Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 24 mars 2011

consigne du 21 mars 2011

Pour nous associer à la semaine de la langue française, El-Pé nous a proposé les deux consignes suivantes:

liste des dis mots

ACCUEILLANT   AGAPES    AVEC   CHOEUR   COMPLICE   CORDEE    FIL   HARMONIEUSEMENT    MAIN     RESEAUTER

1) *choisissez trois mots dans cette liste

  *avec chaque mot, créez un mot nouveau

             - soit en changeant une seule lettre

                                                                                 - soit en retirant une ou plusieurs lettres

                                                                                - soit en intervertissant les lettres

  *donnez à chaque mot nouveau une définition fantaisiste ou humoristique qui ne soit pas, bien sûr, la définition officielle du dictionnaire Larousse.

  * à la suite de cette phrase  "Et voilà, le Printemps est enfin arrivé"    composez un petit poème de trois phrases avec ou sans rimes, en utilisant 

             - soit les trois mots choisis dans la liste d' origine

      - soit les trois mots nouveaux

2) utilisez les dix mots sélectionnés dans un texte libre

 

 

          A la manière de Sylvaine

 

 

 

Et voilà le printemps est enfin arrivé :

Le fil de la bobine du temps déroulé,

Par la main et les soins de Mère Nature,

Est de retour chaque année c’est sûr,

Pour réseauter les beaux jours espérés.

 

--------------------------

 

Harmonieusement avec tous mes complices de cordée bien sûr,

En nous prêtant main forte, et en chœur, nous organisons des

agapes dans la joie et la bonne humeur en accueillant par le bout

du fil actuel le retour du printemps. Réseauter sa venue n’a pas été

une mince affaire après un hiver plus ou moins frileux.

 

----------------------------------------------

A la manière de Gill

 

Allongé nonchalamment sur la terrasse accueillante du jardin fleuri, je somnole en repensant béatement aux agapes de cette nuit. Mon poil noir soyeux et brillant se réchauffe doucement aux premiers rayons du soleil. Mes yeux dorés, mi-clos, filtrent la clarté du matin. Mes oreilles frissonnent sous le léger souffle de la brise. Je suis un chat heureux vivant harmonieusement avec toute la maisonnée.

Mais reprenons le fil de notre pensée. « Reseauter » disent-ils, je n’entends que cela dans la maison, de la part des grands et des petits. Nous, mes nombreux copains et moi, nous reseautons aussi, et une bonne poubelle ne reste pas longtemps inconnue au chœur, non pas antique, mais miauleur et aboyeur que nous formons. C’est une véritable cordée, vous dis-je, qui s’étire, horizontale, celle-ci, pour arriver main dans la main, oh, patte dans la patte si vous préférez, au but que nous nous sommes fixé : la poubelle la plus garnie de touts les propriétés alentours, celle que nous visitons à la nuit tombée. Nous sommes tous complices pour savourer les délicieux restes de cette riche demeure. Alors on voit les chats oublier que les chiens sont leurs ennemis et on entend toutes les dents, grandes ou petites s’activer en cadence. Ces festins avec les copains sont de vrais délices.

Et maintenant, dans un demi-sommeil, le souvenir encore présent de cette dernière aventure nocturne me fait ronronner de plaisir.

Gill

 

 ------------------------------------------------------------

A la manière de Mouty

 

PRINTEMPS

 

Et voici le printemps, nouveau comme le vin, accueillant, heureux d’offrir sa palette de couleurs - amande, citron, framboise, aubergine - harmonieusement parsemées dans le sépia et la grisaille de cette fin d’hiver. Agapes pour la vue. Jonquilles et colchiques, avec l’humble violette, forment un chœur vibrant sur les épais tapis de verdure. Une cordée de fourmis complices s’étire vers le haut d’un chêne. Engrangeraient-elles déjà pour l’hiver prochain ? Réseauter et travailler sont les deux mamelles de leur société. Elles suivent le fil conducteur qui les amène vers une cime qu’elles atteindront à force de perspicacité. Main dans la main, elles respectent la cadence. Leur boute en train n’est pas chiche de compliments ni de piques. Ce n’est pas le moment de flâner. Allez, ho hisse, on fera un brin de sieste en été en écoutant les cigales chanter.

 

            Mouty

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.