regrettée , mais c'est fait ,  sanglotant et plein de rancune envers cette mère  trop impulsive il baisse la tête tout surpris, plein de ressentiments vengeurs, vite oubliés quand sa mère dont le cœur déborde d'amour le serre contre elle;  repensant en souriant  à l'adolescente quelle était au même âge . !!!!!!!. 

                     Rina    

___________________________

ado mimi.gif

toutimages

 

 

 

-Kévin, n’oublie pas tes affaires de sport ! As-tu révisé ton interro de maths ?

-Maman, j’en ai marre que tu me prennes encore pour ton tout-petit. Même si l’accouchement s’est assez mal passé et s’il te permet de justifier encore aujourd’hui ton angoisse et ta sollicitude à mon égard, je te rappelle que c’était il y a 15 ans. Je ne mesure plus 50 cm mais 1m80, et si j’ai grandi physiquement, je pense avoir aussi fait des progrès mentalement.

J’aimerais bien que tu me lâches les baskets, c’est le cas de le dire puisqu’il est question d’affaires de sport. Et arrête de venir me chercher au lycée, pile en face la grille, je me fais chahuter par les copains et j’ai honte devant les filles.

-         Oui, mon fils, tu veux bien profiter de la voiture de Maman au lieu de marcher à pied mais il faudrait que je me cache. Tu as honte de ta mère ou quoi ?

-j’en ai marre de la famille: toi tu me harcèles pour les études et Papa me persécute pour le sport :rugby, tennis, natation…Je sais que tu me trouves beau, bien bâti, avec des bras bien musclés qui devraient plaire aux filles mais il me faudrait un peu de temps libre pour m’en occuper, des filles, vous me surveillez comme le lait sur le feu ;sans une minute à moi dans mon emploi du temps, je ne vois pas où je pourrais les caser. Tiens, en parlant de ça, il y a une boum samedi chez : Mélissa, j’aimerais bien y aller !

-Ok ! Mon fils chéri, il faut que j’admette que tu as grandi et que tu vas bientôt quitter le nid. Viens dans mes bras, on fait la paix.

                      Mimi

____________________________________

             

avalenche,réprimandes,angoisse,sollicitude

toutimages

 

 

    A ma mère


    Tu ne connais rien aux ados

    Tu es ma mère et j’ai bon dos

    Tes arguments je m’en balance :

   Accouchement ou flatulences,

    De tous ces détails je m’en fous

    Et encore mieux, m’en contrefous.

    Ton tout-petit a bien grandi,

    Tu ne vois même pas ça, pardi !

    Tu ne sais parler que famille

    Et moi copains, bibine et filles !

    Des filles qui tombent dans mes bras !

    Mes aventures tu entendras

    Ainsi que mes appels de détresse.

    Te rends-tu compte où le bat blesse ?

    Tu ne dis mot : j’en reste coi,

    C’est que tu as un peu compris ma foi…

    Abasourdie, tu te sens seule ?

    Alors c’est tout, j’éteins ma gueule.

 

    Ton ado en révolte.

              

                     Mouty

________________________________________


avalenche,réprimandes,angoisse,sollicitude,détresse,gueule

freepik

 

 

Depuis quelques temps, j’ai l’impression qu’il y a un fossé entre ma mère et moi. Elle ne me parle qu’études, effort, profession, responsabilités, alors que les mots écoute, tendresse, plaisir, détente ne semblent pas faire partie de son vocabulaire. Elle me laisse libre en me disant qu’il faut que je me prenne en charge, mais  justement, j’aimerais qu’elle fasse plus attention à moi. Mes copines disent que j’ai de la chance car leur mère est toujours  sur leur dos mais moi, j’ai l’impression qu’elle ne me voit pas, que je suis transparente. Je crois que je suis prête à faire n’importe quoi pour qu’elle me remarque.

 

Il y a quelques temps, elle m’a annoncé qu’elle allait avoir un deuxième enfant et depuis elle déprime. Cela m’horripile car je ne peux pas concevoir une chose pareille ; mon beau-père en désirait un depuis longtemps, lui qui est si « papa-poule », mais elle avait jusqu’à maintenant repoussé cette idée, prétextant que j’allais être traumatisée par cette naissance, moi qui avait toujours vécu seule avec elle. Cela m’énerve au plus haut point car c’est totalement faux. Au contraire, j’ai été tellement solitaire dans ma petite enfance que je serai très heureuse que la famille  s’agrandisse. Je sais qu’elle m’a élevée seule et qu’une maman célibataire de 18 ans qui poursuit ses études n’a pas une vie facile. Mais maintenant, elle a 32 ans, un mari, un travail qui la comble et une fille de 14 ans qui ne demande qu’à tenir un tout-petit dans ses bras. D’ailleurs, peut-être a-t-elle peur tout simplement de mettre sa vie professionnelle entre parenthèses, elle qui passe beaucoup plus de temps à s’occuper des ses patients que de sa fille.

 

Par moment, je me dis que s’il n’y avait pas cet accouchement qui n’est sans doute pas une partie de plaisir, et bien moi, j’aimerais bien être à sa place ; Comme cela, elle serait bien obligée de s’occuper de moi ! Dommage que je sois trop jeune.

 

         Gill

____________________________________________________________________________

 


 


lundi, 14 mai 2012

J'ai croisé un regard

 

 

Ouvrir un livre au hasard et noter la première lettre en haut de la page de gauche. Recommencer l’opération afin d’obtenir 7 lettres. Trouver un mot avec ces lettres (possibilité de changer 2 lettres)

 

                               en 20-25mn, écrire un texte contenant les mots trouvés:

                             muscle, bile, doigts, lampes

   sur le thème suivant : « vous croisez un regard inconnu qui vous parle. Racontez »

---------------------------------------------------------------------------------------------------

chien,petite,fille,mémé,malice,ride,lion,cirque

Photo  libre

 

 UN REGARD

 

 Je croise les doigts. Toutes les lampes de la ville viennent de s’éteindre. Je commence à me faire de la bile. Mon chien, sur le qui-vive, tend ses muscles. Une attente insupportable a succédé à un bien-être douillet et rassurant. L’écran noir de mon téléviseur reste muet. L’instant d’avant, j’avais croisé, au travers de cette fenêtre ouverte sur le monde, le regard d’une petite fille brune, belle comme une fleur. Un regard qui vous parle, dont on ne peut se détacher. Une interrogation innocente qui se scotche à votre pupille. Du velours, de l’espoir, de la confiance qui mérite d’être respectée. Son visage s’est effacé de l’écran, mais pas de ma mémoire. Il s’est imprégné sur ma rétine, dans mon cœur, sans que j’y prenne garde. « La petite fille au manteau rouge » me dis-je, ayant, malgré moi, baptisé le tableau. Elle voletait, légère, avec une grâce de libellule. Ses ailes transparentes frissonnaient au moindre souffle. Ma petite libellule, tu t’es évaporée comme dans un enchantement maléfique, mais je sens que les dieux te protègent. Je pense très fort à toi pour atténuer mon angoisse. Angoisse de la fin du jour ? De la fin du monde ? Une simple panne d’électricité ne va tout de même pas faire chavirer la terre ! Je te reverrai sûrement un jour : je demeure imprégnée de l’intensité de ton regard.

                        Mouty

________________________________________

 

chien,petite,fille,mémé,malice,ride,lion,cirque

toutimages

 

 je ressens un besoin express de sortir, trouver un peu de calme de détente après cette journée chargée d'émotion , c'est vrai je me fais peut-être trop de bile pour peu de choses, je suis nouée comme un cep de vigne mes muscles tendus m'interpellent, allez, un tour au parc me fera le plus grand bien il est si apaisant ce parc avec ses parterres éclatant de fleurs ses arbres aux essences rares je l'adore et y marcher en longeant les allées bordées d'arbustes fleuris embaumant l'air m'enchante, avançant d'un pas tranquille  je vois venir vers moi une petite mémé  marchant à petits pas qui me regarde le visage tout plissé de mille petites rides, fière,  tête bien haute , dos droit mais c'est son regard vif pétillant de malice qui me scrute cherchant à me sonder qui m'interpelle plus elle s'approche et plus je remarque le bleu si intense de ses yeux accrochant les miens je me sens happée par ses yeux ils semblent ne plus vouloir me lâcher il veulent me parler ils me disent des choses mais quelles choses, je l'imagine sous une  lampe les soirs d'hiver ses doigts  tenant un ouvrage s'affairant dans sa maison à la préparation d'un bon gâteau pour la joie de ses petits enfants ,  nous nous dépassons et je me retourne pour voir si elle aussi fait la même chose  oui !!!!  l'espace d'un instant je le recroise son regard rieur puis elle disparaît au détour de l'allée j'ai l'impression que les yeux de cette mémé si expressifs me disent tout ce qu'elle a traversé durant son voyage sur terre,  sûrement  un parcours plein de joie de moments de bonheur bien rempli surement ce parcours mais aussi  avec tout  ce qu'on peut recevoir de  déception de chagrin j'ai l'impression  que tout cela  a glissé sur elle, passé sans la marquer, l'atteindre , cette femme est une sage, son regard me la dit, il faut savoir relativiser, prendre la vie comme elle vient, comme a dû le faire cette petite mémé aux regard si explicite .

                           Rina

_____________________________

                                        

chien,petite,fille,mémé,malice,ride

freepik

 

 

Regard félin

 

En attendant avec impatience que soit montée la cage aux fauves, je me remémore ma rencontre avec celui que j’ai hâte de revoir sur la piste.

 

Hier, en allant visiter la célèbre ménagerie du grand cirque de passage dans ma ville, je l’ai vu, élégamment assis à l’écart des autres, une balle jaune dans ses griffes. Sa belle tête semblait me fixer. Alors nos regards se sont croisés et ne se sont plus quittés pendant cinq bonnes minutes, le temps que j’y lise toute sa vie.       J’étais prêt à le plaindre car j’aurais compris qu’il soit déprimé, obligé de se montrer en train de faire le beau ou de sauter dans un cercle de feu, lui, le roi de la jungle, alors qu’il rêvait de courses et de grands espaces. Et bien figurez-vous que je me trompais. J’ai lu dans son regard tout autre chose. Il me disait : « Je suis né ici et n’ai jamais rien connu d’autre ; j’ai été élevé entre mon père et ma mère qui étaient déjà les vedettes du spectacle et étant lionceau, je voyais leurs yeux briller de plaisir quand crépitaient les applaudissements ; je rêvais moi aussi de devenir une vedette, de former un duo complice avec mon dompteur, un homme honnête et d’une grande patience qui savait tout obtenir par le jeu et les récompenses ». Enfin, avant que nos regards ne se quittent, ses yeux m’ont  dit qu’il était heureux et fier de ce qu’il faisait et qu’il espérait bien me voir au spectacle le lendemain afin de me faire admirer ses prouesses.

 

Voilà pourquoi aujourd’hui je suis si impatient et que mes doigts tapotent fébrilement mon genou.  La cage est enfin montée et seules quelques lampes restent allumées ; la musique s’arrête et je le vois entrer, majestueux, ses muscles souples entraînant son corps magnifique, ses yeux tournés vers moi, l’air triomphant. Je ne me fais pas de bile car je sais qu’il sera récompensé par un tonnerre d’applaudissements. Mais en le regardant évoluer, je me demande, l’espace d’un instant, si j’ai bien lu toute cette histoire dan son regard, ou celle que j’ai voulu y lire.

 

                 Gill

________________________________________________________

 

chien,petite,fille,mémé,malice,ride,lion,cirque

freepik

 

 

     C’était pourtant un jour tout-à-fait ordinaire. Je m’en souviens très bien ; même si je n’avais  alors que deux ans.

      Ordinaire dans la mesure où à cet âge-là, tous les jours de l’année se ressemblent plus ou moins, sauf Noël et les anniversaires. Ce n’était ni l’un ni l’autre, rien qu’un Dimanche d’automne, mi-bile mi-gaîté, comme il en existe tant à Paris, tout au long de l’année.

       Qu’est-ce-qui a pris à mes parents de m’emmener au Jardin des Plantes cet après-midi là ? Alors que je jouais si bien avec Socrate, notre Berger des Pyrénées, entre les pattes duquel j’adorais disparaître, bien pelotonnée dans sa fourrure blanche. Socrate ! Ma cabane à moi, ma nounou, mon garde du corps, mon meilleur copain ! Oui, qu’est-ce-qui leur a pris ? Mais c’est toujours comme ça avec les grandes personnes : c’est lorsque l’on s’amuse le mieux qu’ils viennent nous enquiquiner ! Bref, c’est une gamine hurlante, puis chouineuse qu’ils trainèrent de force le long des allées du Jardin des Plantes. Une gamine que rien ne parvenait à dérider ; ni le manège, ni la barbe à Papa, ni le ballon rouge échappé d’ailleurs sournoisement juste après son acquisition. De guerre lasse, mon père proposa de visiter la Ménagerie, au grand dam de ma mère qui, de nature délicate, en redoutait particulièrement les odeurs musclées.

       Le destin prit soudain une accélération brusque.

La cage était située  au fond de la galerie (éclairée hélas par des lampes au néon), mais j’aperçus tout-de-suite son occupante. Ou plutôt le regard de celle-ci. Happée par ses yeux d’émeraude, je lâchai subrepticement la main de ma mère et courus vers la Panthère Noire. Là, les doigts agrippés aux barreaux, je plongeai mes yeux dans deux yeux verts magnifiques, tandis qu’une langue gigantesque me râpait doucement le visage. L’entrevue dura à peine trois ou quatre secondes. Je fus saisie par des tas de mains appartenant, entre autres, à ma famille, aux gardiens, au public, puis tirée violemment en arrière, parmi les cris d’effroi de tout ce beau monde. Mais ces quelques secondes avaient suffi.

       Le regard du fauve s’était imprégné en moi. Je pouvais voir désormais la jungle et la savane, les chasses excitantes et les siestes alanguies mais surtout je vivais le bonheur inouï de ressentir la parfaite élasticité, la parfaite puissance d’un corps splendide qui me hissait au rang des plus belles créatures du monde. Oui, car depuis lors, chaque nuit de pleine lune, je me transforme en panthère noire et parcours avec ivresse les rues de la ville. Jusqu’ici, personne ne s’est douté de quoi que ce soit. Sans doute parce qu’il ne m’est pas encore permis de chasser.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             Ma mère chérie, ma mère féline avait eu le temps de me prévenir, autrefois : « Quand tu auras quatre ans, pas avant. »

         J’aurai quatre ans la semaine prochaine.

                              El Pé

 

  PS Avec un grand merci aux films : La Féline et Cat People qui eux, pour le coup, m’ont beaucoup imprégnée.

________________________________________________________

 



 


 


 


 

                  

 

dimanche, 13 mai 2012

Les 10 commandements

 

 

    Sur le modèle des dix commandements de l’Eglise et sur le mode humoristique,

       en 15mn,  imaginer les 10 commandements de, au choix :


                         l’épouse parfaite

                                         le mari parfait

                                                  l’adolescent parfait

                                                  la secrétaire parfaite

                                         le patron parfait

                          l’infirmière parfaite

------------------------------------------------------------------------------

 

   Les dix commandements de l’'infirmière parfaite 

 

  En retard tu ne pourras arriver 

 Jamais oublier  d'être parfaitement aseptisée 

 Sur ton visage toujours apparaîtra le sourire affiché 

 Tes gestes ne devront être que douceur et légèreté 

 Ébauche d'énervement et voix élevée ne seront tolérés 

 Réponse aux coups de sonnettes incessants seront obligés 

 Impatience et fatigue visible seront réprimées 

 Oublie de soi total nécessaire sera approuvé 

 Accomplir avec joie et ardeur tout ton labeur même épuisée 

 Tu pourras alors de la vie enfin profiter. 

 

         Rina 

 

 ________________________________________________________________

 

 

                Les dix commandements du mari parfait

 

 1  Sans discuter, à tous les besoins de ton épouse tu pourvoiras.

 2  A ses desiderata, en tous points, tu te plieras.

 3 Au moins deux fois l’an, des vacances tu lui offriras.

 4 Dans les épreuves de la maternité, tu la soutiendras.

 5 Un père aimant, éducateur compétent, tu seras.

 6 Pour qu’elle rencontre ses copines, les enfants tu garderas.

 7 Dans les tâches quotidiennes du ménage, tu l’aideras.

 8 Un gendre idéal tu seras.

 9 Les conflits de famille tu apaiseras ou ignoreras.

 10 Sur leurs vieux jours, des beaux parents tu t’occuperas.

 

         Mimi

 

 ________________________________________________________

 

 

           Les dix commandements du mari parfait

 

1 - De ton épouse tu prendras le bras

2 - De ta maisonnée t’occuperas

3 - Pour tes douze enfants, en consoles subviendras

4 - Dans ton jardin, tes manches retrousseras

5 - Pour la popote, des stages tu feras

6 - Pour le ménage, très vite tu apprendras

7 - Des lessives, pas une tu n’oublieras

8 - En repassage, tu t’appliqueras.

9 - Fêtes, Noëls et anniversaires marqueras

10 - Toilette et rasage avant le lit ne négligeras.

 

                 Mouty

_______________________________________

 

         Les dix commandements de l’épouse parfaite


1-À  l’homme de ta vie tu te voueras

2- Chaque jour, pimpante et fraîche tu seras

3-Ta mauvaise humeur jamais ne laisseras paraître

4-À l’heure du coucher, crèmes grasses éviteras

5-Maison accueillante en permanence tu auras

6-Avec peu d’argent des miracles tu feras

7-Avant toi ta famille passera

8-Tes cours de gym au second plan relégueras

9-Aux sorties avec les copines point ne penseras

10-Mais en femme libérée ces neuf commandements oublieras !

             

                Gill

_________________________________________